Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les quatre vérités 3/6

Publié le par modimodi

De tout temps, la quête de la vérité se poursuit dans ses contradictions et ses hypothèses, car "La vérité est souvent éclipsée, mais jamais éteinte." (Tite-Live, Histoire de Rome)

Ainsi a-t-il été admis que la vérité scientifique, toujours provisoire n'est plus que consensus. Si elle devait éclairer la route de chaque homme, elle ne pourrait se dissimuler dans les croyances, toujours aveugles. Alors, peut-être, se tient-elle au moins dans chaque cœur aimant et tolérant, aux limites de sa propre conscience ? La vérité ne serait alors que sa vérité propre comme celle de ses semblables dans son universelle illusion. C'est à dire l'inconciliable addition cacophonique de nos vérités personnelles. Sans pour autant désespérer, où pourrait-on la chercher encore ?

Gaulois, craignant toujours que le ciel ne nous tombe sur la tête, nous levons alors nos yeux vers le Père, qui est aux cieux. Depuis le temps, garde-t-il au moins la vérité ? Si comme on l'affirme, il est amour, la vérité est-elle aussi amour ?

Réside-t-elle dans les tables de la Loi, divine ou céleste ? Est-ce la parole d’Évangile qui est l'incontestable Vérité ? La vérité serait-elle absolue et métaphysique. Serions-nous à jamais dépassé par elle ?

Ma logique binaire peut-elle concevoir l'unité, principe ontologique ? Seigneur, Vérité oblige ! Vouloir l'atteindre est-ce folie ? La Vérité est-elle mystère ?... Impasse des doutes et du silence absolu. Motus et bouche cousue, la Vérité est mutique.

En attendant le grand transbordement vers un monde radieux, que certains atteindront par la voie d'une vérité métaphysique de troisième dimension, sommes-nous donc, contraints, ici-bas, de toujours obéir à tous les commandements, moraux ou matériels, à toutes les vérités sociales communément admises ?

Dans tous les cas, craignons qu'il ne nous faille alors, en payer l'addition ! Obéir au code de la route à prendre, au code de bonne conduite, au code de manières civiles, aux codes en tout genre, mais pénal pour finir ! Voilà, en réalité et vérité, notre peine capitale.

Il nous faut tenir, le cou tendu vers l'idéal, en évitant la lame des jours tranchants. Les idées faussement révolutionnaires et les promesses de lendemains qui chantent, roulent avec la vérité dans le panier. "Ah ça ira, ça ira, ça ira !" L'écoulement du sang, de la vie et des saisons, au sablier ne tarit jamais. Ci gît la grande Vérité incontestable pour tous, la Vérité universelle, la Vérité du temps qui passe inexorablement ! Cette même vérité pour tous, est égalité. "La vérité est fille du temps" (Aulu-Gelle, Noctes atticae)

Chacun y croit ! Le peuple est souverain ! Les tables de la loi des droits de l'homme et du citoyen s'éclairent même du triangle divin en confondant le profane et le sacré !

Matérialisée dans un grain de sable, cette vérité est tout aussitôt pulvérisée ou éclatée et le sablier, renversé et brisé. Elle en devient alors, un avantageux profit et une poudre aux yeux, répandue et jetée par les marchands de sable, bonimenteurs de jeunesse éternelle. Car oui, dans les limites étroites de notre propre entendement, le temps éternel comme la vie éternelle sont fondamentalement inconcevables ! L'éphémère illusoire est la seule vérité qui nous soit concevable.

Il n'y aurait donc aucune évidence, aucune vérité, hormis au tribunal ! La véracité des faits s'y établit par la preuve. La justice est, de fait, censée établir la vérité et juger en son âme et conscience. "Jurez-vous de dire toute la vérité, rien que la vérité ? Levez la main droite et dites : je le jure !... Acte est pris de votre serment " 

Oh ! les jurés sincères ou récusés, les avocats véreux, les plaidoiries et les réquisitoires fondés ou à charge ! Oh ! les faux témoins, les témoignages tronqués, les erreurs judiciaires de la justice aveugle ! Combien d'experts abusés, par des faussaires en art et combien de certificats d'authenticité invalidés, par un second expert, tout aussi compétent et assermenté que son premier confrère ! Toute vérité peut donc être critiquée, abolie et annulée.

Mince chance de consolation ! L'horloge universelle nous donne au moins, l'heure exacte, au même titre que l'exacte vérité ! C'est ainsi qu'un espoir se fait peut-être jour... Après la justice incertaine des hommes ou de Dieu, la justesse des choses peut sans doute, nous imposer sa valeur indéniable. Le philosophe, M. Heidegger fait bien la différence entre la recherche philosophique de la vérité et la recherche de l'exactitude qui relève davantage du domaine de la technique.

Si la fidélité humaine est parfois défaillante dans la constance des rapports que nous produisons, la fidélité matérielle d'une copie numérique ne l'est absolument pas ! Pour faire bonne impression, mieux vaudrait donc, être sage comme une image ! La vérité qui n'a su se faire justice, sauf dans l'édiction principielle de la Loi, tente une sortie honorable dans et par la justesse.

La reprographie au scanner et au laser fait mieux que la reproduction humaine. Car la Nature fait ce qu'elle peut ! Homozygotes ou dizygotes, les jumeaux ont plus ou moins de ressemblance mais pas les drôles de zigotos ! Tous semblables dans leurs bizarreries. Inénarrables dans tous leurs comportements, ils nous ébranlent dans nos références, au point de nous faire nous écrier : "C'est pas vrai ! Sans blague !"

La Vérité absolue est à jamais métaphysique et inconnaissable ! Alors pour en apprécier la précision, la vérité humaine qui se veut accessible a-t-elle recours au juste contrôle, qui permet de dire et faire vrai, c'est à dire de vérifier ? 

La correction et l'ajustement permettent la rectitude et la vérité objective, qu'on nomme véracité. Quand il s'agit des comptes à certifier, à reconnaître sincères et véritables, la vérité devient affaire de Cour et l'exactitude est la politesse des rois, référendaires. Vérité des nombres, pas forcément des calculs ! Vive la République ! A vos rangs, fisc ! La vérité est comme la dette, publique !

C'est ainsi, ci-devant, citoyen ! La vérité est toujours, avec armes, au pied du mur, quand il s'agit de vérifier une hypothèse ou une prédiction, une stabilité ou un équilibre. Dans ce cas, il faut être d'équerre dans la méthode, ne pas perdre le fil du raisonnement, ni manquer d'aplomb pour être affirmatif !

De là à faire ses preuves et à les apporter, c'est encore une autre opération, avec nombreux calculs, à plusieurs inconnues ! La vérité est une probabilité toujours à démontrer, toujours à vérifier, toujours à confirmer... avec exactitude et sans retard, comme l'heure à l'horloge universelle. Turgot avait coutume de dire : "J'aime l'exactitude, bien qu'elle soit le sublime des sots."

La vérité devient compatible quand sa théorie peut être modélisée car, ayant horreur du vide, elle se veut alors, certitude dans le présent. Elle se veut rassurante surtout pour le commun des mortels. A vrai dire, le matérialiste agnostique et le prosaïque positif, vous le diraient, du concret, y'a que ça de vrai !

Commenter cet article