Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ni queue, ni tête !

Publié le par modimodi

A en perdre la tête !

Élucubrez, il en restera toujours quelque chose ! Faites preuve de créativité débridée, lâchez les chevaux de l'imaginaire. Ne vous refusez pas, ne vous dérobez pas ! Il y aura toujours quelqu'un pour vous flatter l'encolure ! Quelqu'un qui dira vous comprendre ou faire semblant d'avoir compris.

La raison en est simple. Il est communément admis que le non-sens, perturbant par essence, fait partie du sens. Il est établi que l'implicite peut être interprété, expliqué, exprimé même, de deux manières : claire ou équivoque. Par Janus, chacun ne veut jamais perdre la face !... Mais laquelle ?

En chaque individu, il y a toujours place pour la fantaisie des mots et de l'esprit. Car, l'homme est, par la fantaisie de Dame Nature, un animal généreux et pensant, un homo erectus, coïtus, cogitus. Son côté le plus sérieux s'accorde aux caprices de l'imagination.

En effet, "ce n'est pas tout de rigoler", la pensée de l'humain, la plus communément admise, est formatée pour que l'incongruité et la dinguerie deviennent un tout cohérent et structuré. Ensuite, c'est simplissime : comme l'évidence déduit toujours quelque chose d'un tout, il y a toujours quelqu'un pour donner du sens au délire et parfois même pour crier à l'art nouveau, voire au nouveau génie ! Car il n'y a pas de tout, sans son contraire et vice-versa…

Du tout au tout, pour l'homme, ce touche à tout, il faut risquer ou jouer, le tout pour le tout ! L'irrationalité est un asile pour les illogiques. Les absurdes insensés qu'on croit stupides se révèlent parfois des visionnaires illuminés. Les propos sans suite, à proprement parler, laissent entendre leurs sous-entendus et se correspondent en bouts rimés. Les histoires à dormir debout suggèrent au mental de chacun des représentations et s’interprètent, en rêves, en haute définition. C'est sans rime ni raison, la poésie de la vie : une folle aventure à aimer doublement, d'un fol espoir et d'un fol amour. Pour elle, donnez-vous un mal fou ! 

Divaguez donc amis, dans les eaux folles, surtout, si vous faites marrer la maréchaussée, réputée pour ses idées beaucoup plus vagues que grand larges ! Laissez vos rêves vous envahir et déformer les images de vos visions. Bienvenue aux chimères, aux grotesques, aux féeries fantastiques ! Passez de l'autre côté du miroir avec Alice et demandez l'heure au lapin ! A Dada, sur le Cheval de mon papa !

Ne vous croyez pas hanté, vous êtes rimbaldien grâce au dérèglement de tous vos sens. Votre subconscient vous parle, il vous offre son symbolisme, son surréalisme voire sa métaphysique ! Il se sublime dans les effets de l'Art !

Laissez-vous déconstruire les significations des phrases et des mots, croyez aux hallucinations incomprises de Maldoror. Prenez le Bateau Ivre, psalmodiez ou éraillez-vous la voix avec les litanies vénéneuses des Fleurs Du Mal, ne vous croyez pas Mallarmé pour aborder l'hermétisme en chaque vers suggéré, ni Mal Aimé pour chanter avec Apollinaire ! Ayez l'esprit Breton pour percevoir La Beauté Convulsive, montez dans le Char ailé de la poésie, perdez-vous dans Les Yeux d'Elsa avec Aragon, faites place au délire de l'art avec Artaud entre fulgurance et folie, abandonnez Corps et Biens pour suivre Desnos et deux escargots, A l'enterrement d'une feuille morte en compagnie du Cancre de Prévert. Le monde est beau comme la vie, L'amour la Poésie ; la terre est bleue comme une orange, c'est Eluard qui me l'a dit !

Laissez résonner les fous rires. Il n'y a pas plus cocasse, comme moyen de transport sur l'océan des aberrations, qu'un radeau chargé d'extravagants, d'ineptes et de loufoques ubuesques ! Voguez avec Jérôme Bosch sur La nef des fous jusqu'au Jardin des délices ! Sonnez trompettes de Géricault et qu'ils aillent se gratter, tous les médusés, agités d'urticaire !

Chapeau ! Si vous parvenez à fumer la pipe avec Magritte, à passer une soirée de Gala avec Dali, à cultiver l'esprit de l'escalier avec Escher, à porter votre regard de Miro sur le monde, à pousser votre chanson d'amour avec Chirico et à danser sur le pont avec Picasso et Les Demoiselles d'Avignon ! Vous pouvez passer le reste de votre vie dans l'œuvre de Max Ernst, vous serez gai comme Le Rossignol Chinois et incollable pendant Une Semaine de Bonté !

Partout, l'anormalité déborde de la normalité et l'incongruité, de la portion congrue du bon sens partagé ! La déraison est une raison dérangée à l'instar du désordre et de l'ordre. Ne vaut-il pas mieux, un désordre vivant qu'un ordre mort ? Quand la ligne de mon semblable, est en dérangement, sa raison tient des apartés et ses réponses sont téléphonées. Quand on tient en tête-à-tête, conciliabule avec soi-même, si on est un âne bâté et qu'on parle à son bonnet, la raison passe, voire saute allègrement, du coq à l'âne.

Essayez ! Il ne tient qu'à vous d'être sourd aux injonctions désagréables pour ne plus entendre : "Faites la queue comme tout le monde !"... Au royaume du Sans Queue ni Tête, plus de queue, plus de tête ! Le moineau est une paupiette ! Dans le miroir, l'alouette n'est plus plumée, juste farcie mais, sans sel sur la queue ! Si la poêle vous tombe des mains, il ne peut que vous en cuire. Ouf ! Il n'y a plus de file d'attente, de premier et de dernier ! L'orage n'en finit plus de gronder sur sa queue, le singe dégringole de l'arbre pour rendre la monnaie, le billard sur son tapis vert n'a plus que des boules de neige à faire rouler et pour finir, le diable s'en tire plutôt bien ! Le taureau ne perd que ses oreilles, le têtard s'ébat dans son milieu aqueux, la méduse de Milo, anarchiquement, bat les bras qui lui en tombent et le lombric, ce terre à terre, attend que ça repousse !

Essayez l'insolite ! Dans la nudité de l'esprit, tout est sans dessus-dessous ! Plus de Queues de poire, de cerise, de lotte ou de poisson, plus de queues de rat, de pie, de cheval, d'écrevisse et de lézard, plus de queues d'avion et de peloton, plus de trompette et de panache ! Plus rien à hocher, pas la queue ni la tête ! Alouette, alouette !

Vous êtes un artiste sans le savoir ! Voyez le tableau et cherchez les indices ! "Les mots ne mentent pas", pas même les images ! Comme par magie ! Plus de Têtes d'épingle, de nœud, de clou, de vis, de gondole, de loup, de bétail, de pont, de client et de con ! Plus de tête de turc, de tête à claques, de tête de pioche, de tête-bêche ou tête en l'air, plus de tête froide ou de tête brûlée, de tête de cochon ou de veau ! Plus rien à ravigoter !

Si vous avez franchi les portes de l'esprit libéré, dans mon monde et le vôtre, on ne marche pas sur les pieds ou les mains et jamais plus sur la tête. Plus de casse-tête, de tête chercheuse, de tête dans le c..., de tête au carré, de mise à prix, de chapeau à porter ou de guillotine.

Et...plus personne au bout de la phrase, de cet écrit, sens dessus dessous, sans queue ni tête, ni tête à tête, ni tête à queue ! Que des éclopés ou des culs-de jatte ! Ô héroïques résistants, qui avez su garder la tête sur les épaules et vous la creuser jusqu'au trou de mémoire, prenez, à votre tour, la fuite, à cloche-pied ou les jambes à votre cou !

Commenter cet article

P
Ceux qui tracent leur vie sur un chemin bien défini, sans jamais "mettre un pied de travers", comme ils doivent s'ennuyer !
Avoir de l'humour, mettre de la fantaisie dans ses journées, oser renverser les habitudes pour mettre un peu de piment dans la vie, tout cela fait que le temps est plus agréable, plus comique. Un peu de folie que diable !
Répondre
J
Tel est mon bon plaisir comme aurait dit le roi! Merci Pénélope!
M
Ce style plaît à mon esprit " dinguedingue " !
Répondre
J
Hier dingue aujourd'hui dông comme carillonnent les clochettes du bonheur! Ce sont mes souhaits'