Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ami, échecs et maths 1/2

Publié le par modimodi

Charles, mon cher ami, toi, qui es devenu commissaire aux comptes dans un grand cabinet d'audit, tu vas sourire à l'évocation de mes souvenirs scolaires.

Tu le sais, l'existence ressemble assez souvent à un vaste échiquier sur lequel évoluent tour à tour, les maîtresses de l'école de la vie avec leurs élèves et apprentis, tels des pièces postées, en garde de coups de maître !

Oh ! Il n'est pas facile de damer le pion, de prendre la reine, d'être adoubé le roi du jeu et de ne pas finir échec et mat ! Pour les enfants du roque, voici une vraie histoire de fous à la manœuvre ! Pour les esprits chevaleresques, voilà les cavaliers de l'apocalypse ! La Tour, prends garde !

Moi, l’école m'a plutôt réussi et ce qu'on appelle l'enfer de l'enseignement était pour moi, pavé de bonnes intentions. Nous avons toi et moi, usé nos fonds de culotte sur les mêmes bancs d'école de la république. Alors toi, tu le sais, pour la syntaxe, j'étais relax, pour la grammaire, élémentaire..., pour l’orthographe, pas en carafe, en rhétorique, un vrai lyrique, l'histoire, géo, pas Waterloo mais vl’a le hic, l'arithmétique, c'est et c'était ma vraie panique ! Je suis écliptique, apoplectique, cataleptique, à moi tout seul, le Titanic !

Même aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des damnés. Voué donc, aux furies numériques, (tu en as peut-être conservé quelques souvenirs moqueurs), j'allais être irrémédiablement précipité, dans l'abîme des calculs logarithmiques et matriciels, vectoriels et différents, ciel ! Le diable m'emporte, si j'en comprends le dixième. Au diable donc, les peines éternelles du nombre exact ! Mon compte est définitivement bon !

D'ailleurs, je le sus dès l'ouverture des festivités, comme 2 et 2 font 4, que ce serait fatidique et tragique. Qu'y pouvais-je, moi, le pauvre pion pathétique, engoncé dans mon tablier gris-noir, face à la grande dame, drapée dans sa blouse blanche ? Car, la reine des maths et maths-hics, était championne de la didactique, tic-tic. Après avoir enseigné les théorèmes à Pierre et à Paul, elle avait décidé de tout tenter pour me démontrer par A+B, les 36 façons de gravir 4 à 4, les degrés de la connaissance. C'était sans compter sur mes innombrables difficultés numériques et surnuméraires.

Sans pouvoir me retrancher, je m'étais donc mis en 4 pour monter en ligne mes opérations et tenter des variantes..."6 et 4 = 10, je pose zéro et je retiens... rien !" Hélas, vraiment rien, hormis quelques retenues, le soir, 13 à la douzaine, distribuées gracieusement par ma gentille maîtresse des colles !

J'avais beau multiplier les efforts et m'appliquer à déchiffrer ses intentions, je restais nul en sommes, accumulant les impairs, divisé sur une méthode à la 6-4-2 et des résultats toujours faux. Ne voulant pas sans cesse, payer l'addition, je passais une partie des cours sans demander mon reste, replié en défense.

Tout au long de ces infernales années, j'étais sur le gril, brûlant d'en finir avec ces supplices de calcul mental. J'avais beau me presser le fromage, j'avais des trous dans le gruyère où le problème est mental. Mens sana in corpore... Ça no ! Mais faut dire qu'à force de les collectionner, les z'héros sont fatigués.

Croyant à quelques mauvaises volontés de ma part, jugé comme un drôle de numéro, les essais multipliés de tous mes professeurs de tables arithmétiques, d'inconnues algébriques, de problèmes géométriques, de procédures cubiques et alchimiques se transes-formèrent en divisions.

Mais qu'y pouvais-je ? Comment, avec tous ces calculs qui me donnaient des coliques Freinet hic, ne pas se faire débile ? Pauvre de moi, pour qui les maths étaient de l'algèbre, les chiffres arabes de l'hébreu et qui perdais mon latin face aux nombres romains.

Commenter cet article

P
"La tour prend garde, la tour prend garde de te laisser abattre".
Peu importe si Modimodi n'a pas la "bosse des maths".
Il ne connaît pas la peur et n'est pas prêt de se laisser abattre !
Il se rattrape superbement avec langue française.
Si le prix d'excellence lui est offert pour ses écrits,
on ne l'obligera pas à porter le bonnet d'âne pour les maths.
Tout simplement, on lui offrira la plus sophistiquée des calculatrices.
Répondre
J
Pénélope, la bosseuse douée! Quelle agileté d'esprit!
Vous m'offrirez une calculatrice sophistiquée! De qui parlez-vous?