Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sans début ni fin du monde ! 1/2

Publié le par modimodi

L'interrogation peut devenir obsédante. Un monde sans début, ni fin, est-il possible ? Du bing au bang, la question retentit.

Peut-être, n'y aurait-il pas d'ailleurs, de quoi en faire tout un monde ? Peut-être !... Mais déjà, il faudrait s'entendre sur le mot lui-même !

Depuis que le monde est monde, parle-t-on de l'ensemble de l'univers, de la planète terre avec ses astres dans l'espace ? Parle-t-on de tout ce qui existe, du visible, du connu comme de l'inconnu ? Ne sont-ils pas loin l'ancien et le nouveau monde ?

Ce monde indiscernable est-il intelligible à Monsieur tout le monde ? Ne l'appréhende-t-il pas qu'en fonction des milieux dans lesquels il s'insère ? Comment percera-t-il les secrets de la Matière ? Ses sens, sa raison, son expérience le lui permettent-ils ou reste-t-il limité à son environnement ?

Peut-on dans l'absolu, concevoir simplement ce qui semble organisé et en corolaire, imaginer le désordre primitif et chaotique ? Si nous ignorons l'origine comment en affabuler la fin sinon qu'en rêves ?

S'agit-il donc de discuter ici, de l'ensemble de l'humanité civilisée ou d'un milieu particulier comme la société ou le monde végétal ? Comment intégrer dans le cosmos, ce vaste globe où des gens, en tout genre, partagent l'espace public en cherchant, en ce bas monde, à s'approprier l'espace privé ? Y a-t-il eu un début et une fin à la bêtise et à l'avidité ?

Je crains qu'à cette question, sans fin, nous recevions une fin de non-recevoir. D'ailleurs, ce serait bien normal car, si la fin justifie les moyens, sans une fin réelle, il ne reste pas d'autre espoir que de faire avec les moyens du bord ! Et vogue la galère et va le Juif errant ! Rien à donner, rien à expédier, plus de provenance ni de destination. La lettre en Vérité reste morte de l'aleph au tav.

Dans ce mélange des notions, du grand Tout et du vaste monde, de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, du macrocosmique au microcosmique, l'Homme est-il assez grand ou déjà trop petit pour lever tous les doutes ?

Prend-il lui-même conscience de son unité ? Arrivera-t-il à régler la question récurrente des paradoxes : du début et de la fin, du sans queue ni tête, du sans début, sans fin ? Sans méthode certifiée, il n'y a pas de sens ni de vérité absolue, aucune logique sinon celle du doute ! Alors, doit-il se faire tout petit ou faire tout, tout seul, comme un grand ?

Nul n'est contraint à régler l’obsédante question de l'énigme du monde. Alors, pour qui le veut bien, fini le casse-tête ! Il suffit de le décider et de renoncer à triturer ses méninges pour mettre en ébullition ses derniers neurones. Il n'y a pas de quoi chercher, ce qu'il y avait avant l'étincelle du Bing Bang, plus de commencement que de l'imprévisible !

Il n'y a donc plus de Genèse ni d'Apocalypse, plus de création ni de lumineuse, éclatante ou obscure révélation finale. Il n'y a plus rien qu'un mythe biblique ! Réglée la question surnaturelle et religieuse du divin ! Il n'y a plus à prouver l'existence de Dieu, à partir de l'existence du monde. Plus de Jugement Dernier ! Plus d'aurore ni de crépuscule des dieux ! Si le Père existe, il est éternel !

Comme par miracle ou par déréalisation, rien ne se crée et tout se transforme ! L'esprit crée son propre monde idéal, le meilleur des mondes possibles, à la vitesse de la pensée en la confondant avec la lumière. Tout est dynamisme, action et tout est force !

Sans début, rien n'est à parachever, pas de finition, que des interruptions ! Pas de conclusions ni de terminaisons, d'initiales ou de désinences aux mots et aux verbes, de terminus ou de terminaux, mais plus que des escales dans les ports et les aéroports ! Il n'y a plus que les retards qui sont in extremis !

Sans début ni fin, et sans en avoir l'R, l'amour fait la moue ! L'austère minus lui-même, porte définitivement l'atavisme du pas fini ! Sa patience n'est jamais à bout ! Et les histoires sont interminables, elles se répètent indéfiniment en sempiternelles ritournelles. Perpetuum mobile ! Rien ne cesse !

Plus d'alpha ni d'oméga, plus que des bêtas dans leur course contre la montre. Il n'y a plus de tableau de Courbet dans le placard de chez Lacan, plus de recherche de paternité, plus de crainte millénariste de fin du monde. Il n'y a plus d'origine, ni de péché originel, plus de date de formation de la matière, plus d'existence matérielle. Plus d'homme primitif, ni abouti.

Il n'y a plus de sens déterminé aux directions et, sans repères dans l'espace, définitivement infini, plus d'hémisphères, de milieu, ni de loi du milieu. Plus de questions existentielles, plus d'études scientifiques, plus de recherches de causes antérieures à la cause, plus de loi des contraires, plus que des conséquences du Hasard !

Commenter cet article

Nom 24/05/2014 15:05

-Comment intégrer dans le cosmos, ce vaste globe où des gens, en tout genre, partage l'espace public en cherchant, en ce bas monde, à s'approprier l'espace privé! _
Une question :
"Qui est-ce qui partage l'espace public ?"

Jmdmodimodi 25/05/2014 08:37

Correction faite. Merci

Pénélope 23/05/2014 13:03

Aujourd'hui, il y a de quoi "perdre son latin!"
Qui suis-je? D'où viens-je? Où vais-je?

Ma petite vie ne suffira pas à répondre à toutes ces questions.
Et comme le dit Jean Gabin :
"Toute ma jeunesse, j'ai voulu dire je sais
Seulement, plus je cherchais, et puis moins j' savais
Il y a 60 coups qui ont sonné à l'horloge
Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j'm'interroge ?

Maintenant JE SAIS, JE SAIS QU'ON NE SAIT JAMAIS !"

Ma vie a eu un début, elle aura une fin (sur terre, ensuite...?)
Alors... Je vais essayer dans la mesure du possible, de profiter des bons moments qui me sont donnés à vivre sur la planète bleue.

Jmdmodimodi 24/05/2014 08:03

Ça prouve surtout le niveau , la fidélité et la disponibilité de ces lecteurs, zappeurs et sans reproche!

Pénélope 23/05/2014 20:11

Aujourd'hui, ils ont eu peur!
Mais pas de souci, ils vont tous faire du stop sur le bord de la route pour "raccrocher les wagons!"
Bonne soirée et à demain sur le blog avec le nouveau texte surprise.

Jmdmodimodi 23/05/2014 19:24

Quand je passe la surmultipliée, je laisse des amis sur le bord de la route!
Ça va passer!

alain 23/05/2014 12:41

J'ai pas tout compris! Car c’est fait en finesse profonde!

Jmdmodimodi 23/05/2014 19:22

L'important , c'est de tenir!
Merci Alain!