Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'aune d'Hélène 2/3

Publié le par modimodi

À peine une mesure, à peine !

Les mots poussent en moi,

Comme des ongles

Et leurs fleurs mauves et de lilas

Fouillent ma chair et ma mémoire.

Il n'est plus de traces que de toi.

 

Je viens de naître ce matin,

Mon chant nu, sur tes lèvres

Comme l'eau vive de l'enfance.

À peine, une aune de soleil,

Au visage d'or de la nuit.

Je chanterai l'aune d’Hélène.

 

Baudelaire invite au voyage,

Tous mes rêves ont des passeports.

J'entends les plaintes des bateaux,

Prisonniers des ancres rouillées,

Ensablés comme nos cœurs,

Échoués aux rivages.

Il n'est plus de sel que de toi.

Mon chant est un chant d'écume !

 

Je viens de naître ce matin,

Dans une vague haute et blanche.

À peine, une aune de désir,

Aux murmures de la marée,

Aux cris délivrés des mouettes.

Je chanterai l'aune d'Hélène.

 

Je suis un passeur d'étoiles,

L'aube crépite d'étincelles,

Diamants répandus du collier de la nuit.

Il n'est plus de larmes que de toi.

Chacune porte ta lumière

Jusqu'aux echelles du ciel.

 

Je viens de naître ce matin,

Une fontaine dans les mains,

À peine, une aune d'infini

Sur ton nom, comme une brûlure !

Je chanterai l'aune d'Hélène.

Commenter cet article

jmdmodimodi 25/06/2014 08:13

M

Pénélope 24/06/2014 18:50

Après la plume délurée et délirante de l'écrivain dans le texte d' hier, on retrouve aujourd'hui, toute la retenue et la délicatesse du poète.

jmdmodimodi 25/06/2014 08:15

Merci Pénélope! C'est mon côté féminin, Changeant et Varié!