Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

M'as-tu-vu 3/3

Publié le par modimodi

En haut du phare ou du talus,

Ce qui t'importe, c'est d'être vu !

Y'a pas besoin de longue-vue,

Même au milieu de la cohue,

On ne voit que toi, m'as-tu-vu

Comme sur ton nez, la verrue !

 

Tu t'mets la bouche en forme de cul

Pour nous raconter ton vécu.

Tu te répands en compte rendu

Mais pour la gloire, tu es d'la revue !

Tu n'es qu'un simple individu !

Tu fais partie du superflu.

 

Quand l'heur'de tes class' fut venue,

Te voilà tout frais, émoulu,

La plus coquette des recrues !

Tu voulais être le promu.

Mais pour ça, il aurait fallu

Que tu n'aies pas eu la berlue.

 

Que tu ne fus pas si ému,

Envoyant ton tir dans les nues

A ton premier coup d'obus !

Pour finir tu n'as obtenu

Q'la branch' de céleri rémoulu,

La décoration des bizuts !

 

Tu te vantes, à jets continus.

T'as grimpé le Machu Picchu

Quatre à quatre et les pieds nus !

T'as délivré le Prince de Lu !

Tu as sauvé des eaux, Boudu,

T'as r'trouvé l'soldat inconnu...

 

Comm' Tartarin, t'as tout connu,

La famille du pèr' Dodu,

La mèr' Michel, l'Père Lustucru,

L'enfant Jésus et Esaü !

Mais tu n'es pas assez couillu,

Pour la renommée, c'est fichu !

 

À l'épate, tu es assidu,

A la pétanque, tu es pointu !

Tu pointes, tu tires, tu l'as dans l' c...

Ton pantalon s'est décousu...

Mêm' Fanny n'en est pas rev'nue

D'une si bell' vertu fessue !

 

T'as dansé avec la Goulue !

T'étais capitain' de chalut,

T'as fait la pêche à la morue.

Dans l'monde entier, tu es connu,

Au Pérou, tu aurais vécu

Mais tu n'as pas quitté Tournus !

 

Avec l'âge, bossu et pansu,

Tu rest' un fiérot éperdu.

Mais le temps n'a pas de salut !

Tu es amer, confus, déçu !

Quand tu parades sur l'avenue,

On ne te voit plus m'as-tu-vu ! 

 

Tu t'comport' comme un malotru,

Quand tu chant's l'air du Lenturlu

Pour fair' rougir les ingénues !

Tu passes pour un farfelu

Mais tu n'es qu'un vieux parvenu

Bien trop vantard et m'as-tu-vu.

 

T'es qu'un vieux beau, patte-pelu !

Tu n'es plus que portion congrue,

Car t'as perdu ta plus-value !

Même au milieu de cent statues,

On n'verrait que les attributs

D'un vieil Apollon déchu !

 

Tout le monde en a plein le c...

Je ne vois pour toi nulle issue !

On te fera boire la ciguë.

Fui comme la peste, est ton statut,

La mer te voit, elle fait reflux !

Les anges du ciel, déjà te huent !

 

Un d'ces jours, t'auras disparu...

Mais l'bon Dieu, au milieu des nues

Ne t'accordera pas d'entrevues.

Tu finiras à l'institut,

Dans un bocal, fluo, tout nu,

Com' spécimen des m'as-tu-vu !

Commenter cet article

J
Merci Pénélope! Vous êtes observatrice! J'en connais aussi!
Répondre
P
Un m'as tu vu qui est le seul à se croire intéressant et à ne pas se rendre compte de l'image ridicule qu'il donne à voir.
On en connaît tous hélas!
Un personnage très bien décrit.
Répondre