Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre à mes semblables : Correspondances

Publié le par modimodi

Tu le sais, toi, mon double, mon jumeau de la vie, nous ne pouvons vivre sans nous correspondre ! Nous nous ressemblons, traits à traits, on nous confond souvent ! Nos symétries physionomiques nous ont rendu solidaires car nous jouons avec les confusions, même celles de nos proches. Ils nous croient homothétiques ! Nous rions en connivence, dans une totale complicité de leurs plaisants quiproquos !

Pourtant, mon frangin d'amour, l'apparence de nos similitudes n'est qu'un piège. La copie conforme est une douce illusion visuelle ! Il y a bien entre toi et moi, un premier né, un aîné qui a eu la primauté de goûter à la tiédeur du jour ! Je suis ton puîné de la saint Benjamin, le cadet de tes soucis ! Tu es un aventurier de la vie, un devancier qui a recueilli les premières exclamations, les premiers compliments et les primes caresses. Aucune jalousie ni amertume dans ce constat, puisque tu es le pionnier de l'existence qui a originellement reçu les émois maternels, l'indispensable douceur, préalable aux plaisirs des jours promis. Et je suis encore et toujours un valeureux et impatient second, qui frappe à la porte de la lumière, qui la pousse, qui vagis et qui crie : Et moi ? Et moi !

 

Tu le pressens ou tu le sais aussi, toi, qu'on dit étranger, alors, que tu es mon semblable en humanité ! Même si nous ne sommes pas frères en gémellité, nous sommes en correspondance et en fraternité terrestre ! Tu es un autre moi-même, un œuf fécondé par l'amour ou le hasard ! Mais tu es surtout l'éclosion du bonheur d'exister, tu es la création de tout espoir, fragile certes, mais lié par le fil ténu de la vie.

Même sous les bombes ou dans le dénuement, tu es le miracle principiel de la vitalité, le dynamisme et l'énergie primale, le souffle primordial. Tu es la genèse d'un monde nouveau, l'origine d'une histoire à écrire d'une plume aussi légère que le vent ! Tu es l'aurore d'un jour de plein ciel étoilé, sur la voûte du temps ! Ôte vite ton bandeau pour atteindre la claire lumière. Tu portes déjà en toi, sans le savoir, le début et la fin, comme les racines ignorent la cime de demain !

 

Tu le ressens aussi, toi, ma moitié, mon symbole que l'amour unifie ! Nous sommes en correspondances, nous nous ajustons et nous nous accolons pour rester soudés, l'un à l'autre ! Nous faisons bien plus que nous accommoder ou que nous conformer ! Nous affinons nos affinités. Nous cherchons à concilier nos différences, à harmoniser nos singularités et à être, encore et toujours en accords et en corps à corps ! Nos anneaux échangés scellent notre alliance ! Et même si, au départ, nous n'avions rien de commun, aujourd'hui, pour faire cause commune, nous avançons main dans la main, dans la clarté vers lumière ! Nous sommes des bourgeons en promesse de fleurs, en présage de fruits !

Dans la symphonie de la vie, nous accordons nos violons, nous sommes au diapason, dans le ton et de concert ! Mais nous le savons, il n'y a pas d'accord à vie, nos tendres liens ne sont pas des garrots ! Nos lèvres se déclosent. Le brouillard des aveux, la brume des serments, dans l'azur de l'amour se fondent et s'évaporent.

Au quotidien d'aimer, dans le gris-bleu des habitudes, nous cherchons toujours à partager nos avis et nos sentiments en bonne intelligence et en pleine concorde ! L'esprit de l'entente cordiale se glisse au cœur de nos étreintes ! La parité de nos opinions, les analogies de nos conceptions, les duos de nos cris d'amour font l'égalité de notre tendre communauté. Nous sommes le fruit et le noyau !

 

Nous sommes en correspondance. Oui ! Nous nous correspondons comme nous correspondions autrefois ! Aujourd'hui, nous en gardons le souvenir postal ! Heureuse époque de notre amour balbutiant, que nous prenions au pied de la lettre ! Exaltantes relations épistolaires aux missives enflammées, espaces enluminés entre attentes et soupirs, repères topographiques pour notre carte du Tendre ! Parcours fléchés ! Oh ! Ma destinataire, à la fin de l'envoi, je touche, votre cœur !

Mais S.V.P. prière d'accuser réception, en télégramme ou S.M.S ! De nos jours, il faut communiquer utile et vite ! Hier, nous avions le temps de nous aimer et de l'écrire. Je bafouillais d'émois car, c'est en toute franchise, que l'amour, peu à peu, affranchissait nos échanges. Nos messages entre leurs feuillets se dépêchaient, sans faire un pli ! Nous nous pressions en désirs empressés, nous nous aimions en liaisons de pleins et déliés !

Nos correspondances régulières ont ainsi contribué à nous rendre fidèles, hier, aux postes et télégraphes et aujourd'hui aux posts ! Au règne de l'interdépendance, nous réseautons et papotons. Nous nous mêlons, nous nous en-mailons et nous en-maillotons, nous nous en G mêlons, tant et plus ! Nous nous mettons au point et nous synchronisons en 3, 4 ou 5G. Plus de querelles, tout se corrèle dans la concordance des temps d'aimer !

Nous avons expérimenté tous les modes de communication. Courriels, textos et fax imprimés ou petits billets doux aux lettres parfumées, aux reflets miroitants de nos promesses impatientes. Nouveaux Narcisses, nos écritures scintillent dans le miroir de nos deux cœurs ! Pourtant, nous évitons de nous noyer dans l'eau profonde de nos regards, embués d'émotion... Nous nous sommes donné le mot pour garder le cachet de l’authenticité ! Toujours, nous en faisons foi !

Nous nous aimons, gardiens de nos correspondances, en poste restante ! Nous ne sommes jamais en souffrance. L'amour tient nos promesses et nos cœurs, en attentes. Et nous nous gardons, mon ange, en liberté de mots et de messages ! C'est ici-bas, notre céleste destinée !

Commenter cet article

P
C'est vrai qu'avoir un frère jumeau ou une sœur jumelle ne signifie pas forcément qu'il existe toujours une entente parfaite entre les deux.
Par contre, on peut trouver sur terre son "double", son "frère" ou sa "sœur" de cœur, avec un lien bien plus fort que le lien du sang parfois.
Celui ou celle avec qui on partage des idées, des sentiments, des valeurs dont on discute en toute intimité ou sur le net quand la distance l'oblige.
Ceux qui ont trouvé cette relation ont une vrai richesse dans leur vie.
Répondre
J
J'espère Pénélope que vous avez ainsi trouvé l’âme sœur! Que vos cœurs et vos messages sont en correspondances! Nul doute que vous le méritez!
M
Suis époustouflée, pantelante, sidérée, par le génie de votre écriture !!
Chapeau bas Monsieur ! vous méritez l'Académie !!!!!
Répondre
J
Morgane, merci! J'en rougirai presque! Je vais dès maintenant m’habiller en vert! Mais, je préfère, pour l'instant rester vert et aimer la belle académie!