Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le début et la fin 2/3

Publié le par modimodi

Au début était le bruit ou le silence, le souffle ou la parole ! Au début, était le son ! Au début était le mot... Tu l'ignores, tu le supposes !

Toi, qui le cherches, sais-tu que la mort seule, aura le dernier mot dans l'éloquence de son silence ou le fracas des trompettes du Jugement dernier.

Sagesse ou folie, il faut vivre chaque instant comme un début et non pas comme une fin. Il faut vivre chaque fin comme un nouveau départ. La seule assurance, c'est celle de la promesse...

Chacun le sait plus qu'il ne le perçoit ou ne s'en rappelle. Le premier cri de la délivrance a marqué son irruption dans la vie. De même, certains croient que c'est le premier souffle biblique qui a donné le coup d'envoi de la création.

Pour ceux qui croient au ciel, l'évangile ésotérique de St Jean leur donne une précieuse indication : " Au commencement était le Verbe ! " Voilà ! L'origine du monde est déclenchée par le Logos divin qui fonde l'univers avant de s'incarner pour demeurer parmi les humains. C'est ainsi que tout commence ! C'est ainsi que naît le mystère du cosmos, de la terre et de l'existence !

"Dieu" ainsi nommé, accomplit son entrée en matière et en action. Il crée les premiers temps de la valse des planètes, les premières mesures de la ronde des galaxies, les premiers pas de la danse des étoiles et met en marche le carrousel des constellations. Fiat Lux !

Son entreprise magicienne donne l'aurore au cosmos. L'éclat du premier matin préfigure tous les matins du monde. Un éclair de génie ébauche dans la lumière tous les éléments de l'harmonie. Il leur donne forme et fait apparaître les êtres vivants dans leur infinie diversité et leur extraordinaire beauté. Le pur Esprit est féerie, il inaugure ainsi le temps primordial de la grande aventure humaine.

C'est l'avènement de la Vie ! Ab ovo ! L'éclosion est un jaillissement d'éléments gazeux, embryonnaires de prodiges. De la grande omelette cosmique naît notre terre et avec elle, les grandes interrogations : qui de l’œuf ou de la poule ? Dieu est-il un papa-poule ?

Certains crânes d’œuf restent à jamais brouillés avec la question et certaines faces d’œuf refusent de tout gober, en niant tout à plat ! Je connais un "saint" André qui est pire que saint Thomas ! Il refuse ces cucuteries de bondieuseries et appelle le Sauveur, Monsieur Jésus... Notre amitié est la plus forte.

D'ébauches en esquisses, l'évolution est engagée, en développements permanents, en extensions et expansions dilatées. Tout est rythme et musique, du temps naît le contretemps, du début naît la fin ! Mouvements des cycles permanents : Perpetuum mobile !... ad vitam aeternam... tout au moins, jusqu'à l'apocalypse !

Réjouissons-nous tant qu'on le peut ! Hava Naguila, Hava Nabila ! Non ! Mais quoi ? God knows what ! Découvrira-t-on enfin, le pourquoi du comment, le comment du pourquoi, le sens ou les sens de l'existence ? Verra-t-on le plan de la grande architecture, à défaut de rencontrer le Grand Architecte ? A quel prix, par quels moyens et à quelle heure ?

In fine, où est le début de l’œuvre, où est la fin du cercle, est-on vraiment au point central ou au point mort ? Tourne-t-on en rond ou a-t-on mal tourné ? Sommes-nous déjà au terminus ? L'arrivée se juge-t-elle au finish ? Interminables questions, sans fin, éternelles, jusqu'à la fin des temps !

Au cœur du croyant, qu'il soit parieur pascalien au tiercé de la sainte Trinité ou croyant de bonne foi, la "bonne nouvelle" évangélique a diffusé le message de l'espérance salvatrice dans un autre monde promis. Elle a transformé l'idée brutale de la mort en "Grand départ !" Inscription baptismale pour la nouvelle course céleste, le grand marathon du paradis ! Le départ pour l'inconnu ! Un seuil à franchir, un pas, un saut, une entrée dans le lumineux mystère, là-haut, tout là-haut...

Après tous les mea culpa, les pénitences répétées et la multiplication des prières de repentance, avant la face contre terre pour éviter la chute, voici le joyeux "rira bien, qui rira le dernier, avec les anges et les archanges !" Oh ! La grande et la petite joie de s'envoyer en l'air !

Un remède au désespoir qu'après, il n'y a plus rien ! Miracle de l'eschatologie ! Dénouement inattendu ! La fin est devenue début ! Une inversion inédite du processus où le terme est un recommencement, l'initiale d'une nouvelle vie ! Le retour vers le futur, l'involution ab utero, vers l'unité. Un voyage dans le temps et une expédition pour l'au-delà...

En quelque sorte, chacun aura ou aurait droit à une seconde naissance immatérielle, à l'instar du Christ Phénix ! Alors, pour renaître de ses cendres, il faudrait bien sûr, avoir le feu sacré et ne pas avoir de retard à l'allumage ! Mais hélas ou heureusement, nos feux sont d'artifice, de Bengale et de joie. Pas du feu de Dieu ! Rien d'extraordinaire ! Nous ne sommes que des lucioles, de petits feux follets pour la nuit éternelle.

Bonheur et gloire aux crédules ! Pour chacun d'eux, cette révélation est un cadeau inespéré, un sacré subterfuge, un formidable défi spirituel qui naît dans le cœur des hommes. Miracle, merveille et prodige ! Dieu sait comment, mais les voilà capables, par l'opération du Saint Esprit d'éviter brutalement la sortie définitive et de pouvoir jouer encore les prolongations paradisiaques ou infernales.

Ainsi, quand tout est achevé, quand l’œuvre est accomplie, quand le plat de résistance de la vie est consommé, rien n'est définitivement perdu ! Chacun peut désormais mourir de sa belle mort ! "Ce n'est pas la mort !", dira le futur bienheureux ! Ainsi, pourrait-on même comprendre ceux qui font le mort, vivant !

Par l'opération du Saint Esprit, l'esprit borné n'a plus de limites. Il peut passer d'un extrême à l'autre. C'est la fête aux neuneus ! A l'extrême onction, c'est in extremis, que celui-ci est mort de rire, jaune d'huile de saint Chrême !

Gloire donc au primitif, à l'esprit obtus car l'ouverture des angles devient possible, tous les angles sont arrondis. Il n'y a plus de point final, de point de non-retour, juste des points de suspension, un arrêt momentané de l'image et du son. Dans ce cas de figure radieuse et bienheureuse, si on expire, c'est pour prendre un second souffle céleste ! Rien ne cesse, ni ne dégénère car tout régénère ! Tout se transforme pour l'éther-nité !

Incroyable, me direz-vous, à n'en pas revenir ! D'ailleurs, à mon humble connaissance, personne n'en est jamais revenu, même en avatar ou en ectoplasme.

Alors, chevaliers de la terre ronde, fils de Dieu et filles de joie, faites comme moi !... Et que la fête continue ! Dès ici-bas, souriez aux anges ! C'est la seule figure de circonstance !

 

Commenter cet article

T
Eternelles questions. .. (* _ * )
On sent poindre des éléments de réponse. ..
dans de nouvelles questions
( * _ * )
Répondre
J
C'est un problème en effet , sans fin ! Des questions restées sans réponse. Voilà pourquoi, j'ai rangé ce texte dans la rubrique "sans queue ni tête"! Merci cher lecteur!
T
Eternelles questions. .. (* _ * )
On sent poindre des éléments de réponse. ..
dans de nouvelles questions
( * _ * )
Répondre
J
Ah oui, j'avais oublié! Comme quoi, les bons souvenirs demeurent comme notre amitié! Merci Alain!
Répondre
A
Que de richesse !!
Je me souviens d'un certain "grand architecte" non pas le "GADLU" mais le "GADLA" et ça c'était en Creuse!! que de souvenirs!!
Répondre