Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le grand cirque

Publié le par modimodi

La mode vient des Etats Unis, du cœur de la Californie ! Phénomène de mode du mois de novembre 2014 ? Du Nord au Sud, les clowns attaquent notre pays. Ils menacent et ils effraient le quidam et les vieilles dames. Ils ne donnent pas le spectacle, ils créent le désordre. La peur a pris la place du rêve.

Qu'est-ce que c'est que ce cirque ? La psychose s'installe sur les gradins. Les médias ont tendu leur grand chapiteau. Les guignols de l'info enquêtent et commentent. La grimace est de circonstance ! Le comique a fait place au tragique.

La télé fait son grand circus ! L'agitation médiatique et clownesque s'est emparée du spectateur. Elle rend compte du grotesque de la situation, dans une mascarade de réprobations. Place à l'exagération, au sensationnel et à l'inédit! Ce sont dans l'émotion et le mauvais imaginaire, les nouveaux contes de grim', âge de glace et d'effroi.

L'auguste ne fait plus rire les petits et les grands. Il ne s'appelle plus Patoche le sympatoche mais Pétoche le sale moche, qui fait peur aux mioches ! Son nez rouge allume et enflamme le fantasme de la frousse, à l'intérieur de la citrouille. Drôle de façon de fêter Halloween !

Autrefois, le clown apportait le burlesque et la joie. Il illuminait la piste et écarquillait nos yeux de son habit de lumière chatoyante. Aujourd'hui, dans une vilaine pitrerie, il renverse les codes et casse le miroir de nos représentations. Il détourne l'image enfantine de la joie. Il la transforme en une peur malsaine. Il glace le rire et pétrifie ! Sa farce malintentionnée inquiète et terrorise.

La peur du loup de nos contes de fée, des monstres de nos mythes et légendes, est évidemment une peur créée et voulue. Dans le cas présent et de la même manière, le clown délinquant joue volontairement sur nos croyances. Il détruit la figure traditionnelle du clown triste ou gai pour nous effrayer, par un comportement différent, étrange et menaçant. Il joue avec toute l’ambiguïté de notre imaginaire et les troubles de notre passage à l'âge adulte. Il ressuscite, notre angoisse, nos phobies et nos cauchemars. Nous perdons la maîtrise de nous-mêmes.

Le cirque a quitté son arène et sa piste étoilée. Il est dans la rue, sous la lumière pâle des réverbères. Les ombres fardées, criardes et armées surgissent de la nuit. La crainte sous le masque, le danger et la terreur s'installent dans la violence urbaine. La paranoïa nous guette et avive le prétexte des milices

Stephen King a employé le même ressort pour jouer avec notre angoisse, dans un de ses films : " Çà-il est revenu. " La poupée Chucky, possédée par l'esprit d'un tueur en série, use du même procédé. Le jouet s'anime et la gentille devient méchante et diabolique. Saw et plus récemment, Annabelle donnent ainsi le frisson et la panique. Le normal se dérègle et tout devient anormal ou paranormal.

Un seul but poursuivi : épouvanter, paniquer et réveiller les peurs ancestrales ou nocturnes de notre enfance pour créer le traumatisme des petits et des grands. Car, depuis toujours, les morts vivants marchent avec les zombies. Pour le paradis promis, les morts doivent aussi ressusciter ! Perspective biblique apocalyptique !

Dans notre quotidien, dans l'arène politique, sans avoir besoin de se déguiser, quelques clowns font le cirque et tentent en mauvais saltimbanques, d'amuser la galerie. Ils effraient par leur incompétence et font rire avec leurs promesses.

Riez, jaune sans doute ! Guignol donne du bâton et Paillasse, sans rire, nous y met.  La paille oui, mais plus de grain ! A la cour des miracles économiques, le bouffon a un talent fou pour réjouir d'une clownerie, le roi Shrek. Avec moins de génie que C. Chaplin, tous ces marioles font le Charlot ! Pour faire le Zouave, il leur suffit d'attendre la nouvelle crue du pays qui prend l'eau. Il nous sera difficile de garder les pieds au sec !

Y'a des jours, j'ai la frousse ! Je voudrais avoir des talents de prestidigitateur pour faire disparaître ces illusionnistes, être dresseur pour faire danser ces éléphants, dompteur pour ces tigres de papier, aux dents longues, jongleur pour casser les assiettes de l'impôt et fakir pour les faire tous, monter sur ma planche. Ce serait un chouette clou du spectacle !

Commenter cet article

P
Certains médias sont à la recherche de ce genre d'information et nous inondent chaque heure de la journée et pendant des semaines d'une quantité de détails qui hélas ne font que germer des idées du plus mauvais goût dans les petits cerveaux.
C'est vrai qu'on a pu le constater récemment avec "les clowns méchants".

Quant à ceux qui n'ont pas besoin de se maquiller dans la vie publique pour nous donner un spectacle burlesque, ils nous font hélas de moins en moins rire!

Heureusement, il existe une famille de clowns dont on peut être fier, ce sont ceux qui donnent un peu de joie aux enfants malades dans les hôpitaux.
Répondre