Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aucun piège 3/3

Publié le par modimodi

 

Face-à-face, Strasbourg Paris !

Boucles nouées,

Gorges serrées,

Confidences enfin tressées

Dans l'écheveau des rails…

Doigts frôlés,

Mains pressées,

Lèvres pincées,

Premiers baisers,

Roses effleurées !

 

Je les regarde, je les envie

Je voudrais moi aussi

Avec toi,

Pouvoir recommencer,

Avaler la lumière,

Goûter la liberté,

Pouvoir tout oublier…

 

La douleur des heures perdues,

Des rêves effondrés,

Des secrets oubliés,

Des désirs prisonniers,

Des esprits et des ombres !

 

Je pense à Blaise Cendrars,

Tu es toi aussi, sa petite Jeanne,

Dans le hoquet des gares !

Tu es tous les soupirs,

Les voix qui se sont tues,

Tu es tous les visages perdus

Au gré des vides de mes yeux !

 

Aucun piège pour les retenir !

Aucun piège pour te retenir !

 

Tu es la première pierre

Dans le fleuve de ma chair,

La première glace

À ma paupière,

La première veille,

Où tout commence

Dans le silence,

Dans nos consciences,

Dans le souffle,

Au premier jour

De la vie et de l'amour !

 

Et enfin, en moi, tu murmures,

Et enfin, en moi, tu t'égares

En moi, tu es lumière,

En moi, tu te fais chair.

Mes mains ne sont plus mes mains.

Tu tiens les miennes contre ta joue.

Le bleu du soir monte en nos ongles.

 

Vois ! J'ai pu traverser le miroir.

Nous y sommes emmêlés

Dans des promesses de lumière,

Emportés par l'éternité,

Au-delà des ondes du temps,

Dans les derniers feux de ce train

Qui déchire jusqu'au sang, la nuit.

 

Aucun piège pour nous retenir !

Commenter cet article