Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Boules de comme

Publié le par modimodi

L'amour, c'est comme la grêle, quand l'autre est du tonnerre, on n'en a rien à foudre, puisqu'on ne reste pas de glace!

La vie, c'est comme les bateaux et les rideaux, ça met les voiles, au jour le jour.

L'homme, c'est comme la greffe, hanté par la fente.

La mort, c'est comme l'ourlet, une position de repli quand la vie s'effiloche.

L'amour, c'est comme l'école, les maîtresses vous font faire vos classes.

La mort, c'est comme la peau, du chagrin, moment tanné.

L'homme, c'est comme l'arbre, à force d'être dans les chaînes pour un seul être plein de charme et de s'user au boulot, il finit un peu plié.

La mort, c'est comme l'alcool, un petit verre, ça va, trois vers, bonjour les dégâts!

L'amour, c'est comme la grammaire, de temps en temps, il faut manier le verbe, être porté sur l'article et s'étendre avec attributs sur le sujet.

Commenter cet article

P
"L'amour, c'est comme l'école, les maîtresses vous font faire vos classes."
Et quand la maîtresse est supère, certains font tout pour redoubler!

"L'homme, c'est comme la greffe, hanté par la fente."
Mais pour que la greffe soit réussie, il faut que le greffon soit de très bonne qualité.

"L'amour, c'est comme la grammaire, de temps en temps, il faut manier le verbe, être porté sur l'article et s'étendre avec attributs sur le sujet."
Et entre le masculin et le féminin, il est difficile de trouver l'accord parfait.
Répondre
J
Si à l'école, on greffait la grammaire dans nos cerveaux, on pourrait conjuguer nos efforts et s'accorder sans faute, dans la vie! Bravo Pénélope!