Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Coup de foudre 3/3

Publié le par archibald_06

L'orage fait rage...

 

Plus d'émois entre toi et moi !

Tu me jettes ton feu grégeois.

Je ne compte plus les dégâts !

L'orage s'est abattu sur moi,

J'vais passer de vie à trépas,

Si sans cesse, tu me foudroies !

 

Les plumes enduites de goudron,

Cupidon a pris son tromblon.

Il me crible de petits plombs ;

Tu m'abats en fulguration.

En plein cœur de la dépression,

Tu m'dévastes comme un typhon.

 

Tu m'enlèv's dans un tourbillon.

Je n'pèse pas plus qu'un flocon,

Pas plus qu'une feuille d'automne.

Oh ! Ne m'dis pas qu'j'en fais des tonnes !

Je m'envol' comme une crêp' bretonne

Jusque dans l’œil de ton cyclone.

 

Sous les coups de ton ouragan.

Je me disperse aux quatre vents,

Tu es l'enfer et son boucan !

Adieu ballade, adieu aubade,

Le paradis promis m'balade !

Mon salut est en débandade.

 

Tes promess's n'étaient qu'des salades,

La belle oie blanche, une tornade !

Tu t'étais cachée sous le masque,

Tes câlins n'étaient que des frasques,

Tes mots d'amour faux et fantasques,

S'envolent aux moindres bourrasques.

 

Ta colèr' projette ses trombes,

Mes regrets tombent, en hécatombe !

Je vais m'écraser sous tes bombes,

Tu vas pouvoir creuser ma tombe !

Moi, ton grand prince des huées,

Je vais mourir glacé, noyé !

 

Ô désespoir ! Oh ! Cris de rage !

Notre amour fera-t-il naufrage

Sous les foudres de cet orage ?

Ces éclats vont-ils perdurer ?

Dois-j' patienter, laisser passer,

Bien à l'abri, laisser sécher ?

 

À quoi bon, toutes mes prières ?

Ce n'est sûrement que la guéguerre

D'une mégère, d'une rombière !

Tu n'vas pas m'tailler des croupières,

Mettre mes espoirs en jachère

Et m'expédier au cimetière ?

 

Drapeau blanc ! Calme ta colère !

J'ai mis mon cœur en bandoulière,

L'espérance est ma messagère.

Si cet orage est temporaire,

Prouve-moi que t'es du tonnerre

Mais, à la vitesse de l'éclair !

Commenter cet article

J
Lux aeterna! Merci Pénélope!
Répondre
P
La vie sur terre n'est pas toujours un long fleuve tranquille.
Alors qui sait?
Peut-être qu'au-dessus des nuages, des éclairs et des coups de tonnerre,
Peut-être que dans l'éternité tout est apaisé.
Répondre