Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La tête dans le sable !

Publié le par archibald_06

Oui ! Mes amis, aimons la vie ! Aimons-la, même si, celle-ci nous fait perdre parfois la tête, quand elle nous fait faire des tête-à-queue avec la raison.

Ah ! Qui chantera, d'une voix de tête, pleine d'étoiles, le tendre bonheur des tête-à-tête en cœur-à-cœur ! Qui vous dira comment l'amour vous monte à la tête ? Comment il vous frappe, tout à coup, sur un étonnant coup de cœur, en pleine tête ou sur un étonnant coup de tête, en plein cœur !

Qui vous dira la symétrie des têtes de petits princes, regardant dans la même direction la géométrie lactée des étoiles ? Qui vous chantera d'une voix exaltée, les plaisirs charnels des délicieux tête-bêche ! ... A l'endroit, à l'envers, l'amour a parfois de charmants revers et des splendeurs extatiques, dans des points de vue, diamétralement opposés !

On n'est pas forcément inconciliables et discordants, ni dos à dos, quand on est amoureusement recto, verso ! Nous n'avons, ma mie et moi, que des bons, pas de mauvais côtés. Nous nous tenons près, tout près ! Nous sommes contre, tout contre ! Côté cour, je lui fais la cour et lui compte fleurette, côté jardin, je cueille et j'effeuille !

Y'en a toujours qui tiennent des propos renversants d'arrière-garde et qui veulent vous désarçonner. Moi, je préfère les dessus-dessous de nos ébats quand nous avons quitté, tous nos dessous ! Qu'importe alors que nous soyons tout retournés !

Cœurs confondus, nous nous mettons la tête à l'envers. A corps perdus, nous nous jetons, sans arrière-pensée, des regards en arrière sur la splendeur de nos postérieurs, pleines lunes de miel symboliques, pour alunir à l'unisson ! A tomber, je vous le dis, têtes folles, à la renverse, sur de nouvelles terres à délits !

Haut nos cœurs ! Nous nous aimons tête haute.  Aucune sournoiserie, pas de regards obliques et biaisés, pas de têtes de travers. De face et pas de profil, nous nous comprenons, d'un seul regard, les yeux au fond des yeux ! Nous n'avons pas à nous cacher et à nous mettre comme les autruches, plumes au derrière, la tête sous l'aile. Je n'ai pas non plus à me parer de mes cent plumes d'écrivain comme le ferait un paon dans la roue de la Fortune littéraire.

Nous sommes deux enfants de l'amour mais nous ne jouons pas dans les bacs à sable ! D'ailleurs, l'amour n'est peut-être pas un jeu d'enfant ! Nous ne vivons pas des amours prosaïques car nous ne sommes pas terre à terre. Nous sommes plutôt, petit ciel de lit à grand septième ciel, pour nos vols de nuit.

Nous avons évité les ornières de la vie et la tranchée des jours néfastes aux mille temps morts. Nous ne sommes pas des têtes de pioche et n'avons nul besoin de nous creuser la cervelle ou de nous mettre la tête dans le sable…

Pourquoi voudrions-nous, nous parler à mots couverts ou nous jeter de la poudre aux yeux ? Si un jour, je m'ensable, amour, ce sera dans les tendres filons aurifères de son cœur, l'unique encrier dans lequel ma plume trace ses lettres d'or !

Vous le voyez, mes bons amis, si mes écrits sont parfois sans queue ni tête, ainsi ne sont pas mes amours ! Avec eux pas de casse-tête, ni de surcharge, ils sont plutôt sûrs en chair et en sûre impression ! Vous pouvez être à la noce !

Par contre, je vous mets en garde. Si vous rejoigniez mes éventuels détracteurs, ce serait plutôt vous qui seriez en dessous de tout, quand sous-estimant ou dédaignant mes textes, vous laisseriez percer vos sous-entendus pour me traiter de sous-scripteur ! Dans le concert des louanges, je n'entends pas les sous-fifres !

Par quelques méchants coups de tête, je pense que certains voire certaines voudraient briser mes élans en me rognant les ailes... Heureusement, j'ai la tête dure et je suis aussi dur d'oreille que de la feuille... Cette maudite feuille blanche qui se refuse parfois à mes pensées !

Je suis une forte tête, aussi rebelle que mes idées. Je resterai donc sourd et résisterai ! Il sera difficile de me faire aller à l'envers, en me faisant battre de l'aile comme aux tire-au flanc, de me donner un coup dans le zèle !

En amour, je n'en fais qu'à mon cœur, en écrivain je n'en fais qu'à ma tête, surtout quand on me l'a pris ou qu'on me la prend ! Si l'on voulait me mettre cul par dessus tête, j'en prendrais encore bien du plaisir. Peut-être même, par jouis-dire, pourrais-je proposer de meilleures tournures de style et offrir alors, mes meilleurs sentiments de Pierrot lunaire !

Commenter cet article