Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résistance et riposte 2/4

Publié le par modimodi

Ils ont tué les journalistes de Charlie pour des caricatures. Ils les ont accusés de blasphème! N'en déplaise à ses assassins, je reconnais à mon tour le droit au sacrilège et au blasphème, au nom du respect du droit. Et même si, ce point est pour moi bien délicat.

Faut-il que nous soient fixées des limites en dehors de notre conscience personnelle et morale? Ne peut-on ironiser sur les musulmans, les chrétiens, les bouddhistes sans attaquer Mahomet, Jésus ou Bouddha?

J'ai pour principe de vie altruiste et citoyen de n'être ni diffamant, ni injurieux, ni infamant et de ne jamais insulter les convictions profondes de l'autre. Je respecte chacun. Cela ne m'empêche toutefois pas de provoquer parfois. J'accepte ce qui me choque et me différencie. Par contre, je pense que certains n'accepteront jamais les caricatures "blasphématoires" du prophète ou de Jésus! Au delà de l'irrespect, ils les considéreront selon leurs critères comme une insulte personnelle envers la divinité, envers leur foi profonde! Seule la religion dogmatique et intransigeante pose la notion du blasphème et excommunie les hérétiques. Pas de blasphème pour celui qui ne croit pas!

Un dessin satirique ne trouble pas l'ordre public et ne constitue pas un acte volontaire de délit. Seuls ceux qui récupèrent l’événement sont des fauteurs de troubles intentionnels. Certains extrémistes ont même fait paraître de fausses caricatures, bien plus provocantes pour enflammer les esprits! S'il est interdit de représenter le prophète, ceux là l'ont fait comme des iconoclastes! Mensonges et manipulations sont souvent des moyens d'influence toxique.... Et encore, y aurait-il blasphème, faut-il s'en détourner ou régler le problème par la violence?

La finalité n'est-elle pas d'éradiquer toute pensée et de ne laisser qu'une seule religion imposée, dominatrice? Pas besoin de faire un autre dessin pour comprendre le dessein à peine caché, celui de bâtir par la force, un grand empire mondial et religieux!

Alors il faut être ferme, légaliste et clair. J'affirme que, dans notre République laïque, le blasphème n'existe pas. J'affirme que défendre la liberté d'expression, c'est défendre le droit à la critique et au blasphème. J'affirme que défendre une liberté, c'est défendre toutes les libertés!

Voici venu le temps du recueillement et de l'espérance! Voici venu le temps de la gravité et de la légèreté du souffle des idées! Voici annoncée la fin de l'insouciance mais voici venu et réaffirmé le temps de la réflexion engagée! Il n'y a pas de liberté sans courage!

Oui, à l'esprit critique, non à l'endoctrinement! Oui, à la liberté de juger, non à la propagande! Oui aux têtes bien faites et bien pleines, non au bourrage de crâne! Oui, à l'éducation et à la culture! Non, aux sectaires aveugles, aux obscurantistes qui renient l'héritage, la philosophie et l'esprit du siècle des Lumières! ils veulent tuer les intellectuels et la pensée, ils échoueront!

Moi, je porte mon chagrin, mon indignation, ma colère, ma révolte et je défends leur cause! D'ailleurs, je ne suis pas Charlie, je suis Moi, me battant pour Charlie!

Scander "je suis Charlie" est, au moment du défilé, un joyeux et fort cri de soutien et une preuve de ralliement! Mais au risque de choquer, je trouve que ceci peut être aussi un jeu collectif et pas un engagement personnel et durable! Sans parler de schizophrénie médiatique et sociale, celui qui affirme être Charlie, sait consciemment qu'il est une personne qui dit être Charlie! Ce dédoublement de personne peut affaiblir la conviction ou l'action. Chacun peut se dire ne comptez pas trop sur moi, ce n'est pas moi, c'est lui!

Moi, je suis français, démocrate et laïque. Je ne fais pas de prosélytisme. Je réserve mes croyances à la sphère privée, à mon intimité! Je n'en impose le caractère sacré à personne! Je suis libre de croire ou de ne pas croire. Je suis un profane, au sens étymologique, je me tiens devant le temple. je n'ai pas à affirmer ma religion. Mais si j'y entre, je dois le faire discrètement, sans provocation. De même, je ne dois pas être attaqué pour mon appartenance religieuse... On le voit bien tout est délicat et affaire de nuances!

Je ne fais pas bien sûr d'amalgame! Si l'humour est compatible avec la religion, l'amour est son fondement. Le respect et l'humanisme sont, dans la laïcité, le socle du vivre ensemble! Amis, il faut lutter contre soi-même et peser chaque jugement. Nous ne devons stigmatiser personne! Il faut défendre les caricaturistes du journal mais aussi ceux qui les critiquaient, riaient jaune ou aux larmes!

Aujourd'hui je vis une tragédie qui dépasse le nombre des victimes, un drame qui me pousse à l'action! Je suis un citoyen pacifique.Alors, penserez-vous, peut-être que j'agis de manière sans doute dérisoire, mais je me bats avec mes textes contre des terroristes violents qui font l'apologie du crime et de la barbarie! Je défends nos valeurs et les lois de la République! Je suis fier de la Constitution de 1958: << La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. >>

Alors humblement, je crée, j'écris, j'affirme et je m'engage. C'est ma riposte!

Commenter cet article

J
Merci Pénélope!
Répondre
P
L'élan de fraternité, de solidarité qui a vu le jour suite aux événements de la semaine dernière est très beau.
Je souhaite surtout qu'il se poursuive. C'est-à-dire que chacun d'entre nous affirme sa volonté de continuer à défendre la liberté et le respect de chacun.
Tout cela sans baisser la garde, sans faiblir, jour après jour.
Chacun à sa façon, dans notre travail, dans nos loisirs, dans nos passions.
Répondre