Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cassandre

Publié le par modimodi

Mais vous n'êtes plus là !

Je frissonne, j'ai froid.

Je froisse entre mes doigts

La soie fauve des draps.

Je referme mes bras,

Mais vous n'êtes plus là !

 

Vous n'êtes plus blottie !

Dans le fond de mon lit.

Je fixe à l'infini,

Les étoiles d'ennui

Au plafond blanc des nuits

D'amères insomnies.

 

Je suis un cri d'amour,

Un appel au secours

Mais le ciel reste sourd.

 

Je suis désespéré

De ne savoir aimer.

Dies irae, dies irae

De l'amour en allé.

Je ne peux vous garder,

Aimer et être aimé !

 

Je suis si seul sans vous

Que j'en deviendrais fou

A hurler comme un loup !

 

Je n'ai plus de repos.

J'ai besoin de vos mots,

Des fleurs de votre peau.

 

J'ai besoin de vos lèvres,

Des désirs qui enfièvrent,

J'ai besoin de vos mains,

Pour tenir en chemin.

 

Je suis las, sans défense.

Je me cogne au silence.

Cruelle, atroce absence !

 

Hier, joies de jouir

D'impétueux désirs,

A présent, vains soupirs

Tristes à en mourir.

 

Où est notre jeunesse,

Le bonheur, ses promesses,

La liesse, l'allégresse,

La danse des prouesses,

Tresse folle de caresses,

De frissons et d'ivresses ?

 

Pourquoi tant de rudesse,

Pluie de pleurs de détresse,

Voile noir de tristesse ?

 

Je suis si las, Cassandre

De vos promesses tendres !

Plus de bras à vous tendre !

 

Je vis seul en misandre,

Cœur de braises et de cendres,

Froides de vous attendre !

 

Le temps met son emprise,

Sans vous tout est traîtrise.

L'amour me brutalise.

 

Si loin de vos yeux bleus,

De leurs éclats radieux,

Reverrai-je les cieux ?

 

Ma céleste solaire,

Où trouver la lumière,

Sans baiser vos paupières ?

 

Vais-je vivre au désert

Les brûlures de la chair,

Les tourments de l'enfer ?

 

Messager sagittaire,

Prendrez-vous dans vos serres

Mon cœur à découvert ?

 

Je suis nu, un pauvre hère !

Dans les bras de l'hiver,

Au grand ciel vide, offert !

Commenter cet article