Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelle idée ? Quelle idée ! 2/2

Publié le par modimodi

Moi, l'adepte des idées sans suite, je défends encore, sans doute par idéal, l'Idée, la belle et grande Idée ! Oui, je défends l'idée de la pensée pure, ontologiquement celle d'une immaculée conception !

Mais je dois me faire des idées, de fausses bonnes idées ! Imaginez un peu ! Vous voulez ma photo ?Voyez comment je me concentre, me recueille et médite pour éviter de déflorer trop vite le sujet présent.

Naïvement, comme le petit enfant de Marie, dans sa candeur littéraire, je cherche ainsi à me refaire une virginité de penseur à l'esprit pénétrant. Je suis dans l'espoir de la Visitation de l'inspiration illuminative. Mais quelle est votre position originelle ?

Par l'opération du Saint-Esprit, avez-vous une idée déjà incarnée ? Ma foi ! Doux Jésus ! Est-il bien catholique de rester ferme jusqu'au bout ? Serait-ce une malédiction, c'est à dire un péché de ne savoir coucher les pensées et les mots d'amour qu'en faisant des fautes ? Sur ce sujet, quelle est la position du missionnaire ?

D'ailleurs, dans cette série de textes farfelus, apparemment "sans queue ni tête", autant dire, sans début ni fin, les idées ne sont jamais originelles mais originales, incongrues et extravagantes. Sans être subversive, leur bizarrerie est provocatrice afin de piquer votre curiosité et de vous emporter de surprises en sourires.

Ne vous décomposez pas, peu à peu ! Regardez le mot "idée" lui-même, dans l'excellence de son intégralité ! L'idée n'est souvent qu'un petit coup de "dé". Il n'est pas la peine de lui mettre le point sur le "i". Ce n'est d'ailleurs pas chinois, vous pourriez créer votre propre idéogramme !

Chacun a toute latitude pour se faire une idée. C'est ainsi que toute idée peut être valable ou fausse, bonne ou mauvaise, brillante ou lumineuse, fixe ou fuyante, ancienne ou innovante, précise ou utopique, etc !

Heureux et comblé, celui qui a une riche idée. Également convoité celui qui a des idées séduisantes, alléchantes ou rien qu'une idée maîtresse qu'on peut en lui donnant corps, rêver de caresser !

Des choix s'offrent à vous. Faut-il labourer son esprit pour que germent les idées et moissonner quand elles mûrissent ? Sinon n'auriez-vous à glaner que des idées terre à terre ? Faut-il s'entraîner à penser vite quand les idées vous trottent dans la tête ? Dans votre vie, pensez-vous avoir des idées à revendre ou êtes-vous déjà en panne sur le bord du chemin ?

Nous pourrions fumeusement et sans fin en débattre tout en brassant du vent ! Allez ! Vogue la guimbarde de la gamberge, surtout si vous avez une idée phare ! Penser, c'est s'évader ! C'est l'effet Papillon ! Même le plus étriqué aux idées bien ancrées peut toujours tenter de prendre le large ! 

Sans rien dire, chacun a l'air intelligent, quand on lui suppose mille idées en réserve !...  Ô bonheur inespéré ! C'est ainsi, amis lecteurs que vous m'accordez parfois, une petite chance de survie ! Idées reçues, banalités et généralités qui passent par ma tête et se glissent sous ma plume, passent même auprès de certains pour des connaissances ou des pensées ! Le comble, quand je parviens à vous donner des idées illusoires mais apparemment pertinentes !

Parfois, ces pensées évanescentes et sans suite ne restent qu'à l'état latent comme des images diffuses, inexprimables, comme des ombres du silence ! Ce sont elles pourtant qui occupent l'espace blanc de ma page, qui errent dans le territoire vierge du silence, avant que n'émergent le tout premier son puis le mot articulé qui cadence le bruit de la plume griffant le papier.

Ce mystérieux monde de l'idée est un monde igné d'étincelles germinatives, de feux follets de l'intuition. Il reste inaccessible et insaisissable pour les obscurs aux idées noires qui font mine de se creuser la tête ou de trouver le filon ! Esprit formaliste et cartésien, rationaliste éprouvé, conformiste et hypersensible, s'abstenir ! Dans le domaine de l'Idée, seuls survivront demain, deux types d'individus : les idéologues et les idéalistes.

En premier lieu, les idéologues et leurs préjugés qui pensent en systèmes, quand ce n'est pas en doctrines. Ils ont des idées, générales et globales, élémentaires et bien arrêtées, qu'ils estiment innées, exemplaires et progressistes. Ils fréquentent les partis et font de la politique. Ces astronomes de votre destin ont souvent de vieilles lunes.

Ils pensent l'avenir avec des idées toutes faites ou des arrières pensées souvent bornées et arriérées. L'Histoire qui repasse les plats a tendance à leur donner raison. Ils sont convaincus de détenir la vérité, ils se croient indispensables et gardent leurs étroites convictions au frais, dans les trous de leur mémoire compacte ! Ils donnent leurs points de vue sans perspective et vous les imposent en affichant une haute idée d'eux-mêmes.

Leurs esprits aveuglés encombrent et bouchent votre horizon. Faute d'avoir des idées à développer, ils font des développements d'arguments et de démonstrations. Leur idée principale, mesquine et rétrograde, toujours la même et rabâchée, pourrait tenir sur un post-it, à la manière d'un pense-bête ! Ceux-là ne parviennent hélas qu'à vous offrir un petit bouquet défraîchi de modestes pensées, au parfum entêtant de vieilles obsessions.

Et puis viennent, en seconde place, les bons idéalistes qui se font des idées. Heureusement celles-ci courent d'apparences en chimères, d'images en perspectives heureuses. Peut-être ont-ils l'espoir illusoire d'y voir enfin clair dans leurs aspirations absolues et généreuses. Ils ont subitement l'abstraction, la révélation et l'idée de la beauté, de Dieu, de la justice et de l'amour. Ils aspirent à élever le monde en paix et en pureté vers leur idéal.

Ceux-là ne restent pas tout pensifs. Ils passent de l'imagination à la réalité, de la rêverie à la réflexion, de l'opinion à la conviction, de la représentation à l'action ! Ils sont inspirés, ils pensent, ils croient, ils espèrent et s'exaltent. Ils se manifestent en proposant l'expression de leur pensée à travers le langage, l'écriture et leur engagement personnel.

Ils vous emporteront peut-être et vous séduiront par leur originalité, leurs trouvailles et leur fantaisie. Parfois, ils se perdent et vous perdront sans doute, dans leurs pensées alambiquées, distillées dans les circonvolutions labyrinthiques de leur cerveau. Parfois, ils auront une idée de génie mais resteront de leur vivant incompris par les faibles d'esprit. Ils vous désarçonneront par leurs tournures acrobatiques et leurs idées casse-gueule ! Ou bien encore, ils n'auront qu'une idée, oui, mais une idée neuve et inédite, l'idée du siècle !

Vous me direz, on peut toujours suivre et revenir à son idée. L'idée la plus éprouvée dure avec le temps. Tant mieux ! D'ailleurs doit-on se hâter de penser ou de suivre son idée ? Est-on forcément pressé d'avoir un dessein durable ? Ne peut-on patienter, quand on s'appelle Mathusalem ?

Oh ! Moi, j'essaie bien modestement de faire partie du grand monde des idées ! Mais je suis plus théorique que pratique. A moins d'être un grand agitateur, c'est loin d'être gagné pour intéresser ou influencer quelques gentils et indulgents lecteurs. Comment exercer un engouement auprès d'eux, être en capacité d'abstraction, voire en association d'idées ?

Devant mes cogitations, je dois inlassablement convaincre les bien-pensants qui se taisent, la bouche bée de stupeur, aussi muets que leurs grandes douleurs ! Oui ! Certains ruminent devant mes vaches de réforme d'idées et ne savent que panser, d'autres fulminent devant mes idées vaches et ne savent qu'en penser. Mais en plus, tous n'en pansent pas moins et ne pensent qu'à m'étriller ou m'envoyer paître ! Quelle idée, au poil ! Ça pourrait être pis !

Commenter cet article

P
Avoir l'idée d'écrire et surtout le faire avec talent, comme vous, cela n'est que du bonheur pour nous, lecteurs.
Répondre
J
Merci Pénélope! Voilà, un texte qui m'a donné un grand plaisir à écrire et à offrir!