Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sécurité 3/7

Publié le par modimodi

 

La Santé

Amis lecteurs, merci ! Vous veillez sur ma santé ! Vous surveillez la qualité de ma prose et de mes vers, aux rimes tantôt pauvres, tantôt riches ! Vous ne voulez ni ersatz ni placebo littéraire, pas de remèdes périmés ! Sinon, je vous fiche mon ticket modérateur que vous crieriez :  "Remboursez ! Lâchez-moi la vignette !"

Le produit que je vous fournis doit être original, pas une potion d'arrière-officine. Sa substance doit être active.... "Même pas mal à la tête !" La lecture d'un seul de mes textes doit être analgésique comme un bonbon à déguster en sublingual. Pour vous mettre du baume au cœur, inutile de vous passer la pommade et de tartiner mes cataplasmes. Je me dois d'être délicatement pressant, pas empressé. Belle plume, bonne patte jamais pâteuse ou empâtée.

Le style doit être à la page et efficace, le genre maîtrisé et le sujet ciblé. Pas d'entorse au bon goût et à la forme ! Le mot doit être juste et précis, référencé au codex. L'humour agile doit émoustiller, émulsionner et nébuliser les capacités de votre habilité intellectuelle. Pour vous non plus, aucun risque de lumbago de trop de contorsions neuronales dû à mes acrobaties sémantiques.

Je ne dois pas être la coqueluche, même si mon récit peut vous prendre à la gorge que je tente, tout aussitôt alors, d'adoucir par une expression sirupeuse. Je ne dois pas me gargariser ni être nauséeux. Pas d'inflammation même s'il m'est permis d'écrire avec flamme pour embraser l'imagination ou l'enthousiasme du lecteur ! Pas de plume éruptive pour éviter les crises de boutons du lecteur qui s'écorche aujourd'hui la peau, quand hier, c'était du vélin ! Je me dois de respecter votre sensibilité et à mon tour de prendre soin de vous.

La santé est un droit qui devrait être universel. Au nom du principe que prévenir, c'est presque guérir, la sécurité de la santé et le système de veille sanitaire français et international sont toujours en alerte pour prévenir les épidémies ou apporter une aide humanitaire. Les virus sont hélas partout ! Ils mutent en s'adaptant plus vite que nos remèdes. La pandémie nous guette... Les dangers sont planétaires. On nous convainc par la panique vaccinatoire que nous risquons l'infection généralisée. Des patients impatients se ruent alors sur les médicaments.

Les produits vendus en officine sont eux-mêmes décriés, trop chers et inefficaces pour concerner l'hypercomplexité de la vie. Le pays est pourtant en surconsommation addictive et nous savons que nous sommes à peu près tous, un jour ou l'autre, des malades "imaginaires", en auto-médication. Trop de drogues entraînent une accoutumance voire un risque d'intoxication médicamenteuse ou de pharmaco-dépendance.

Sommes-nous en sécurité ? L'agence française de médicaments teste les produits avant leur mise sur le marché. Elle n'a pas empêché le récent scandale du "Médiator" et avant, du sang contaminé et du "Vioxx". Quand la mort est en échéance, ce n'est plus un accident, c'est un meurtre !

Loin des coupe-faims, l'appétit des profits est toujours grandissant. Les intérêts commerciaux des grands labos pharmaceutiques, des firmes et des groupes industriels, à la recherche constante de nouveaux marchés expliquent le surcroît d'énormes scandales financiers et ce, malgré tous les comités d'éthique, les commissions de vigilance et d'évaluation, composés d'experts, trop souvent laxistes.

Bien sûr, le citoyen a le droit de pouvoir se soigner en toute sécurité et dans un libre accès aux soins. Chez nous, tout est régi par le système de sécurité sociale mais le régime est en déficit croissant. Tous les remèdes à la crise ne sont guère plus efficaces que 40% des médicaments, reconnus inutiles!

Ils soulagent plus souvent les symptômes qu'ils ne guérissent durablement. La médecine est elle-même décriée, en médecine à deux vitesses, privée et publique pour les riches et pour les pauvres. Il faut savoir que les prix sont moins élevés dans tous les autres pays européens. La dérégulation des tarifs et des pourcentages est la nouvelle pathologie des remboursements.

Les génériques moins coûteux, aux molécules tout aussi efficaces, nous dit-on, que les molécules princeps sont censés faire faire des économies à notre régime d'assurance sociale. Les quasi copies se multiplient rentablement. Les médecins et les pharmaciens reçoivent des primes pour en prescrire ! Sans doute, tenons-nous là, le prochain scandale du marketing du grand lobbying des génériqueurs ! La compétence des experts ne garantit absolument pas dans la transparence, leur indépendance. Il s'agit de toutes façons en toute opacité de continuer à nous dorer la pilule.

Mais vous le savez, moi, je ne cours pas le cachet. Je vous tiens même la dragée haute dans mes écrits. J'en ai toujours une pleine tablette ! D'ailleurs, je suis plutôt pour les médecines douces et naturelles. Je suis pour la Roméo-pathie ! Envoyez-moi vite une belle plante que je puisse me soigner avec elle !

Commenter cet article

A
Félicitations et vive la roméopathie
Répondre
J
Brave Juliette! Merci addict!
P
Une piqûre de MELI MELOS DITS
Une gélule de RUMINATIONS ERE BUZZ
Un petit cachet (bleu) de FOU D’AMOUR !
Une cuillère de sirop d’EMIATEJ
Une pilule de SANS QUEUE NI TETE
Un peu de pommade de CELEBRITES
Un comprimé de BOULES DE COMME
Quelques gouttes de COMPTINES
Un patch de MYSTERES
Un coup d’aérosol de SATIRE-AU-FLANC
Un peu de crème de JE SUIS CHARLIE.

Et me voilà bonne pour faire une centenaire en pleine forme.

…Heureusement que « l’ordonnance » est terminée.
Je n’aurais pas aimé être obligée de me prescrire des suppositoires !
Répondre
J
Excellents remèdes quotidiens!
Je prends soin de mes lecteurs!
Merci Pénélope!
A
que peut-on ajouter de +
zt ça continue encore et encore, et ça continue d'accord d'accord!!
Répondre
J
Merci Alain! En attendant on se soigne! Amitié!