Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Premier mai

Publié le par modimodi

Premier mai

Pour la fête du premier mai,

Y'a pas de non, y'a pas de mais,

C'est repos toute la journée

Pour jouir du plaisir d'aimer.

Ne me dis pas qu'c'est du travail,

Pense au temps de nos fiançailles !

 

Nous adorions faire chamailles,

Quand nous nous prenions par la taille.

Tu voulais que mes doigts assaillent

Les petites mailles de ton chandail.

Tu aimais mon sens du détail

Quand j'admirais tes seins d'émail,

Ta rosace au cœur du vitrail.

 

Comme hier, allons ! Vaille que vaille,

Il n'est point temps que tu défailles !

Profitons de ce jour férié,

Faisons la grasse matinée !

Pour notre petit déjeuner

Nous donnerons mille baisers

Fous, doux, sucrés et emmiellés

A nos deux corps collés, serrés.

 

Je ne veux pas que tu chipotes,

Que tu me fasses ta dévote.

Finie la mouise, mendigote,

Tous ces noyaux que tu crachotes,

Du temps des cerises et des griottes !

J'veux t'aimer comme un patriote !

Pique dressée, ma sans-culotte,

Ci-devant, pas à la Pentecôte !

 

Quitte tes chiffons, tes casseroles,

C'est gaudrioles et farandoles !

Glisse-toi sous la banderole

Du drap de soie sur nos guibolles !

Sens le désir qui les affole,

A en danser la carmagnole !

 

En ce jour de fêt' populaire,

Un seul mot d'ordre : être unitaires,

Pour pouvoir s'envoyer en l'air

Comme un pavé que l'on déterre !

 

Oublie tous ces temps de sale air,

Ce n'est pas un jour de colère !

Quand les amants sont solidaires,

L'amour prodigue leur salaire !

Ce petit vendredi chômé

Est un jour de congé, payé !

 

Mon bel œillet, mon bouton d'or,

Pour les ébats, j’sais bosser fort.

Je suis l'ouvrier le plus fort,

J'vaux quatre turcs du Bosphore !

 

Grappillons du plaisir sans trêve.

Plus besoin de faire la grève,

C'est bien fini les « marche ou crève »,

Tu auras mille parts de rêve,

Si tu m'assures la relève !

 

Pas question de te défiler,

Pas question de me reposer,

Il faut s'enlacer, cadencer

Se tenir de plus en plus près

Et de joie, prendre notre pied.

 

Ce n'est pas le temps de clocher !

Célébrons le tendre muguet !

Je t'offre ce brin de mon cœur

Pour un 35 heures de bonheur !...

Je n'ai qu'une revendication :

Mourir d'amour à l'unisson,

Sous tes caresses et nos frissons.

 

Commenter cet article

C
La déclaration d'amour du Patriote à sa Sans culotte en ce jour de la fête du travail et des défilés syndicaux... Un patriote bien français qui ne laisse pas son Humour dormir dans sa poche, il faut partager le Bonheur et les émois... Et moi et moi... et moi...et toi... C'est la fête populaire, "Quitte-moi vite ce sale air"... Augmentation des salaires néanmoins ! Merci Jean-Michel pour ce bouquet d'Humour du 1er Mai et Belle fête
Répondre
M
Merci Chantal! La fête a hélas été gâchée à Paris.
Le bonheur, c'est toujours pour demain!
Amitiés.