Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bouteilles à la mer 1/2

Publié le par modimodi

Je ne compte plus les années passées à écrire sur un blog mes "écrits en liberté". J'ai le grand bonheur de quelques fidèles amis qui m'encouragent et m'apprécient. Mais le plus souvent, je nourris et j'abreuve d'hypothétiques lecteurs, de passage pour un jour ou d'oubli pour toujours... Viendra ? Ne viendra pas ? Lira ? Ne lira pas ?

Sur les réseaux sociaux, je leur offre mes thèmes, ma plume, mes mots d'amour, mes fleurs de rhétorique et quelques sourires complices dans ma série farfelue de textes "sans queue ni tête". Ils me donnent leur indifférence ou leur silence. Ils glissent de mon répertoire, ils m'échappent en posts restants ! ... FB Aie ! G+ en + de peine à les retenir et à les retrouver sur les réseaux sociaux !

Ma vue se brouille à les scruter. Je les cherche dans l'eau trouble de mes écrits boueux. Peut-être se sont-ils enlisés dans mes allusions alluvionnaires ? Je les espère entre deux eaux, l'eau du moulin que j'alimente et l'eau de boudin des maigres boyaux de ma tête. Mais quand je crois les apercevoir, les voilà bondissants et fuyants, plus souples et muets qu'un banc de poissons-chats défrisant leurs moustaches, plus massifs, argentés et râpeux que quelques poissons-lunes.

Mon engouement tangue et bascule.. Mon lectorat coule à pic ! Je suis submergé d'espoirs et de déceptions, d'élans et d'amertume. En manque d'équipage, de marins au long cours, je fais côte, attiré par les récifs où mon moral s'abîmerait davantage. De flops en échecs, je chavire et m'échoue.

Quand le rêve me reprend, je m'illusionne encore ! Je pense que mes petits textes feront de grands récits comme les petits ruisseaux font de grandes rivières. Je me tiens au courant des écrivains en vogue. J'espère attraper des lecteurs en rêvant de parvenir à rédiger des romans-fleuves. Mais toujours, ils m'échappent en courant prendre le large ! Mes attentes tombent dans la mare aux canards littéraires. Ma motivation s'envase, mon intuition fait la grève. Je lance de plates pensées qui font des ricochets.

Je hèle Éole, j'apostrophe Neptune ! Les nues sont muettes, silence des abysses ! Tempête sous mon crâne, coup de vent dans l'encrier ! Je démâte, je dérive ! Ma tête a une voie d'eau. Mon cerveau n'est qu'une coque de noix, tiraillée et roulée dans les vagues de l'indécision, ballottée par les flots obscurs de l'amertume. Je rame, je godille.

Sur mon radeau, au milieu des méduses, mon style échevelé s'en va à vau-l'eau. Je n'ai pas de cap, je n'ai pas de port. Je suis largué ! Je vacille, je louvoie. Je suis la risée sans plus de vent dans les voiles ni de souffle inspirant. J'abandonne la barre à la fortune de mer. Trouverai-je une étoile, encore une chimère ou un ange de mer ?

Pour l'instant, je m'abîme et je plonge dans la mélasse, entre les pneus crevés de mes emphases et les sacs en plastique de mes emballages verbeux... J'y abandonne mes déchets toxiques de pensées incongrues, mes résidus de phrases, mes épluchures de mots impropres, tous mes rejets et mes rebuts d'expressions abruptes et impures. Je rejoins les épaves. Les fruits de mer de ma pêche aux idées sont impropres à la consommation des marins d'eau douce de mon lectorat contaminé.

Je suis une poubelle marine pleine de bonnes intentions échouées. Mon style coulant se déverse dans un océan acide d'aigreurs marinées par les fossiles de mes textes archaïques. Je voudrais remplir ma bouteille vide, de pensées inspirées et de souffles iodés! Pour me donner du large, je la jette à la mer...

Alors promeneurs nonchalants, badauds indifférents, faites comme d'habitude, regardez-moi passer ! Je balance, j'oscille entre vos goûts et vos dégoûts et vous me ballottez dans la houle de vos caprices, sur les vagues de vos messages à la dérive...

 

Commenter cet article

P
La bouteille jetée à la mer laissera derrière elle la pollution et se remplira de belles idées.

Votre blog est comme un grand voilier qui nous emmène chaque jour au gré de votre inspiration vers une escale poétique, humoristique, instructive ou propice à la réflexion.
Nous voguons au fil de vos écrits et nul doute que nous avons encore de nombreuses escales à découvrir.

... Alors à demain.
Répondre
M
Merci Pénélope! Avec une bouteille, on ne se noiera pas dans le détail! M'avez-vous vu passer?... sur votre écran?