Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bête comme mes pieds ! 1/3

Publié le par modimodi

Il est dans la vie courante des expressions que nous aimons ! Elles émaillent nos conversations. Nous les employons tous sans réfléchir. Elles me vont bien car elles donnent du sens à ma rubrique "d'écrivains aux écrits et aux cris vains !"

Dans ce pays de courage et de peine-emploi, comment le patoche que je suis ne pourrait-il pas penser, en premier, à tous mes laborieux concitoyens qui travaillent "d'arrache-pied", sans "prendre leur panard" ! Quand en plus, leurs patrons sont pour la plupart, de vrais "casse-pied", comment voulez-vous que dès l'aube, les braves ouvriers, aux pattes et bras déjà cassés, aient encore le moral et la santé !

Comment se lever "du bon pied", le matin, quand on se sait menacer, "au pied levé" par la sanction d'une "mise à pied" ou brutalement par le chômage ! Il faut drôlement être souple pour savoir se mettre des "coups de pied au cul" et se motiver alors, qu'au final, on n'aura peut être plus rien d'autre à faire que "le pied de grue" devant Pôle-emploi !

De quoi "perdre pied" et avoir "les pattes coupées" ! D'ailleurs, j'en connais plus d'un, qui ayant "pieds et poings liés" avec les cadences infernales, va au turbin avec des "pieds de plomb". Voyez celui-ci ! Il lui faudrait un pied de biche pour soulever l’enthousiasme et lui donner envie de "prendre son pied", ne serait-ce qu'une plombe ! En désespoir de cause, comment ne pas comprendre qu'il est plus facile de lever le coude que le pied, sauf peut-être celui du verre... au café du commerce !

Oh! Je vous entends me dire, toi, le piteux écrivain, aux "pieds plats" comme tes récits, tu devrais travailler "au pied de la lettre" car pour l'instant, tu n'excelles qu'à écrire "sot en trois lettres" Alors, je vous dirais bien Zut ! En voilà encore trois et je peux vous en concéder quatre ou plus!... Zut ! Zut !  Zut ! Crotte et flûte !

Oh! vous, mes amis qui me suivez "pied à pied", je peux bien vous promettre de m'améliorer pour vous en dire dorénavant cinq! Je vous sais débrouillards pour trouver le synonyme qui convient !

Et vous, vilains critiques '"aux petits pieds", vous qui m'attendez de pied ferme, je sais bien ce que vous pensez ! Je vous entends déjà !

_"Toi, le mauvais poète, "aux pieds tordus", tu ferais mieux, avant de publier, de t'adonner à "l'arrache pied ! " Car tu n'as réussi jusqu'alors qu'à mettre tes "pieds dans le plat", celui des platitudes !"

_"A quoi peuvent bien rimer tous ces vers blancs que tu nous offres ? Tu n'as plus d'accents toniques, tu es plat de chez Raplapla ! Ton talent prend la pause mais ce n'est qu'un repose-plat, "du plat du pied" de ta trop mauvaise poésie !"

_"L'anapeste en syllabes assonantes, soit, je te le laisse ! Tu es libre ! Mais l'acrostiche dans lequel tu t'étales, je le rejette ! Tes césures à l'hémistiche recousues de fil blanc sont à plates coutures. Tu prends la pose et tu minaudes mais tu ne sais faire que du plat, à ta muse hautaine !"

_"Apparemment, poète, tu lèves plus facilement la jambe que tu ne dresses le iambe ! Serais-tu allergique au dactyle ? Aurais-tu perdu l'humour à cause de ton esprit envahi par le ver-coquin ? Serais-tu parasité ou simplement amoureux de la langue, que tu as hélas trop chargée ?"

_"Aurais-tu le syndrome de Ruy Blas : "ce ver de terre amoureux d'une étoile" ? Mais regarde-toi  ! Tes vers vont de travers et tu scandes à revers ! Tes pieds sont bloqués dans les "cale-pied" ! Rien qu'un vers, un seul et tu cales ! Ton calvaire serait-il celui de G. Apollinaire, ignorant "de ne plus connaître l'ancien jeu des vers" ? Seras-tu à ton tour pardonné ?"

Oui, c'est vrai, amis, que je suis bête comme mes pieds car je n'ai pas déniché le pic-vert qui avalera les vers perforant mes poèmes. Je n'ai pas pu me procurer l'arrache-clou pour mauvais vers. Je n'ai trouvé que l'arrache-cœur de B Vian pour les éventuels mauvais cœurs de mes lecteurs à contre-cœur et à l'envers ! Mais je veux bien encore, pour le printemps des poètes, déposer à "leurs pieds" un petit bouquet de primes vers !

 

Commenter cet article