Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Funambule

Publié le par modimodi

Il est des avis qui sont tenaces et contradictoires. Ainsi en est-il de ces deux expressions opposées : "Le ridicule tue." ou "Le ridicule ne tue pas."

Qui a raison ?... Au premier degré, celui dont on se moque, celui qui prête à rire et qui n'est plus pris au sérieux est traité de ridicule. Dans ce monde des apparences, iI est socialement mort avant même de mourir de sa belle ou méchante mort.

Par contre, celui qui a de l'humour vis à vis de lui-même, qui reconnaît que bien des fois, il se retrouve gauche, emprunté ou risible, celui-là sait que le ridicule n'est pas mortel. La preuve vivante, c'est qu'il y a survécu... C'est que moi-même, j'y survis !

Que devrions-nous craindre, alors ? Le regard de l'autre ou notre propre sensation ?... Si la vie est une grande scène de théâtre où chacun joue avec plus ou moins de talent la comédie, alors oui, notre personnage peut apparaître grotesque et clownesque ou émouvant et pathétique ! Soit il tient son rôle en forçant le trait, soit il incarne la vérité du sentiment, l'instantanéité du moment, la fragilité de l'émotion ! En cette alternative, ma plume hésite toujours !

Etre un bouffon ou un acteur authentique, quel choix ! Il n'est pas besoin d'exagérer, parfois le naturel suffit... De toutes façons, c'est d'abord le jugement de l'autre qui vous rend génial ou ridicule. Vous pouvez par votre attitude, pressentir voire même induire une appréciation générale, un point de vue d'ensemble. Mais son vrai degré de pertinence vous échappe. Car l'impression que vous laissez à votre observateur se module en fonction de son éducation, de sa culture, de ses mœurs et même de la mode du moment! Ainsi en est-il du rapport écrivain, lecteur !

Moi, je suis au bord du vide des idées et ma plume hésite et vacille au bord du précipice de l'encrier. Je ne tiens pas sur le fil de ma plume rasoir. Pauvre funambule, je chancelle devant le lecteur qui parfois me balance ! Je peux travailler sans un filet, ma bêtise me les tend. La preuve, immédiatement sur la piste aux étoiles ! ...

C'est ainsi! Une maladresse de langage peut vous jouer un mauvais tour et rendre comique ce qui se voulait sérieux ou pathétique ! Une mauvaise tournure de phrase peut vous jouer un mauvais tour, rendre affecté votre style et empêtrer votre bête expression au point de faire "tourner le dos au cercle de vos admirateurs !" CQFD !. ...

- "Holà ! Holà ! Je vous arrête ! Monsieur l'accroc-bath écrivain, quelle est cette figure : "faire tourner le dos au cercle..." - "Et bien, ce n'est rien que la preuve d'un nouvel et bel exemple du ridicule consommé et assumé par votre serviteur, ce grand guignol de la plume au chapeau!..."

D'ailleurs, je suis tellement conscient de mes défauts d'écriture, de mes fausses perles que j'ai créé pour me dédouaner une piètre rubrique, intitulée:  "sans queue ni tête !" Avec l'espoir que le ridicule ne me tue pas, je vous y offre allègrement, balivernes et calembredaines !

Je renouvelle ainsi les inepties syntaxiques du galantin bourgeois gentilhomme. J'abuse d'inélégantes turlupinades sous forme de "mystères et boules de comme". Je suis prétentieux comme Trissotin. Je suis parodique. Vous pourriez me mettre en boîte, j'en surgirais encore comme un diablotin !

Et pourtant comme le ridicule ne tue pas, en toute invraisemblance, certains m'apprécient encore... Mon ridicule, mon sac de nœuds et le saugrenu de mes élucubrations sont parfois récompensés... Sans doute à ma juste valeur ! Comme on ne prête qu'aux riches, moi, je prête donc à rire et j'ai une vraie richesse de fond, celle de mes illusions, pas toujours comiques ! Vous pouvez donc bâiller, ô Corneille !

Commenter cet article

M
Gardez vos illusions et ne perdez surtout pas vos élucubrations, celles qui nous font rire ou pleurer, mais qui nous touchent au coeur !
Merci Monsieur
Répondre
M
Je ne demande que ça Jean-Michel !!!!
M
Trop gentille! Je vous rassure, je ne sais rien faire d'autre! J'aimerai vous combler! Morgane!