Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A croquer 3/4

Publié le par modimodi

 

Toi, mon plus tendre des nougats,

J'ai toujours été mordu d'toi.

Mais je n'avais pas vu, ma foi,

Que ton cœur glacé était froid

Et qu'il ne donnait, à l'étroit,

Que des pistaches, noisettes, éclats,

Que d'l'amour à la mords-moi l'doigt !

J'ai gardé un' dent contre toi !

 

Pendant que j'me pass' le cure-dent,

Toi, tu ris de toutes tes dents

Comme l'âne de Buridan !

Je désirais d'la confiture

De fraises, de coings et de mûres,

J'ai eu des biscuits bien trop durs,

Une vraie épreuve, une torture

Pour ma mâchoire et sa denture !

 

Croquants, craquants, Pan ! Dans les dents !

J'laiss' mes canines sur le champ !

Maint'nant, je suis à la merci

De ton amour en dents de scie.

Aurais-je encore droit au sursis

Avant que tu n'me supplicies ?

Mais t'as mis mon cœur en charpie

Et nos amours en confettis !

 

Elle avait bien raison, maman !

J'n'étais pas assez vigilant.

Trop de sucre, des caries aux dents.

Elle m'envoyait m'brosser les dents,

Mais j'n'étais pas obéissant, 

J'y allais grognant et rognant !

J'suis trop resté, mon frein rongeant.

J'aurais dû être sur les dents,

Je n'aurais pas eu d'rage de dents !

 

Si j'avais gardé l'protège-dents,

Celui du grand Marcel Cerdan,

Je ne serais pas un brèche-dent,

Je ne port'rais pas de fausses dents

Sur ce dentier brinquebalant !

Au lieu de grincer d'mes fauss' dents,

J'pourrais t'croquer à pleines dents

Et te donner... mon cœur d'enfant.

 

Commenter cet article