Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bois tendre

Publié le par modimodi

J'avais le cœur dur com' du bois,

Incapable du moindre émoi.

La belle qui dormait au bois

Pouvait dormir cent ans, ma foi !

Je n'étais ni prince, ni roi

Pas de sang bleu, que du sang froid.

 

Le loup pouvait sortir du bois,

Les fées pouvaient ôter leurs bas,

Pour mettre dans tous mes états

Mes sens, mon corps en branle-bas !

Je me vantais à pleine voix

De résister à leurs appâts.

 

J'évitais les hauts et les bas,

Et partais toujours du pied droit.

Ma vie glissait sans un faux pas

Prenant garde aux amours verglas,

Aux ballerines à pas de soie

Qui vous lient dans leurs entrechats.

 

Mais Cupidon est un matois,

Tout entier dévoué à toi !

Ton amour se tient aux abois.

Tu veux mon cœur à claire-voie

Et tu m'attends au coin du bois

Comme le loup attend sa proie.

 

Tu me désignes et patatras !

Cachée au fond de son carquois

Tu te fais flèche de tout bois.

Mon cœur se fend en mille éclats.

Je suis à genoux, bras en croix,

Cœur brisé comme un petit bois.

 

Puis je crépite entre tes bras,

Et me consume au feu de joies.

Près de l'âtre, sous le même toit,

La passion rougeoie et flamboie.

Du bout des lèvres, au bout des doigts

C'est moi qui fais feu, de tout bois !

 

Commenter cet article