Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Boîte aux oubliettes : lettre en absence 1/2

Publié le par modimodi

Ma lointaine, où est cet heureux temps où ma boîte aux lettres débordait de tes missives parfumées, où ma boîte vocale saturait de tes impatients appels, où chacun de tes SMS me murmurait : je t'M, t'M, t'M !

Je n'ai jamais voulu t'enfermer ! Aucune soumission, nulle entrave, tu es libre comme l'air, pas comme un courant d'air !

Je pensais simplement n'être ni une contrainte, ni un caprice de ton cœur, ni une de tes conceptions d'amour, sans un vrai choix délibéré et encore moins, une fantaisie de ta spontanéité ! J'avais cru que tu m'avais mis en en-tête et que j'étais ton unique destinataire. Je n'imaginais pas que la flamme que tu m'avais déclarée était une flamme d'oubli.

Cette flamme d'oblitération sur ta lettre d'amour était pour moi la preuve de ta foi en moi, ton cachet personnalisé. J'ignorais que tu connaissais l'étymologie du verbe oblitérer : faire disparaître, rendre illisible et incompréhensible, effacer, faire oublier...  

Voulais-tu donc t'enflammer pour mieux disparaître progressivement de mon souvenir ? Si les paroles s'envolent au vent de l'absence, les écrits restent dans la poussière du temps. Ne fais pas de moi, un écrivain aux vains écrits.

Mon cœur est un coffret en bois précieux. Le papier jauni de tes lettres garde ton empreinte, l'illusion de ton parfum n'en finit pas d'enfleurer mes émois, tes mots gardent dans ma gorge muette leur force brûlante. Il aurait fallu m'aveugler ou brouiller ma vue pour que je ne puisse plus les lire. Tu aurais dû les écrire à l'encre sympathique pour les rendre invisibles. Mais en mes souvenirs, rien ne s'efface ni ne s'estompe. Tu es inoubliable et vitale comme un battement de cœur !

Si chacun garde à jamais sa langue maternelle, l'amour est la seule langue universelle qu'on ne peut mal dire ou désapprendre. Toujours vivante, elle s'invente un espéranto qui laisse de l'espoir à chacun, un signe dans les sentiments et la pensée de l'homme. Nous parlions en puristes cette belle langue. La tendresse était notre syntaxe.

Aujourd'hui, tu as voulu renoncer au vocabulaire et fuir la grammaire de nos sentiments. Tu t'es exilée, tu fais défection littérale. Tu manques à l'appel, tu restes lettre morte. Ma boîte aux lettres est une boîte aux oubliettes. Elle est désespérément ouverte aux courants d'air, bouche béante en hiver pour abriter des oiseaux de passage.

Fente gravée dans l'attente, elle bat au vent, au rythme de mon cœur. Elle s'éclaire par intermittence d'une lueur de chance, elle prend, au hasard des souvenirs, la lumière d'une de tes anciennes promesses. Elle est un œil ouvert sur le vide de ton absence. Elle n'est plus qu'une simple trouée, un passage frayé dans les broussailles d'un bonheur à retrouver.

Après avoir fait le cœur buissonnier, elle espère encore ton retour au nid, elle guette la trace de ta plume. Reviens ma belle oiselle, ma douce, ma colombe et que ton bec verseur dépose ses messages fleuris de poésie.

N'abandonne pas ce vide que tu offres au silence. Je ne peux être une brèche, une faille, un simple trou vacant laissé en ta mémoire. Tire-moi de l'oubli ! Moi, je suis en poste restante, toujours à la même adresse. Je t'attends et t'attendrai toujours ! 

Si tu ne veux pas être mise en boite, tu peux venir déposer tes missives en mains propres. En moi, tu ne peux pas te perdre. A jamais, tu es assurée de me retrouver.

Commenter cet article

S
Sans doute est-il ainsi beaucoup de personnes se reconnaissant en ces mots, puisqu'il n'est que silences pouvant abriter un peu parfois douleurs ressenties, et qu'en cet isolement souffle moins violemment les vents en notre petite embarcation de fortune sur laquelle nous naviguons au travers de la vie...
Ce sont de très jolis mots que vous avez ici écrits Monsieur.... Des alphabets que sans doute.... beaucoup d'entre-nous voudrait ainsi lire et recevoir personnellement....
Répondre
M
Beaucoup de personnes ou une seule, qu'importe! ... puisque C'est vous!
Oui! J'aime l'idée que notre coeur soit notre embarcation de fortune et que notre esprit y mette les voiles!
Bonne traversée!