Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La brosse : lettre aux marchands de brosses 2/2

Publié le par modimodi

Chers et joyeux congressistes, je suis heureux de vous retrouver après cette bienfaisante pause fraîcheur ! Bravo ! Personne n'est allé brosser ailleurs un peu de poudre d'escampette !

Mes amis, vous le savez sûrement le produit le plus prisé de notre catalogue reste incontestablement la brosse à luire et à reluire ! Un produit coup de coude, coup de main et coup de cœur !

C'est le plus vieux produit du monde ! Au paradis de la séduction, entre Ève et le serpent, n'y avait-il pas déjà, une coquine histoire de brosse Adam ? D'ailleurs, sans en faire tout un fromage, chacun sait bien, depuis Jean de La Fontaine, que "Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute" !

Un bon cireur se mire même dans le reflet de vos bouts vernis comme dans les éclats de votre plaisir. Un frotte-manche et un lèche-cul de tout poil vous papouillent et vous épilent à la pince, à la crème ou à la cire ! Trop polis pour être au net, vous voilà parfois victimes consentantes de ces agents de peau lisse ! Vous n'avez rien vu venir, vous étiez déjà dans le cirage !

Depuis des lustres, l'encaustiqueur aux nobles cires d'abeilles ou à l'huile de lin, nourrit et flatte les bois, de ses chiffons de laine. Il fait briller tables et beaux meubles comme le prétentieux qui s'illusionne de son propre vernis. Au haras, le palefrenier flatte les croupes des pouliches mais c'est pour les étriller. Douceur et caresse dans un sens, vigueur et rudesse dans l'autre sens ! Honni soit qui mal y panse ! Hennit soit qui mâle y pense, messieurs les cavaliers et jamais cavaleurs !

Car vous le savez, il faut savoir brosser dans le sens du poil, les vieux chevaux de retour ! Ceux qui prennent trop vite le mors aux dents sont enclins à s'emballer et à n'en faire qu'à leur tête pour monter sur leurs grands chevaux ! Tant pis pour eux ! Puisqu'ils sont à tous crins, qu'ils aillent ruer dans les brancards et se brosser eux-mêmes !

Les blaireaux qui se font mousser et les raseurs qui vous barbent ont mérité aussi un traitement au poil, un bon coup de brosse à barbe en poil de sanglier. Mais attention à bien lisser dans le sens du poil, sinon ils risquent de devenir une figure rébarbative, sauvage, mythique et hugolienne de la Légende des Siècles :

"Lorsqu'avec ses enfants vêtus de peaux de bête, / Échevelés, livides, au milieu des tempêtes, / Caïn se fut enfui de devant Jéhovah..."

Je constate avec plaisir que certains d'entre vous, en murmurant les vers, ont gardé de beaux souvenirs de leurs humanités. Ah mais ! Passe encore amis, d'avoir comme Caïn, le cheveu hirsute car celui qui a le caractère hirsute est souvent, ô bonheur !... Un farouche en amour. "Vir pilosus, aut fortis, aut luxuriosus"... L'homme chevelu est fort et luxurieux !

Fougueux ou désordonné, il aime à rebrousse-poil et finit par ébouriffer les belles oiselles qui rêvent de se faire voler dans les plumes. Mesdames, ici présentes, je vois bien pudiquement que vous acquiescez ! Oh ! Les jolies coquines toutes émoustillées et... toutes mes félicitations, à vous messieurs les oiseleurs !

A l'amour charnel ou de la patrie, nous disons oui, pour toujours ! Mais dans cette guerre, loin d'être toujours tendre, la chance, la belle et bonne chance, c'est aussi l'aléatoire du destin. Comme ce le fut d'ailleurs, pour nos chers poilus de 1914, souvent à un poil près du trou de la bombe et comme c'est le plus souvent le cas, pour les poètes à une plume près, arrachée à l'aile ou au croupion de leur Muse !

Alors vous, les valeureux de la brosse triomphante, vous qui n'êtes pas des manches, vous les braves à trois poils, dont aucun ne se dresse dans la main, je vous exhorte : Chauve qui peut !

Restez optimistes ! Ne vous arrachez pas par touffes votre tignasse ! Même si un jour, c'est la vie qui va venir vous brosser son dernier tableau. Car après vous avoir fait dresser les cheveux sur la tête, l'existence finira malheureusement par vous tomber sur le poil. Elle vous mettra la boule à zéro et vous enverra un jour chez Plumeau !

La grande chance de vivre dans la joie et avec passion votre métier vous est ainsi offerte ! En connaissant parfaitement votre produit, vous savez déjà ce qui vous attend ! D'où l'importance d'être des professionnels sans cesse plus performants ! La Maison vous fait confiance ! En décrochant vos balais télescopiques, vous atteindrez les sommets et décrocherez la timbale !

Ouais ! C'est ainsi mes brothers, mes gentils bosseurs brosseurs ! La vie, c'est du chiendent qui s'associe aux têtes-de-loup et qui vous trouve toujours un poil à gratter quand votre araignée court toute seule au plafond !

Si quelqu'un s'avisait alors de dire que vous ne craignez rien parce que vous êtes des indécrottables, il se tromperait méchamment. L'existence vous nettoiera, vous comme lui, gratuitement à grandes eaux car l'âge lui-même viendra vous récurer gratte-os, à petits coups de balayettes puis à grands coups de balai-brosse !  C'est notre slogan professionnel : "La brosse un jour, la brosse toujours !"

Oui ! Vous, vous êtes le peuple élu, vous êtes à jamais voués à la brosse, c'est votre noble vocation ! Souriez aux anges ! Réjouissez-vous, mes amis de ce sort enviable... S'il ne vous laisse pas toutes vos dents, il vous laissera au moins votre amour, propre, très propre !... Et vous avez déjà la brosse pour le jour où vous tomberez en poussière, à condition de n'être pas des manches et de se trouver du bon côté !

En ce jour solennel et triomphal, après vous avoir élevés philosophiquement à la sagesse, je vous souhaite de faire entre vous le plein d'enthousiasme et de plaisir, sans aucune ombre de morosité. Mes amis, place aux réjouissances de tout poil !

Car vous avez tout : l'amour et l'humour, et toute la vie devant vous ! Je le sais et je le vois à vos mines resplendissantes et épanouies ! Alors oui ! Bonheur et joie pour vous, nobles confères, marchands et philosophes de l'existence. Bienfaiteurs de l'humanité, avec vos brosses d'orfèvres, vous êtes les derniers amis de la Toison d'or. Vous ne ferez jamais faillite. Vous êtes comme votre produit, indispensables à la Vie !

 

Commenter cet article

M
L'art de cirer les pompes, de brosser le tableau, de passer la brosse à reluire sans être envoyé chez plumeau. Le chiendent poilant forge le caractère du joyeux luron.
Répondre
M
Avec le retard accumulé pour répondre, je ne brosse pas mon lecteur dans le sens du poil! Merci Mimi pour ce commentaire plein d'esprit! Revenez souvent!