Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Drôles d'oiseaux 3/3

Publié le par modimodi

 

Nos aïeux disaient avec un bon sens commun ce truisme : "Avant l'heure, ce n'est pas l'heure, après l'heure, ce n'est plus l'heure !" Alors pourquoi voudriez-vous, mes bons amis, accabler les oiseaux et leur demander de prédire l'avenir, la météo, le printemps ? Laissez donc les hirondelles trisser sur leur fil pour annoncer les beaux jours !

Soyez-en sûrs ! Un canard boiteux n'annonce pas la chute, peut-être la vôtre, mais pas celle des feuilles d'automne et encore moins un brutal coup de froid de canard. Une oie blanche n'avertit pas de l'arrivée imminente de la neige ! ...

Un proverbe allemand sans relation immédiate apparente, nous dit quand même : "La neige est d'une pureté menteuse." C'est ainsi que nous avons connu des oies blanches, qui se prenaient pour Blanche Neige et qui se sont révélées de jolies bécasses et de belles dindes, charmées par des coqs, attirées par des paons, déçues par des chapons et qui criaient au loup !

Une tête-en-l'air est peut-être une girouette qui a perdu le nord. Un étourneau peut bien avoir une cervelle d'oiseau si les ânes ont des grandes oreilles ! On a tous le droit de passer du coq à l'âne, disait C. Marot. Une tête de linotte n'est pas celle d'un étourdi sans mémoire pas plus que le signe d'un grand vent d'oubli, qui emporterait les souvenirs dans une tempête sous un crâne.

On peut se rappeler d'avoir dîné avec des alouettes sans têtes qui s'étaient piégées elles-mêmes et prises à leur propre miroir. Après avoir attendu qu'elles vous tombent toutes rôties dans le bec, en toutes saisons et par tous les temps, faute d'alouettes ou de grives, nous avons dû parfois nous contenter de merles.

Une personne chouette n'est pas forcément sage, adepte de Minerve ou de Vénus et que rien n'effraie. Il peut lui arriver la nuit de faire la tournée des grands-ducs ! Un vieil hibou n'est pas devenu un rapace de jour après avoir été un ancien oiseau de nuit, un fêtard bourru et repenti. Il peut être un couche-tard, aux yeux ronds, au poil hirsute, en simple manque de sommeil, une véritable triple buse.

Dépassez donc les apparences et le sens premier ! Traiter quelqu'un de drôle d'oiseau n'est pas porteur d'un jugement forcément dépréciatif. Il peut être la preuve de l'ignorance de l'observateur qui ne reconnaît pas l'oiseau-lyre ou l'oiseau bleu ! SI celui-là ne mérite sûrement pas le paradis australien aux mille plumages chatoyants, il peut bien alors se contenter des oiselles déplumées du paradis latin !

N'attendez- pas que les poules aient des dents et que la pie jacasse. Souriez à la vie ! Mettez-vous en pause et prenez la pose : le petit oiseau va sortir ! Souvent lumière varie, bien fol est qui selfie ! Mais c'est quand même mieux que d'être nul en ornithologie et de jeter des noms d'oiseaux à la tête de l'adversaire, pour l'insulter. Sachez que la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe, sauf si vous avez mâle heureusement trouvé le coucou au nid conjugal et que vous voilà pigeonné !

Moi, je n'ai ni l'estomac, ni l'intelligence d'une autruche, je perds simplement la notion du temps et des saisons ! Je suis un migrateur, un oiseau voyageur ! J'ai quitté l'arbre aux oiseaux, traversé les pays ravitaillés par les corbeaux. Je viens vers vous à vol d'oiseau, de feuille en feuille, de page en page. Je suis un flâneur, le colibri du bateau-mouche. Je suis gai comme un pinson, un poète de l'étrange, du mouton à cinq pattes, de l'oiseau rare, du merle blanc ! Pour un peu, si je n'avais pas la vue basse, je me prendrais pour un aigle, l'oiseau de Jupiter ou pour un phénix, l'oiseau du feu et du soleil.

J'aimerais ne rien faire et bayer aux corneilles, plutôt que de faire le pied de grue dans l'espoir incertain du succès littéraire. Je voudrais célébrer la colombe de la paix, faire nicher les cigognes au cœur de chaque foyer, enchanter chaque nuit du chant des rossignols ... Alors, ne me rognez pas les ailes. Ne me mettez pas en cage ! Je ne veux pas y laisser mes plumes d'écrivain. J'emporte tous mes lecteurs, en volée de moineaux sur mes ailes d'oiseau.

Commenter cet article

M
Un bel éventail d'oiseaux dans un humour poétique, lyrique et philosophique! Comme on aimerait voler sur vos ailes d'oiseau-lyre !
Répondre
M
Oh! Mimi, lire n'est-ce pas déjà s'envoler? Les idées vous emportent, le must, c'est quand elles vous élèvent! J'espère toujours!