Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Drôles d'oiseaux 1/3

Publié le par modimodi

Quand Aristophane a écrit sa comédie politico-satirique "Les oiseaux", il voulait se moquer des sycophantes et parodier leur version de l'origine du monde, censée être née d'une bavure de la grande omelette cosmique.

Ses deux héros, citoyens athéniens Pisthétairos (fidèle ami) et Evelpidès (bon espoir), fuient cette ville de corruption, lassés" de la bêtise et de l'avidité" de leurs congénères. Guidés par un choucas et une corneille, ils s'en vont rencontrer le roi Térée, lui-même transformé en huppe. Ils proposent à l'assemblée des oiseaux de leur rendre leur souveraineté.

Ils bâtissent alors, avec eux l'insensé projet de créer dans les airs une cité utopique idéale. Pour régner, toutes les relations seront coupées entre les hommes, sophistes ou orateurs et les divinités. Par cet étrange moyen, ils comptent rendre à la gent ailée le pouvoir que lui ont volé les Dieux. C'est ainsi qu'ils fondent entre la terre et Olympe, la cité mythique de " Coucouville-les-Nuées "(traduction littérale du grec ancien Nephélococcygie)... Réussite totale ! Les dieux affamés de ne plus recevoir les fumées des sacrifices abandonnent leur royaume et leur toute puissance aux oiseaux...

Amis, je vous laisse rependre la lecture de l'oeuvre afin de découvrir ou de redécouvrir comment les oiseaux deviendront les dindons de la farce d'une nouvelle cité idéale ! ...

Il vous est aisé d'imaginer l'irrévérence d'Aristophane, ô combien audacieux pour l'époque de ridiculiser ainsi des dieux, même s'il le faisait dans le cadre autorisé d'une fête satirique religieuse !

Mais au-delà de l'absurde, son génie comique vient d'avoir créé un univers féerique et plus encore d'avoir su inventer un grand texte plein de jeu de mots, au langage poétique. Il a pu ainsi rendre à merveille : " l'harmonieux ramage des habitants du ciel. " pour signifier que la démocratie n'est jamais " qu'un joyeux caquetage de volière. " Cette caricature reste à mon humble avis, toujours criante d'une moderne vérité ! ... La cacophonie dans les travées de certaines assemblées, en tête laquelle notre célèbre Assemblée Nationale est criante et criarde de vérité !

En tout cas, Aristophane n'avait pu imaginer que pour enseigner la sagesse populaire, les hommes auraient recours à leur tour aux métaphores des oiseaux ! ... Que de fois, n'avons-nous pas entendu : "Une hirondelle ne fait pas le printemps."

Mais qu'est-ce qu'elles nous ont fait les hirondelles pour qu'on leur en veuille ainsi ? Nos contemporains aux pensées volatiles sont décidément de drôles d'oiseaux. Pourquoi voulez-vous qu'une hirondelle fasse le printemps ? Est-ce qu'on demande aux corbeaux de faire l'hiver ? Il suffit déjà au délateur, au corbeau anonyme de provoquer les faits divers et de broyer du noir d'encre à longueur de révélations calomnieuses et mensongères. Est-ce qu'on compte sur la volière pour animer la galerie marchande des quatre saisons !

Icare s'étant senti pousser des ailes voulut un jour voler de ses propres ailes. Chacun sait ce qui lui arriva d'avoir fondu les plombs. Plus d'un, encore aujourd'hui, vit comme lui des rêves démesurés de grandeur et d'élévation mais le malheureux inconscient, faute de se faire une place au soleil, ne parvient souvent qu'à se brûler les ailes !

Il vaut peut-être mieux rester comme un oiseau sur la branche et s'y accrocher ! L'important est de passer l'hiver et la morte saison, sans claquer du bec, sans claquer tout court ! Il suffit donc d'attendre le retour des hirondelles, même si elles ne font pas le printemps !

 

Commenter cet article