Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les remèdes de grand-mère 2/3

Publié le par modimodi

A la braderie, dimanche, ne devais-je pas acheter aussi cette autre encyclopédie du jardinage? J'ai pourtant hésité...

Mais voilà que j'ai en tête une image bucolique et sans doute un peu jaunie. J'imagine nos grands-pères et nos grands-mères partir en forêt ou en campagne. Je les vois descendre au jardin afin de cueillir des plantes pour élaborer leurs breuvages et tisanes miraculeuses.

Ici, la liste citée n'est pas exhaustive mais elle témoigne d'un vrai savoir comme de savoir-faire qui se sont perdus. A des moments bien choisis dans l'année pour la récolte, avec des techniques pour en conserver les propriétés, suivons en confiance nos chers grands-parents.

La hotte de pépé accueille du gui et du genêt à balais, des fleurs d'aubépine et des tiges de thym sauvage, des feuilles d'orties, de ronces et du chardon-marie, du frêne et du sureau. Le panier de mémé revient rempli de sauge, de pissenlit, de bruyère, de camomille, de verveine et de menthe, de prêle et de reine des prés, de boutons d'or et de plantain, de liseron et de chiendent. Certaines recettes exigent d'autres produits achetés alors, chez l'herboriste ou l'apothicaire.

Un proverbe dit: "Le pauvre a la santé, le riche a les remèdes." Avec l'arsenal thérapeutique aujourd'hui disponible, nous voilà bien loin des breuvages expérimentaux, des décoctions sauvages et amères d'herbes mystérieuses cueillies à la pleine lune, bien loin des réductions en poudres de perlimpinpin, élaborées par nos anciens! Aujourd'hui, les formules pharmaceutiques aboutissent à la production industrielle de savants cocktails chimiques. Ceux-ci sont dosés et contrôlés avant d'être administrés sous forme de pilules, de pommades, de lotions ou de sirops! Mais qu'on se le dise! Si on nous dore la pilule, ce n'est pas nous qui prenons le plus gros cachet!

Heureusement, avec leurs plantes médicinales, un savoir-faire indéniable et un esprit de sagesse, ils savaient tout soigner nos grands-parents! Un problème digestif, une infection intestinale se réglaient avec de l'ail cru ou cuit. Pour la mauvaise haleine, on croquait un grain de café ou on mâchait un brin de persil. Le savez-vous? L'ail dont l'onomatopée suggère d'ailleurs un cri de douleur est une plante miraculeuse. Elle peut soigner les cors au pied et les mycoses, les rhumatismes, les verrues, le rhume, la toux, la grippe, la bronchite et faire fuir les vers intestinaux!

Nous pouvons à notre tour nous occuper de nos oignons car l'oignon n'est pas en reste pour soigner la sinusite ou le méchant rhume qui vous fait pleurer les yeux! Le chou n'est pas réservé qu'à la choucroute de papa Schultz ou à la soupe aux choux pour des Martiens bêtes comme chou. Il a des vertus pour la minceur et l'arthrose! L'échalote à laquelle les Grecs et les Romains accordaient des vertus aphrodisiaques est également dans la course pour bien digérer, enrichir le sang, préserver son capital santé et avoir la patate!

Je ne veux pas vous donner de nouvelles recettes de salades estivales, je n'ai nulle envie d'allonger la sauce, mais vous connaissez tous, les bienfaits de l'huile d'olive, du gros sel, du citron, du concombre, du vinaigre, du miel et des épices pour votre santé! Ils mettent en valeur les légumes et entrent dans de nombreux traitements miracle.

Vive l'horticulture! Le jardin est un trésor pour notre assiette et une garantie de renforcer nos défenses immunitaires pour se préserver de la maladie! Autrefois, quand on disait que c'était la fin des haricots, c'est que la récolte était finie et on respectait ceux qui n'avaient qu'un petit pois dans la tête! D'ailleurs, on pouvait se mettre au vert, effeuiller le cœur d'artichaut et parler culture avec un air de paysan. Ah! L'heureux temps qu'ont pu vivre nos chers grand-père et grand-mère!

Commenter cet article