Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre aux cinéastes et cinéphiles 4/5

Publié le par modimodi

Mes amis du septième art, tout ce qui brille n'est pas or ! Si "nuit d'encre de Chine, nuit câline, nuit d'amour !" devint le tube des cavernes, sans doute est-ce parce que le platonique héros platonicien, enchaîné à ses chimères, se faisait déjà son cinéma en jeux d'ombres chinoises et projetait ses fantasmes mouvants sur les parois de son imagination.

Premiers desseins animés ! Pouvoir de l'illusion, auto-hypnose ou magie de son subconscient éveillé ? ... L'homme cosmique et religieux allait ainsi s'inventer le mystère et la mystification, les rêves et les symboles, les dieux et les idoles. L'exemple était donné.

Cinéma qui vendange grain à grain la lumière ! Cinéma permanent ! Tout un art déjà !  Papa Cyclope, cet effronté n'avait-il pas d'origine, une caméra logée dans l’œil ! Il était donc illusoire de prendre les frères Auguste et Louis pour des lumières, d'autant qu'en cette période muette, chacun sait qu'ils auraient bien fait l'âne pour avoir du son.

N'empêche qu'avec le cinématographe, en cette fin XIXème, le mouvement est lancé et projeté…Et le 7ème art vivra ! Depuis une perpétuelle agitation secoue nos siècles d'effets burlesques, fantasques ou tragiques.

C'est d'ailleurs tout-à-trac que Méliès trouve le truc et le stuc et que depuis, à sa suite, on tracte et on troque tout un méli-mélo de mélodies et mélodrames. Notre époque cynique serait-elle une sinécure et les épiques sinoques ne nous feraient-ils que du cinoche souvent si moche ?

Tu parles, Charles ! Les grandes douleurs ne sont pas restées muettes. Au beuglant, on a poussé la chansonnette, au ciné, on a poussé les décibels pour des si belles ! ... Des nanas, des vamps d'atmosphère. "Atmosphère, atmosphère ! ... Est-ce que j'ai une gueule d’atmosphère ?"

Sapristi, que nenni ! Arletty quel titi, gouailleuse talentueuse, déesse au Parthénon. Hosanna, ose Anna, bella prima donna. Oh ! Là là ! Holà las, les lolos de Gina, les lolos des Lola ! Waouh ! Le who's who d'Hollywood ! In, les lignes de Marylin ! Trop classe, la Gorge profonde, les grâces de Lovelace pâmées sous le strass !

Bonheur d'un soir en accessoires ! Truquage et repiquage... T'as plus d'âge sous ton maquillage... Éternelle jeunesse ! La bête est la belle. Sous les feux de la rampe, Sunlight et Limelight ! Le sourire qui mord en technicolor ! Lesbos fait la noce à la Warner Bros. Guignol est génial chez Universal. Vive le star system de la MGM !

De scoops en scopes, Jean de la Lune s'est éclipsé. Alice cherche son pays des merveilles, l'Ange bleu et les Enfants du paradis courent dans le pré vert après le bonheur in-Carné. Silence, on tourne ! En noir et blanc, voir et revoir, noir et Renoir. La règle du Jeu, c'est toujours la Grande illusion mais, de par Dieu, c'est du god ! Art ! Au clair de la Une, le silence est d'or.

Ici ou ailleurs, autant en emporte le vent de l'histoire du cinéma. Rien de vraiment bien neuf depuis huit et demi et Cléo de 5 à 7. Encore et toujours zéro de conduite ! Depuis que Dieu créa la femme et le diable au corps, les pulpeuses vous invitent au péché de chair pour cueillir et croquer le beau fruit défendu. Mais à trop le goûter, un beau jour, c'est trognon pour les pauvres pommes, pom'girls ! Les pauvres petites poules aux yeux d'or partent faire la cocotte pour la maison Kodak ! Tous ces pauvres boudins, victimes de galants-in, finissent leurs vieux jours, en croûte chez Pathé ! Mais la belle de Jour, après s'être fait conter mille et une nuit, rêve encore et toujours de l'éternité plus un jour !

 

Commenter cet article