Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De l'art de l'enfance à l'enfance de l'art 1/2

Publié le par modimodi

Qui donnera l'envie, le goût de l'art ? Qui montrera à nos chères têtes blondes que l'oeuvre s'offre en nous faisant signe ?

Qui leur apprendra et leur fera sentir que le temple, la statue ou le tableau sont des objets uniques dont nulle copie n'atteindra jamais l'original ? La confirmation est d'autant plus perceptible avec la musique ou la poésie, soumises à d'inévitables interprétations et dont la trahison et la nouveauté imprimées par l'exécutant transforment l'oeuvre et l'esprit présumé de l'auteur.

C'est d'ailleurs à travers cette loi de constante dépossession du créateur que s'établissent la gloire, la mémoire et la mort d'un nom qui éveille la création, elle-même, au-delà de son auteur. Alors, l'éducation et l'initiation artistiques que nous donnons à nos enfants et petits enfants devraient contribuer à asseoir l'unicité et le prestige des œuvres. 

Toutes ne s'appréhendent pas de manière identique. L'oeuvre d'art plastique se situe dans un monde qui participe à son emprise. La lumière, le mouvement et la distance entrent ainsi dans la jubilation esthétique.

Le temple grec, l'église romane restent enracinés dans leurs sols respectifs, liés aux chemins qui y conduisent pour que chaque pérégrination puisse suivre, à travers les raisons du temps, les symboles et les voies d'une civilisation. De même, l'architecture, la sculpture ou la peinture nécessitent de pleins jeux de lumières et des modulations impossibles à éluder.

Distincte de ce qui l'entoure, l'oeuvre plastique se détache dans sa nouveauté, s'offre dans son unité de masse ou de surface, pour être saisie d'un seul coup d’œil. Douce illusion de tenir sous le regard, en un instant, tout un objet ! Mais qu'importe! Il faut apprendre à nos artistes en herbe à cultiver l'illusion indispensable à la contemplation esthétique, ressort indispensable à la fascination.

En musique, un fond de calme et de silence suffit à faire naître et s'enchaîner les accords. Chacun des instants successifs participe dans le développement temporel de l'oeuvre, à une attente, un désir, un déroulement et une continuité nécessaires. Nous l'avons déjà expérimenté. Nous ne saurions donc l'oublier ou le nier... Quelques mots d'un poème, quelques lignes d'un livre, une phrase de sonate peuvent nous donner accès à l'ensemble de l'oeuvre. Il nous est alors possible de la juger en subissant la fascination de son inépuisable et intemporelle unité alors que nous la recevons dans l'instant éphémère de notre jubilation et que nous en retrouvons le génie brut de l'enfance !

J'ai par trop souffert de la militarisation de quelques doctes stratèges en initiation artistique qui s'employaient à grand coups de canon tirés sur la beauté. Enseigner l'art, c'est d'abord l'approcher, l'apprivoiser, éduquer à l'émotion, à nouveau donner le goût et susciter l'envie en la gravant dans l'inconscient. Evidemment, on ne peut l'étudier sans aborder les règles et les conventions qui président à l'organisation d'une oeuvre mais pourquoi faudrait-il tout comprendre et tout expliquer ?

C'est d'abord dans la joie, la liberté et le plaisir qu'elles doivent être pressenties et découvertes. Elles seront après, parfois bien après, relativisées en fonction d'une grammaire propre, d'une école, d'une tradition, d'un style jamais immuable par définition.

A partir de ces éléments, variables et propres à chaque créateur, la règle esthétique ne peut être qu'individuelle et correspondre à notre propre sensibilité ou évolution artistique. La sculpture s'offre à notre corps en tant que corps redoublé dont nous pouvons faire le tour, passant illusoirement derrière le miroir... Notre imaginaire découpe alors le bloc de pierre brute pour sculpter et modeler à nouveau chaque forme. Chaque fragment ôté est un coup porté à nos vulgaires préjugés pour détacher de la pierre brute, l'émotion et la beauté contenues dans l'oeuvre.

 

Commenter cet article

D
J'ai lue plusieurs de vos textes et j'aime bien votre plume cher monsieur.
Répondre
M
Merci! Faites-moi connaître! J'ai réalisé plus de mille textes!