Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre aux lecteurs de presse 1/2

Publié le par modimodi

Y'a des limaces dans la pomme des choux ! Y'a des bébés dans le cœur des choux ! Y'a des navets dans les feuilles de choux !

Cherchez le journaliste ! Il est là, à la popote en train de préparer une soupe aux choux, canards et navets ! Oui ! Vous allez le trouver dans les choux, perdu entre deux feuilles, suivant attentivement à la trace l'information, la toute dernière, celle qui vient de naître. Vous le verrez impatient et piétinant derrière celle qui se traîne et escargote mais qui s'étalera peut-être, demain ou après-demain, dans les colonnes de son baveux.

C'est toujours ainsi ! Le journaliste va aux nouvelles comme vous allez aux champignons ou aux fraises, à confesse ou au charbon. Avec lui, surtout si le filon est exclusif, la nouvelle la plus mineure aura l'heureuse veine d'épater la galerie.

Car l'homme est homme de taille de crayons et de plumes, habile tire-ligne et gratte-papier de feuillets et billets riches en post-scriptum ! Mais gare aux imposteurs ! Colporteur de l'écho, bien avant la rumeur, l'apprend-il de bonne source, sitôt il la répand, mettant l'eau à la bouche !

Pas de cale sèche pour cracheur d'encre ! Pas de répit pour le zombie des on-dit et des ouï-dire ! Ici ami, tu piges, on fait aux pigeons, la pige ! On rhabille les vedettes qui se sont dénudées.

Pour l'éditorialiste, tout est urgent et à la presse. De message en dépêche, partout faut qu'on se presse ! De bobard en canular, de scoops en scripts, la nouvelle comme poisson passe dans l'entrefilet ou à la une. Avec un peu de chance, elle se débite à la radio, découpée en tranches servies et resservies ou bien va triompher à la grande hune télévisuelle.

 

Oyez le journaliste ! Pour un chou des plus chouettes, l'homme public, tout terrain, reporter sans lendemain ne pose ni limite ni frontière à ses investigations. Il est branché sur le courant. Carnet d'interviews dans la poche, ici, il vous présente en souriant son micro, là-bas, il cadre, espérant réaliser le zoom de l'année.

Il désire vous attirer, vous convaincre, vous séduire, aiguiser votre appétit, vous nourrir sans vous rassasier ni étancher votre soif d'information... Il est prêt à tout, le commentateur ! Il sait tout, le critique ! Avec le poids des maux et le choc des faux taux ! Oh dis, mate ce qui passe sur BFM ou LCI !

En ce siècle médiatique, chacun a ses trucs et ses tics pour être d'attaque et d'étoc pour passer du sujet toc qui tombe à pic au fait antique d'une autre époque. Partout ça gaze dans les gazettes où l'actualité n'attend pas. C'est la guerre des idées et le duel des polémistes ! Chacun interprète sa partition dans la clameur cacophonique.

Dans sa feuille de chou, le dessinateur illustre et caricature les mœurs et les événements pour faire rire et réfléchir. Avec la satire ou la caricature, c'est le ara qui rit jaune le vendredi et qui pleure le dimanche ! Là, un chroniqueur à effets de manchettes, au ton pataud logique prend des airs affectés pour vous inoculer quelque événement inflammatoire, symptomatique du Landerneau. Ici, un pisse-copie débite quelques sondages, là, un présentateur tente de vous faire prendre ses vessies pour éclairer vos lanternes.

C'est toujours à vous de stopper le bruit qui court ou d'éponger le secret qui transpire pour démêler le vrai de l'info ! Il vous faut toujours éviter de tomber dans le panneau en même temps que tombe la nouvelle.

Commenter cet article