Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre aux législateurs 3/4

Publié le par modimodi

L'esprit de la loi !

Messieurs, vous le savez et vous vous en nourrissez ! Le citoyen est un ayant droit qui a tous les droits mais aussi tous les devoirs de sa charge et de ses charges. Ramène-t-il son grain de sel, il paiera la gabelle ! A-t-il un retard de versement, on exigera la dîme et les centimes additionnels ! A-t-il de la valeur, la taxe s'y ajoutera !

Bien que copie conforme à ses semblables, on l'imposera quand même sur ses droits d'auteur. Et nul doute que le sujet est prolifique et fécond car il est fondé "de lege ferenda" que le droit de procréation est conjoint aux droits de succession et de reproduction !

La vie est un éternel recommencement ! Les jours s'enchaînent imposant leur droit de suite jusqu'à ce que mort s'en suive ! Notre premier héritage est temporel ! Il nous laisse tout loisir de nous dupliquer et répliquer, de nous multiplier et de nous perpétuer. Notre dernier héritage est le legs de notre fatale finitude. Vous n'y échapperez pas non plus !

Messieurs les législateurs, un brin, toujours nostalgiques, le mythe de l'éternel retour à un état de grâces et de droits ne peut que vous attirer. Avec votre habileté dans l'emploi des codicilles et des arguties, vous allez défrayer les chroniques juridiques et judiciaires, quand des revenants n'en reviendront pas de devoir payer l'impôt sur le revenu !

Vous n'ignorez rien ! Surtout pas que la vie est un droit fondamental que vos collègues, magistrats, juges et avocats détiennent dans leur garde-robe où trop de toges prétextent, le droit du "prête, oh rien !"

Oh oui ! Dans tous ses états, l'ayant droit peut bien continuer de réclamer son dû à l’État qui monopolise ses propres privilèges et sonne les charges successives en moult impôts et redevances... Contribuant à la conquête permanente de ses droits, de régie en péage, le contribuable patenté, assujetti, aligné, ratissé et rectifié mais jamais résigné, se redresse et se hérisse encore quand il entend : "à vos rangs, fisc !"

Nécessité fait loi ! Liberté, égalité, fraternité ! Pour couvrir les besoins grandissant de minimas sociaux, vous êtes devenus, les grands champions des lois de finances. Au nom de la solidarité, vous éditez et faites voter un maximum de mesures, de normes, de taxes. Pas de loi initiale sans loi rectificative, c'est la règle du budget annuel !

Vous prônez les économies mais vous y parvenez à peine dans l'inflation stylistique de vos phrases. Ah ! Elles ont bon dos la mondialisation et les règles européennes ! Sus à l'inflation des dépenses mais pas des mesurettes ! Vous avez les coudées franches car personne ne vous dit jamais : "Au nom de la loi, je vous arrête !"

Il fallut quatorze ans de travail à Montesquieu pour achever "De l'esprit des lois". Vous, vous allez bien plus vite aujourd'hui et même, s'il le faut à grands coups d’État, à coups de 49.3.

Vous situant du côté de la lettre, il vous manque simplement un peu... beaucoup d'esprit sur les lois. Qui peut dire, sans se tromper, ce qui est bon et juste pour le plus grand nombre, pour nos concitoyens d'abord ou en termes de droit pour "les étrangers" ?

Au moins, êtes-vous fermement certains de toujours parvenir à conserver la nécessaire séparation des pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires ? Permettez-moi sérieusement d'en douter, en dehors de toute appartenance ou préférence politique !

Il vous conviendrait sans doute de faire un régime détoxifiant mais le seul régime que vous suivez est le régime juridique ! Vous êtes mêmes des champions pour nous appliquer les règles auxquelles vous semblez souvent échapper !

Commenter cet article