Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre aux journalistes

Publié le par modimodi

Y'a des limaces dans la pomme des choux! Y'a des bébés dans le coeur des choux! Y'a des navets dans les feuilles de choux!

Cherchez le journaliste! Il est là, à la popote en train de préparer une soupe aux choux, canards et navets! Oui! Vous allez le trouver dans les choux, perdu entre deux feuilles, suivant attentivement à la trace l'information, la toute dernière, celle qui vient de naître. Vous le verrez impatient et piétinant derrière celle qui se traîne et qui s'étalera peut-être demain ou après-demain dans les colonnes de son baveux.

C'est toujours ainsi! Le journaliste va aux nouvelles comme vous allez aux champignons ou aux fraises, à confesse ou au charbon. Avec lui, surtout si le filon est exclusif, la nouvelle la plus mineure aura l'heureuse veine d'épater la galerie.

Car l'homme est homme de taille de crayons et de plumes, habile tire-ligne et gratte-papier de feuillets et billets riches en post-scriptum! Mais gare aux imposteurs! Colporteur de l'écho, bien avant la rumeur, l'apprend-il de bonne source, sitôt il la répand, mettant l'eau à la bouche!

Pas de cale sèche pour cracheur d'encre! Pas de répit pour le zombie des on-dit et des ouï-dire! Ici tu piges, on fait aux pigeons la pige! On rhabille les vedettes qui se sont dénudées.

Pour l'éditorialiste, tout est urgent et à la presse. De message en dépêche, on se presse! De bobard en canular, de scoops en scripts, la nouvelle comme poisson passe dans l'entrefilet, ou à la une. Avec chance, elle se débite à la radio. Découpée en tranches, elle triomphera à la grande hune télévisuelle.

Oyez le journaliste! Pour un chou des plus chouette, l'homme public, tout terrain, reporter sans lendemain ne pose ni limite ni frontière à ses investigations. Il est branché sur le courant, carnet d'interviews dans la poche, ici, il vous présente en souriant son micro, là-bas, il cadre, espérant réaliser le zoom de l'année.

Il désire vous attirer, vous convaincre, vous séduire, aiguiser votre appétit, nourrir sans rassasier ni étancher votre soif d'information... Il est prêt à tout, le commentateur! Il sait tout, le critique! Avec le poids des maux et le choc des faux taux! Oh dis, Mate ce qui passe sur LCI!

En ce siècle médiatique, chacun a ses trucs et ses tics pour être d'attaque et d'étoc pour passer du sujet toc qui tombe à pic au fait antique d'une autre époque. Partout ça gaze dans les gazettes où l'actualité n'attend pas. C'est la guerre des idées et le duel des polémistes! Chacun interprète sa partition dans la clameur cacophonique.

Dans sa feuille de chou, le dessinateur illustre et caricature les mœurs et les événements pour vous faire rire et réfléchir. Avec la satire, c'est le ara qui rit! Là, un chroniqueur à effets de manchettes, au ton pataud logique prend des airs affectés pour vous inoculer quelque événement inflammatoire, symptomatique du Landerneau. Ici, un pisse-copie débite quelques sondages, un présentateur tente de vous faire prendre ces vessies pour éclairer vos lanternes.

C'est toujours à vous de stopper le bruit qui court ou d'éponger le secret qui transpire pour démêler le vrai de l'info! Evitez de tomber dans le panneau en même temps que tombe la nouvelle.

Oyez et voyez le journaliste!

Rubrique nécro en black board, infos nature et écologique, brute de pommes, carnet mondain, petits potins rusés, indiscrétions ou astuces de gros malins, propos coquins ou bêtes comme chou, le mérinos audiovisuel bêle, bêle, bêle en ménageant la chèvre et le presse book.

Chaque mouton de Panurge de la communication, broute et transhume d'ondes en fréquences, de chaîne en chaîne ou de magazine en hebdo. Flash-man, Web rédacteur, journaliste sportif ou culturel, tous l'attendent à chaque coin de kiosque, d'affiche publicitaire, de reportages et de spectacles.

Pour entrer dans le chou et ne pas se faire trop voler dans les plumes, il faut de la patte et du talent. Le pamphlétaire ne doit pas être piqué des vers et faire des choux farcis de hachis d'opinions et de gâchis de réputation. Tous les choux doivent être comestibles car de feuilles en feuilletons, pâte à papier est pâte à choux!

Avec x et périls! Pour sauver ses petits bouts de choux, ses petits joujoux, il devra éviter vieux hiboux, vilains poux et autres lanceurs de cailloux qui le mettront sur les genoux. Un lanceur de pavés peut facilement tomber dans la mare à scandales.

Si par malheur le gratte-papier a fait chou blanc, s'il a trop pédalé dans la choucroute ou si, comble de la panade, ayant voulu éplucher et se faire la peau de quelques grosses légumes, son journal vient à boire le bouillon, il ne lui reste qu'à tremper avec le populaire sa première soupe aux choux. Il a tout gagné, il est de la revue! Il ne lui reste plus qu'à accommoder les restes d'informations pour tenter de tirer la couverture à lui!

Alors famélique et groggy d'un dernier coup de manchette, loin des choux gras qui firent ses délices, il peut aller planter ses choux au jardin des désillusions. En effet, il sait bien que l'écrit est soumis à l'épreuve du terre à terre, du con de test à terre et que le paradis est réservé aux pommes!

Il faut donc à notre homme, avec les choux se garder des pâtés comme des navets, s'il ne veut pas que son canard en fasse spécialité. Au risque d'ailleurs pour lui de danser illico un dernier french cancan à se casser trois pattes sur la mare aux canards.

A Sarcelles ou à Pilet les oies, les canetons dans les basses cours de récréation barbotent et cancanent sous le regard bienveillant de quelques vieux ou futurs palmés. Mais c'est trognon et chou à la crème car tous sont déjà sensibilisés aux BD et albums illustrés: "Babar" rencontre "Petit ours brun" en compagnie de "Bambi". "Les P'tites Princesses et les "P'tites Sorcières" font la "Pirouette" avec les "P'tites Filles à la vanille".

On leur apprend à lire en fixant très tôt leur imaginaire avec "Les belles histoires" ou "Le Journal des enfants" et "Mon Petit Quotidien". On les éduque bien sûr déjà, aux charges de futur citoyen avec "Picsou Magazine" et "Super Picsou Géant".

Oh oui! Le journaliste sait tout faire: écrire pour les enfants, les ados, les adultes! La première rédaction du petit écolier donne la vocation. Elle fera naître peut-être un futur rédacteur de journaux ou de tracts!... Pas de confusion! Le publiciste, faux journaliste est un bonimenteur, un lanceur de poudre aux œufs et aux yeux. Tant pis pour les gobeurs!

Moi, je fais partie de la grande famille des petits journalistes. J'ai un journal de bord sous la forme d'écrits, un quotidien que j'ose faire paraître. Mais j'ai aussi un journal intime, tenu secret... Il ne pourrait que faire partie des invendus.

Commenter cet article