Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'eau de roses 2-2

Publié le par modimodi

Tu m'as envoyé sur les roses...

 

Plus d'nuit d'été d'Hector Berlioz !

Musique et prose en nous s'opposent.

Pourquoi Ronsard a bouche close ?

Cupidon doit avoir l'arthrose,

Aphrodite fait une thrombose !

 

Toi, mon aurore aux doigts de rose,

Tu dois te taper l'ankylose,

Apollon une dermatose,

Éros, Éos, une couperose,

Nymphes et Grâces, une mycose.

 

Rapetissé, Le Petit Chose,

Tu ne lui laisses pas grand-chose !

Que des épines, j'en ai ma dose !

Plus de saison ! Tantôt pluviôse,

Tantôt la grêle, tantôt nivôse.

 

Ta démence prend l'apothéose !

Mes vœux d'azur, en toi implosent,

Mes désirs fous, en toi explosent,

Déchirent mon cœur en cellulose.

Le voilà, couvert d'ecchymoses !

 

L'amour, en moi se décompose.

Rêves fleuris, d'un coup nécrosent.

Leurs effluves se surexposent.

Enivré, jusqu'à la couperose,

Notre amour ne sent plus la rose.

 

Crise de foi, fleur de cirrhose,

Souffle court, en tuberculose,

Élans anémiés, sans glucose,

J'en perds la tête et je névrose.

Ma raison cède de sclérose.

 

Mes humeurs ont teinte morose.

Nos langueurs ont la sinistrose,

La tristesse entre nous s'expose.

Le temps d'aimer a pris la pause,

Le printemps n'est plus dans la clause.

 

Ci-gît mon cœur où tu reposes !

Ton chant d'adieu, à moi s'impose :

"Mignonne, allons voir s'il arrose,

Sur notre mélo, pot aux roses

Un peu d'amour à l'eau de rose."

Commenter cet article