Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Feux d'amour

Publié le par modimodi

Hier, j'étais sans feu ni lieu.

Mon cœur était aventureux,

Aimer n'était plus qu'un jeu,

Pour amoureux ténébreux,

Moyenâgeux, malchanceux,

Aux désirs piteux et fumeux.

 

Puis le grand miracle a eu lieu.

Je n'en croyais pas mes yeux,

Tu m'as donné de doux aveux.

Tu m'as murmuré : "oui, tu peux !"

Je n'ai plus rien de langoureux,

Je suis prêt au voluptueux.

 

Tu es l'éclair, tu es la foudre,

Ton corps a fait parler la poudre.

Les doutes peuvent se dissoudre.

Je suis décidé d'en découdre

Avec ces tristes inquiétudes

Qui m'obligent à la solitude.

 

Mais désormais je suis heureux, 

Mes désirs incendient les cieux.

Les anges, eux-mêmes sont fiévreux,

Devant Marie et le Bon Dieu,

Ils mènent la danse du feu.

 

Vois ! Je prends mes bott' de sept lieues

Pour convaincre les amoureux,

Les timides et les vertueux,

Qu'en amour, il n'est pas dangereux

De se montrer impétueux,

D'oser jouer avec le feu.

 

Amants d'un jour ou pour toujours

Ne craignez pas les feux d'amour !

Montrez bravoure pour vos mamours.

Aimez-vous donc à petit feu

Ou embrasez-vous, vertubleu

Comme une bigote à son prie-Dieu !

 

Ne clamez pas à qui mieux mieux :

"Au feu ! Au feu ! Sauve-qui-peut !

Couvrez le feu ou cessez le feu !

Amoureux, fougueux et joyeux,

Clamez plutôt ce fol aveu :

"Viv'les coups d'feu qui font long feu !"

 

Jeunes naïfs, boutonneux,

Apprentis d'amour, boutefeux

Ou vieux noceurs au coin du feu,

De souvenirs déjà cendreux,

Ne laissez pas jouer le temps 

Qui veut calciner vos serments !

 

Brûlez aux feux de la Saint-Jean

Vos cœurs de blé, vos corps ardents

Sur le grand bûcher des amants.

Commenter cet article