Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réveillon masqué et magie de Noël.

Publié le par modimodi

Musique maestro ! "Décalétacan, décalétacan, ohé, ohé" ! A répéter quatre fois comme la Compagnie Créole le fait en intro de sa chanson. Qui ne connaît pas le célèbre tub des pistes de danse ? " Au bal, au bal masqué, ohé, ohé, elle danse, elle danse, elle ne peut pas s'arrêter de danser, danser, danser..." et, vous d'arrêter de fredonner l'air qui vous trotte dans la tête !

Ne faites pas la sourde oreille ou la fine bouche car après le bal masqué, vous êtes invité, cette année, au réveillon masqué. Mais l'ambiance a terriblement changé.

Oubliez vite les paroles : "Aujourd'hui, je fais ce qui me plaît, me plait !" Non ! Non ! Plus question, mon ami ! Vous n'êtes plus à la fête, vous êtes en état d'urgence sanitaire ! 

"Aujourd'hui tout est permis, permis" ! Non ! Sûrement pas, c'est bien trop dangereux ! Respect absolu du nouveau permis de conduite en société. Stoppez sur le champ de bataille sanitaire, l'entêtante rengaine : "Derrière mon loup, j'embrasse qui je veux, je veux !"

Pas question ! Vous devez respecter les consignes et appliquer les gestes barrière. Pas de bisous à personne en entrant, ni au Père Noël, ni après déballage, en remerciements des cadeaux déposés au pied du sapin ! Embrassez-vous en vidéo. Et n'oubliez pas de vous laver les mains aussitôt ! L'ennemi invisible ne prend pas de gant pour vous serrer dans ses bras !

Dès que vous arrivez, comptez ! Le nombre d'invités est limité à 6 adultes à table ! Car le septième, est déjà là ! C'est l'invité surprise, c'est la Covid ! Alors pas de rapprochements, seul le pied sous la table est autorisé. S'il avait vécu à notre époque, G Verdi, dans le Bal Masqué, l'aurait sûrement envisagé pour Ricardo et Amélia. Mais surtout son opéra "La Traviata" aurait fait de Violetta, une tragique victime de l'épidémie, époumonée dans l'agonie de son chant d'amour.

Cette année, au réveillon, pour s'épargner de telles conséquences et tenir la distance les jours prochains, un plan de table bien pensé n'aura pas oublié la bonne distance à respecter, de deux mètres au moins entre les convives. Retour aux temps anciens où roi et reine se tenaient face à face pour festoyer, à une longueur telle que les nombreux mets refroidissaient en passant de l'un à l'autre. Ce soir, on sera loin du collé-serré des dancings, car c'est la Covid qui ouvre le bal et mène la danse.

Le port du masque est recommandé entre les plats. Le meilleur service a d'ailleurs prévu des parts individuelles et un dîner vite expédié. Oubliez les Noëls gourmets et gourmands avec foie gras, boudin blanc, saumon fumé, huitres, escargots, etc ! C'est la soirée dinde, une cuisse et vite au lit ! Quant à la bûche, ne soyez pas un bellâtre, évitez de la prendre pour ne pas être marron et farci par la Covid !

Plus de coude à coude mais vous pouvez encore lever le coude. L'ivresse de l'amour familial ne vous fera pas tituber. Toutefois, vous n'avez le droit que de caresser la tête de la bouteille de vin ou de champagne. La consommation d'alcool doit rester modérée mais pas celle du gel hydroalcoolique, à verser, jusqu'à plus soif ! La Covid elle-même se frotte les mains, dès qu'elle vous frôle !

Évitez d'exprimer bruyamment votre satisfaction ou votre bonheur ! Cachez votre joie et parlez à bas bruit. Vous avez le droit de penser que votre petite fille, est votre portrait tout craché mais ne postillonnez pas sur elle, en vous exclamant !

Sustentez-vous, régalez-vous mais n'alimentez pas la conversation d'un lamento plaintif sur les contraintes de la Covid ! C'est ainsi ! Vous êtes passé en une mascarade, de convive à contaminant.

Ne vous plaignez pas ! Vous n'êtes pas obligé de vous passer de rassemblements familiaux comme en Italie. En Corée, il est interdit de recevoir quelqu'un chez soi. En Belgique, un seul invité et pas de danse mais contredanse assurée en cas de non-respect. Les Wallons sont en liberté surveillée par des drones !

Par contre à table, vous pouvez raisonnablement vous échauffer pour compléter les bienfaits de votre petite laine. Ce soir, le mouton est de circonstance et la doudoune et la chancelière sont des cadeaux très appréciés !

Après la douche froide des restrictions, la tendance est de fêter Noël au balcon ou au jardin. A condition que votre crèche offre ce confort comme de disposer de parasol chauffant pour compléter la chaleur humaine.

D'ailleurs chaque foyer ne porte plus l'appellation de foyer, que de nom, lorsqu'on évoque la contamination. Car si on applique le couvre-feu, on l'éteint et on grelotte. On gèle et l'on n'est pas loin d'atteindre la température de conservation du vaccin !

Dans la pièce de réception, il est recommandé d'aérer dix minutes par heure. Brrr ! Brrr ! Attention aux personnes vulnérables ! Soyez chaleureux avec elles et ne laissez pas mamie, dans le courant d'air, si vous ne voulez pas que ce soit son dernier Noël ! Déjà, la Covid trop affectueuse ne pense probablement, en traitresse, qu'à lui sauter dessus, pour la refroidir.

Ayez bonne mine, faites pourquoi pas bombance mais pas la bombe ! La bête à picots a de nouvelles souches mutantes. Le traditionnel Christmas pudding qui a réussi à passer la frontière, n'est plus recommandé après la messe de minuit, prévue désormais à 19 heures trente !

Pauvre petit paroissien placé un siège sur trois et un banc sur deux, tu ne pourras plus donner le liturgique baiser de paix, à moins d'avoir le bras long. A minuit, heure solennelle, il y a quelque chose qui cloche ! Plus d'avoine dans le râtelier et les auberges sont fermées. Le petit Jésus est né mais il crèche sur la paille comme nombre de bons chrétiens pris pour des poires et qui ne croient plus au Père Noël.

F. Villon nous balladait quand il disait : "Tant crie-t-on Noël qu'il vient !" Certes, dans un cri du cœur, il vient pour nous, faire la fête mais surtout, il nous voit venir avec nos visages masqués, nos bandeaux sur les yeux et nos mines défaites.

Réveillonnez ami, sans réveiller la Covid. Vous êtes blanc comme neige ! Innocent comme un nouveau né ! Croyez à votre bonne étoile. Mais attention ! Elle est peut-être filante !

Soyez donc prudent, pas inconscient et toujours optimiste ! Moi j'ai les images de mon enfance où la féerie de Noël lui donnait le mystère enchanté d'un conte. Je me souviens de l'attente de ce jour, de l'ambiance fiévreuse et festive qui le précédaient : l'achat et la décoration du sapin avec les guirlandes et les fragiles boules multicolores et surtout l'instant magique de l'étoile qu'on plaçait en dernier à son sommet. Sans doute, que déjà je pressentais son pouvoir bénéfique et que je savais qu'il me faudrait vivre en levant la tête plus haut, toujours plus haut.

Je participais aussi à la construction de la crèche : des figurines, Marie en manteau bleu, penchée avec Joseph sur le rudimentaire berceau vide, couvert de paille, en attente comme moi de la venue du petit Jésus. J'aidais ma sœur à placer les bergers avec leur canne, les différents moutons blancs et frisés, trois rois mages couronnés portant un coffret, un bœuf et un âne gris. J'entends encore le froissement du papier imitant le rocher qui serait l'abri de la sainte famille jusqu'à la Nativité.

Je ressens également les émotions lors de l'ouverture des cadeaux mais je perçois en plus un mélange d'odeurs douces et sucrées : le parfum d'orange et de coquille qu'on me distribuait à l'école et que je rapportais triomphant à la maison. Ah ! L'arôme entêtant et suave des mandarines ou de la brioche trempée dans le chocolat chaud qu'on dégustait en rentrant de la messe de Minuit. L'enfant Jésus sur la nappe, nous nous regardions les yeux luisant de joies et d'émotions liées. La voix de mon père chantant le difficile "minuit chrétien, c'est l'heure solennelle" emplit encore de sa vibrante nostalgie, mon oreille tendue vers les échos de l'au-delà.

Ami, à chaque âge, chaque époque laisse son empreinte dans les cœurs. Le plus important, c'est de ne pas vous laisser influencer par la morosité ambiante et de garder votre capacité d'émerveillement. Appréciez et partagez votre plein bonheur !

Vous avez une immense et extraordinaire responsabilité ! Vous n'êtes pas des rois mages mais vous possédez le pouvoir magique de mettre de l'or dans les yeux des enfants ! Ce soir, cette nuit, demain et tous les autres jours, soyez empli de gaieté, de sourires et de rires, pour eux comme pour vous et ceux que vous aimez. Que la joie soit dans les cœurs ! Joyeux Noël !

Commenter cet article