Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Belle

Publié le par modimodi

Mon fruit d'or, petite mirabelle,

Toi, ma trop belle, ma toute belle, 

Dans la soie comme dans les dentelles,

Tu es cent et mille fois belle,

Belle, belle, belle et encore belle,

Belle, belle, belle, toujours rebelle.

 

On t'a appelée, Gabrielle,

Le prénom qui donne des ailes.

Pourquoi pas choisir Isabelle

Car tu es à jamais, la belle, 

De la beauté, son vrai label....

Elle en pâlit d'envie, Cybèle !

 

Moi, j'pouvais m'appeler Raphaël,

Abdel ou Bébel de Babel,

On m'a prénommé Jean-Michel.

Depuis, je braie, depuis, je bêle

Des belle, belle, belle en ribambelle

Pour écarquiller tes prunelles.

 

Pas besoin d'une grande échelle

Ni de monter sur l'escabelle

Pour inspecter les nues si belles.

A l'horizon, pas une ombelle

Et nulle belle sous ombrelle,

Tu es mon unique arc-en-ciel !

 

Si j'pouvais, j'ferais des étincelles,

J'danserais la valse, la tarentelle,

J'sauterais plus haut que les gazelles,

Pousserais si fort ta balancelle 

Que j'm'envolerais au septième ciel !

Mais... je m'raccroche à mes bretelles !

 

J'voudrais fuir au maquis, ma belle,

Me retirer dans le djebel,

Crier, hurler mes décibels,  

Et t'entonner un vieux gospel,

Pendant ta balade en chamelle...

Mais je chante comme une crécelle.

 

J'voudrais remplir ton escarcelle

D'étoiles, de rêves, perpétuels !

Sans brûler trente-six chandelles,

L'histoire propose un bon cocktail :

De César à Papa Noël,

D'Cléopâtre à Cadet-Rousselle !

 

Le temps est une douce aquarelle

De jours gris et de jours pastels

Pour ma mémoire à l'eau d'Javel !

Pour t'endormir ma demoiselle,

J'te parlerai de la Pucelle,

D'Colombine et de Polichinelle.

Pendant qu'tu joues à la marelle,

Je te conterai mille nouvelles,

Sans logique, un fourre-tout, pêle-mêle !...

 

Ecoute bien la ritournelle :

Jézabel trahit l'Eternel ;

Isaac grimpe sur l'autel,

Sans qu'on lui fasse la courte-échelle.

La tour de Babel monte au ciel 

Entre vingt cris et cent appels.

Icare se prend une belle gamelle, 

Elles sont fondues ses deux ailes !

Là-bas, Caïn tue Abel.

Là, le peuple se rebelle

Pour le sel de la gabelle.

C'est à Poitiers, qu'Charles Martel

Prend la tête des Infidèles !

 

Tourne, tourne le carrousel !

Des rois des reines, des kyrielles, 

De portraits qui s'entremêlent : 

Charles le Chauve et Philippe le Bel,

La frondeuse, la Grande Mademoiselle.

Des prises de forts, de citadelles...

Tiens ! On fait l'siège à La Rochelle,

Tandis qu'en Suisse à Neufchâtel,

D'une flèche de Guillaume Tell,

V'là, la pomme qui s'écartèle !

 

Parfois, le monde est bien cruel,

Parfois, toute la vie étincelle

Mais tu n'en as cure, mam'zelle

Toi, tu vis, petite hirondelle,

En paix avec les tourterelles.

Tu es trop belle, colombelle !

 

Mêm' si j'n'suis plus un ménestrel,

Si je suis, ma beauté, ta brêle,

Si j'titube et si je chancelle,

Finirais-je à la croque au sel

Ou serais-je jeté à la poubelle,

Comme une croûte de Babybel ?

 

Avant d'filer à tire-d’ailes

Et d'm'envoler faire la belle,

Pour échapper à tes querelles,

Eviter ton courroux, donzelle,

Je te décerne jouvencelle,

De la beauté, le prix Nobel 

Voir les commentaires