Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cancre et l'âne

Publié le par modimodi

On te dit sot, un peu simplet

Mais toi, le cancre, tu me plais.

Tes grands yeux sont faits pour rêver,

Ton corps poursuit des chevauchées.

Un rien te fait vagabonder...

 

Le vent qui bat dans les volets,

Un grain de pluie, la giboulée,

La rosée au jardin mouillé,

L'oiseau tout prêt de s'envoler,

L'araignée en train de tisser,

Le soleil à apprivoise.

 

Et...qui vient juste se poser

Sur la page de ton cahier.

Ta dictée vient de s'enflammer,

Les mots se mettent à danser,

Le soleil est ton prisonnier,

Te voilà tout auréolé.

 

Le maître n'a rien remarqué

Et tu peux te laisser glisser

Dans tes songes illuminés.

Élance-toi avec ta fusée

A travers les nues étoilées...

Le temps a perdu sa durée...

 

Soudain, avec brutalité,

Te revient la réalité.

Le chaud soleil s'est éclipsé,

Le maître est devant toi, planté.

Il te d'mande de t'expliquer :

On refuse de travailler ?

 

Tu réponds : Ben ! Et puis non, mais...

Comme un hibou ébouriffé,

Tes yeux restent écarquillés.

Tu ne t'entends pas gratifier

D'un gros zéro bien appuyé,

Pour ta collection privée.

 

Au nuage, tu restes accroché,

Emportant le cabriolet

De ton humeur de feu follet...

Je suis ton frère, en vérité,

Je suis comme toi, inadapté !

On nous dit sots, sommes distraits.

 

Ami, des cancres et des baudets,

Le Bon Dieu nous a pardonnés.

Nous serons tous récompensés :

Au Paradis, à tout jamais,

Les premiers seront les derniers,

Les derniers seront les premiers !

Voir les commentaires

L'âne et le cancre

Publié le par modimodi

J'ai la tête près du bonnet,

On me croit stupide et borné.

Je bafouille un peu l'alphabet,

Je me perds au calendrier.

 

On me couvre de quolibets,

Longues oreilles, porte-béret,

Foutriquet, tête de mulet

Paltoquet de foutu baudet.

 

On me croit sot, on me croit niais,

On me traite de grand benêt,

D'entêté et d'âne bâté,

Bêta, béat de grand dadais.

 

J'en ai des instincts meurtriers.

Sabots et oreilles agités,

Alors je me mets à ruer

Et je refuse d'avancer.

 

Ils sont tous à me supplier,

Subitement préoccupés

De me savoir cloué sur pieds.

Je conserve ma dignité !

 

La carotte, on me la promet

Mais je n'me ferais pas carotter.

Ma queue fait de grands moulinets,

Les tenant ainsi en respect.

 

On me crie des énormités,

On invoque l'hérédité :

L'âne gris ou d'or d'Apulée,

Aliboron, l'âne culotté.

 

Buridan, de doute affamé,

Cadichon, bête et entêté !

Veux-tu bouger sale bourriquet ?

Pour toute réponse : je brais.

 

Frères, par l'imbécillité,

Victimes de scolarité,

Que votre solidarité

Réponde à la vulgarité !

 

Blonde tête près du bonnet,

Rien ne soumet la volonté,

Ni du dernier perdreau d'l'année,

Ni du premier petit baudet !

 

 

Voir les commentaires

Célébrités

Publié le par modimodi

La musique met les pieds dans le plat : truite de Schubert, Mozzarella et tortellini Verdi!

Est-ce depuis que Sully a dit que : "Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France", que tout va de mal en pis et même de pis en pis?

Est-ce parce qu'Ulysse tricotait des gambettes, que l'amour de Pénélope filait du mauvais coton?

Mathusalem: 969 ans à se dire que l'amour, avec de la bouteille, va de mieux en mieux. 

Io, cette vache de femme de tette et paraît-il, peau de vache, avait-elle le cuir chevelu?

L'épée de Charles Martel était-elle un fil à couper le beur?

Est-ce depuis Jeanne d'Arc que les pucelles sont surcotées?

Marcel Proust aurait-il dit à Albertine, l'amour c'est comme les madeleines, ce n'est pas ma tasse de thé?

Saint Louis est le seul roi de France à être saint. Pourquoi ce saint sire ne fit-il pas école plutôt que de rendre la justice sous un chêne en prenant ces sujets pour des glands? 

Voir les commentaires

Le lion

Publié le par modimodi

Le vieux lion s'ennuie

A la Goldwyn Mayer!

2 000 jours, 2 000 nuits

A cligner des paupières,

A user sa crinière

Puis à bâiller trois fois

Devant les caméras!

10 000 jours, 10 000 nuits

A feindre la colère,

100 000 nuits, 100 000 jours

A rugir au parterre:

 

Pour quelques secrétaires,

Epiciers et bouchères,

Avocats ou notaires,

Banquiers et actionnaires,

Un Poilu poitrinaire,

Madame de Boisrobert,

Un fichu caractère

Comme disait La Bruyère!

 

Tiens! Des retardataires,

Des matelots de Quimper,

Quelques gais militaires, 

Débarqués de Cythère,

Trois curés, deux vicaires,

Un cheik et ses moukhères,

Le duc de Westminster,

Les frèr' d'Abdel Kader,

Et Yop la boum, Prosper!

 

Tous de moi tributaires,

En milliard d'exemplaires:

Des gentils, des vulgaires,

Timides ou téméraires,

Des faux-culs, des sincères,

Nantis ou roturières,

Rentiers ou héritières

D'ici et d'outre mers.

 

Cinémas sanctuaires

D'histoir' bien ordinaires:

''Cancan sur la Cannebière",

De passions éphémères,

''Le bagnard de Bagnères'',

De polars, de thrillers,

''Razzia dans les rizières'',

D'amours et de gangsters,

"Du sang dans la saucière"!

 

Des gloires éphémères

Dormant dans la poussière,

Wayne, Cooper, Astaire

Turner, Garland, Gardner

Brynner et Lancaster.

Des films qu'on vénère

Ou qui n'pass' pas l'hiver:

"La pantoufle de verre",

"La chérie d'Jupiter",

"Les souliers de St-Pierre",

"Le berbère impubère",

Et "Les trois mousquetaires"...

 

Halte à la surenchère!

Fermons là l'inventaire

Sans plus de commentaires!

Souvenirs en fourrière!

Ma mémoire est entière,

Un million d'annuaires!

 

Pitié, pitié! Mes frères,

2 ave, 3 pater...

Un lion s'exaspère,

Un lion désespère!

Oh! Quelle vie de misère!

Comme aurait dit Molière:

Que diable allait-il faire

A la Goldwyn Mayer?

Voir les commentaires

Le toucan

Publié le par modimodi

Toucan! Toucan!

Cess' tes cancans

Peu convaincants

Et trop fréquents!

 

Toucan! Toucan!

Ton bec clinquant

Est trop choquant

Et provoquant!

 

Toucan! Toucan!

Cess' ton boucan

De prédicant

Grandiloquent!

 

Toucan! Toucan!

Ton bec sécant

Est trop cliquant

Et trop claquant!

 

Toucan! Toucan!

Lève le camp

En Astrakan,

Pars aux Balkans,

Chez Gengis Khan,

Au Vatican!

 

Toucan! Toucan!

Allez, fous le camp!

Voir les commentaires

Le hérisson

Publié le par modimodi

Mon gentil hérisson,

Tu sors de ce buisson,

Sans prêter attention

A la situation.

T'es en mod' polochon!

 

Tu voudrais voir Paname,

Prier à Notre-Dame,

Renonce à ce programme,

Car tu cours droit au drame

Sur ce noir macadam!

 

À toute vitesse,

Les autos tigresses

Sans délicatesse,

Avec leur rudesse,

Grifferont tes fesses!

 

C'est déjà trop tard!

T'entends le stock-car,

A fond sul' boulevard!

C'est pas un lézard

Qui fonc' dans l'brouillard!

 

Tu t'vois sul' brancard,

A plat sul' billard,

Blessé, béquillard!

Aussitôt dare-dard,

Tu t'mets en pétard!

 

Alors, vieux grognard,

Comme un vieil hussard,

Tu sors mille poignards.

En boule et rempart,

T'attends le chauffard!

 

Mais y'a comme un couic!

Oui! Y'a comme un hic!

Zut! Zut et Bernique!

Petit porc-épic.

A tort, tu paniques.

 

C'est l'ami Loïc,

D'la course du Croisic,

Qui court et rapplique!

C'est l'vélo qu'tu piques!

Roue à plat! Pas chic!

Voir les commentaires

L'écureuil

Publié le par modimodi

Ecureuil fait la fête,

Arbore sa noisette,

Tel un Sydney Bechet

Soufflant dans sa trompette!

 

Chouette, ta musiquette,

Mon petit casse-noisette!

 

Casse-noisette, castagnettes,

Croque-noisette, en cueillette,

Craque-noisette, fais dînette,

Choc-noisette, décollète,

Toc-noisette, décachète,

Clac-noisette, émiette,

Coque-noisette, déchiquète,

Stock-noisette, pas d'disette,

Hache-noisette, pas d'ronflette!

 

C'est partie de cache-cache,

Pour bell' queue en panache, 

Plus rusé qu'un Apache!

 

Pique-assiette, en grimpette,

Joue à fond les manettes!

Amusette, pirouette,

Pichenettes et claquettes

Bien l'bonjour, les fauvettes,

Bonjour, les alouettes!

 

Mais un bruit trouble-fête

Alerte Oreille Inquiète.

Rouflaquette, Girouette,

Sans tambour ni trompette,

Disparu en cinq-sept!

Casse-noisette, escampette!

Voir les commentaires

L'ourson

Publié le par modimodi

Y'en a qui dorment,

Y'en a qui dînent!

Y'a des énormes,

Y'a des ondines!

 

Y'en a en transes

Ou qui lambinent!

Moi, quand je danse,

Je me dandine!

 

Y'en a qui pensent

Ou qui ruminent!

Y'en a qui s'lancent

Ou qui s'débinent!

 

Moi, quand je danse

Je me dandine !

Tout en cadence,

Comme une ballerine!

 

Tout en souplesse,

Comme son altesse!

Dans mes chaussons,

C'est moi, l'ourson!

 

Allez! François,

Fais comme moi!

Dandine-toi,

Comme les oies!

 

Balance-toi,

Déhanche-toi,

Démène-toi,

T'es en surpoids!

 

De gauche à droite,

Bats la savate!

De droite à gauche,

Claque tes galoches!

 

Perds ta brioche!

Tu es trop moche!

Voir les commentaires

La tortue

Publié le par modimodi

Turlututu!

Petit' tortue,

Tu t'évertues,

L'air abattu,

Sur ta laitue.

 

Quell' tête as-tu,

Petit' tortue?

Au moins sais-tu

Esprit obtus,

Qu'une laitue

Ne constitue

Pas un tutu!

 

Turlututu!

Ma court vêtue,

T'es trop têtue!

Avec vertu,

Tu t'es battue,

Sur ta laitue,

Mais, c'est foutu!

Voir les commentaires

L'hippopotame

Publié le par modimodi

Plouf! Pata Plouf

L'hippopotame,

Avec sa dame

Patata Plouf,

Est dans la boue

Jusqu'aux genoux.

 

Et l'on s'ébroue

Dans chaque trou!

Deux petits ploufs,

Un très gros plouf,

Ah quel barouf!

Ah quelle esbroufe!

 

Je pouffe, tu plouffes,

Opéra Ploufs.

On joue au squash?

Tu tires un smash?

Et v'là un splatch

Plein de panache.

 

Vas-y Pa-plouf,

T'es pas l'pignouf

D'l'opéra-bouffe

D'l'opéra-fouffes!

T'es le Surcouf

Du waterproof!

 

En bon époux,

Tu te secoues

Comme un zazou.

Tu plonges le cou,

Et tu t'ébroues.

Tu fais des remous!

 

Tu fais glouglou,

Tu recraches tout!

Ça sort du trou,

En faisant You,

Comme d'un biniou!

T'es à ses genoux!

 

Alors Madame

Hippopotame,

D'un coup s'enflamme,

Hennit, t'acclame,

De joie se pâme

Et te réclame.

Voir les commentaires