Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre de motivation

Publié le par modimodi

 

Le grand problème de notre temps, c'est l'emploi.

Quand par bonheur, vous trouvez un travail correspondant à vos compétences professionnelles, il faut postuler et envoyer un C.V accompagné d'une lettre de motivation. Celle-ci doit susciter l'intérêt pour être sélectionnée et déclencher la convocation à un entretien d'embauche.

Voici, une lettre-conseils qui vous offre quelques idées pour donner de l'argument crédible et sérieux à votre courrier. Voilà quelques grosses erreurs à éviter, lors de votre présentation.

D'emblée, ne criez ni victoire, ni Alléluia ! N'écrivez pas que le PDG en avait rêvé et qu'il est exaucé, car vous êtes le collaborateur idéal ! Stoppez tout excès de vaine prétention, ne faites pas l'important. Soyez simplement intéressant !

Évitez toujours d'être trop optimiste, arrogant ou exagérément enthousiaste et n'affirmez pas que vous êtes le professionnel indispensable qui manquait à cette entreprise ! Particulièrement, dans votre cas...

Sur votre CV, on peut lire que vous enchaînez à belle cadence, les petits jobs et les contrats courts. Vous êtes le couteau-suisse des expériences infructueuses. Sachez modestement en titrer profit : vous êtes un grand chercheur ! ... Surtout des petites annonces, à la maison de l'emploi.

Soyez ambitieux pour le renom de la société mais personnellement, gardez un profil bas. Ainsi, même si vous avez été un jour mécanicien, ne roulez pas des mécaniques. Aujourd'hui, vous n'avez plus aucun piston, tout se goupille vraiment très mal pour vous, y'a des grains de sable dans vos rouages et vous manquez un peu de ressort. Le train de la réussite professionnelle est passé et repassé. Vous rouillez désespérément sur une voie de garage, sans aiguillage ni embranchement.

A 34 ans, disponible sur le marché de l'emploi, vous ne pouvez pas affirmer que vous êtes une première main ! Vous avez peut-être la notice mais pas le mode-d'emploi ! Vous comptez plus de désappointements que d'appointements ! Résultat, vous pointez au chômage ! Pour un prochain salaire, quittez-moi ce sale air abattu de fauché, vanné, sans blé. Présentez-vous souriant et pas à reculons ou sur la pointe des pieds ! Vous gagnez à être connu et reconnu.

Dernièrement, licencié d'une fabrique de carrelage en faillite, vous vous êtes retrouvé, dehors, sur le carreau, après 5 mois d'intérim ! Rassurez-vous, vous ne passerez pas pour un employé terre à terre mais probablement comme le mauvais présage d'un porte-poisse qui tente de se faire passer pour un porte-chance ! Alors, tenez-vous à carreau sinon pour la chance, ce sera que dalle ! Avant d'espérer passer par la grande porte, vérifiez que ce n'est pas la porte de sortie !

N'allez pas encore déclarer que vous avez l'intégration facile et l'esprit d'équipe ! Renseignements pris, vous avez été remercié, d'une entreprise de peinture, au bout de trois mois. Le comble ! Tout le monde était au bout du rouleau et ne pouvait plus vous voir en peinture ! Vous étiez traité de manche et devenu le repoussoir.

En bon daltonien au vert de l'espérance, ne cherchez pas à en faire voir de toutes les couleurs, n'en remettez pas une couche. Faites naturellement bonne impression, si vous ne voulez pas vous faire étaler à nouveau.

Auparavant vous aviez déjà connu le même sort ! Jugé trop gonflant chez Michelin, vous avez été viré speedy. Abstenez-vous donc de faire la roue, sauf si c'est celle de la Fortune !

Soyez prudent ! Votre réputation vous précède. Vous êtes un champion dans votre domaine. C'est vous le grand collectionneur des petits boulots, le philatéliste des lettres de licenciement.

Vous avez été élu, le roi de la déveine, pour avoir été recalé au concours d'infirmier ! Bon sang, vous risquez de vous faire épingler au lieu d'être aiguillé. Si vous ne voulez pas vous planter, soyez à la pointe, sans être piquant !

Plombier, vous l'avez été aussi, oui, mais que six mois ! Trop mal embouché pour avoir su en faire votre débouché, il faut impérativement vous brancher pour trouver le bon tuyau.

De même, trop de bavettes taillées avec les clientes, trop d'amourettes et de fricassées de museau avec des boudins, pour demeurer plus d'un an, garçon boucher-charcutier dans cette boutique de la rue Boucher de Perthes ! Assez de boulettes ! Pas de quartier ! "Adieu, veau, vache, cochon !" Vous voilà, à l'étal du marché de l'emploi, paré et bardé de mauvaises références. Ne faites pas bêtement votre tête de lard, c'est vous seul qui allez passer pour une belle andouille !

Vous ne croyez sans doute pas assez à la chance ! En effet, même panade et même destin croûteux, quelques mois plus tard ! Confondre croustade et croûtons, boulot et pain sur la planche, v'là la boulange dans le pétrin et vous voilà, enfariné et au pain sec ! Vous faites à nouveau, un four ! Ne soyez pas réfractaire aux règles en usage dans le métier, si vous ne voulez pas en pâtir comme ce fut le cas avec la pâtisserie !

Ici, guère plus de réussites ! Vous vous trompez de proportions, vous faites le quatre-quarts aux trois quarts et mariez la religieuse au sacristain ! Fou de charlottes et de nonnettes, vous avez un peu trop l'amour du métier. Ne vous jetez plus sur les religieuses !

Plus gourmand que gourmet, vous dégustez en plus vos propres gâteaux ! Résultat, c'est vous qui prenez de la brioche, qui croquez la galette et qui vous retrouvez, en un éclair, comme deux ronds de flan, avec un retour Paris-Brest ! Belle bûche professionnelle et carrière brisée, pour une aussi bonne pâte ! Goûtez ce bon et crémeux conseil : ne ramenez plus votre fraise, car vous voilà, tout déconfit !

Bien bâti, taillé comme une armoire à glace, mais peu commode, vous n'avez pas mieux réussi dans la menuiserie ! C'est vous qu'il aurait fallu dresser, débrutir et dégauchir ! Résultat, mauvaise plinthe au parquet ! Mise à pied, au plancher ! Vous voilà, scié et cloué, au sol ! La mouise vous tenaille.

Votre tentative de vous élever dans l'échelle sociale ne vous a pas été plus profitable. Vous accumulez, tuile sur tuile, votre camion est toujours en panne et comble de malchance, vous prenez des coups dans les lattes de la part des autres couvreurs ! Au faîte, vous voilà, à présent, sur la paille et chaumeur ! N'allez pas le crier sur les toits !

Vous êtes incontestablement, le plus grand des malchanceux, capable un jour, d'être accordeur de piano et de rester le lendemain, sur la touche ! Plaqué vous-même avant d'avoir pu plaquer le premier accord ! Pourtant qui met la pédale douce, va piano, va sano, sans croches ni anicroches !

Vous auriez probablement pu être taxidermiste, mais vous auriez sûrement vendu la peau de l'ours, avant de l'avoir tué ! Car votre expérience de commerçant n'a guère été plus concluante. Vous avez confondu les tissus, les tailles et les prix. En gros, vous n'avez pas fait dans le détail, vous avez bradé et sacrifié, on vous a tout naturellement liquidé ! Vous aviez l'étoffe, celle des zéros !

Vous pensez malgré tout, avoir la tête de l'emploi, mais vous avez perdu le mode ! Vous faites partie des pièces détachées et des modèles périmés dont le guide de montage est malencontreusement perdu. Ne perdez pas en plus les boulons !

Alors, aujourd'hui, gardez l'espoir ! Avec cette tête d'enterrement, vous finirez sûrement croque-mort, à perpétuité. Mais vous seriez bien capable de vous tromper de cimetière ou de sépulture...

Tout bien considéré, le destin Vire peut-être à votre avantage. Avec votre belle tête d'andouille, une promotion de chef d'escadrille vous est sans doute promise ! Bravo mon ami ! Voilà votre carrière qui décolle enfin !

Commenter cet article

J
Vaut-il mieux être gauchère que gauchiste? Moi je suis gauche, ça sera sans doute plus facile pour passer l'arme! Merci Pénélope!
Répondre
P
A tous ces demandeurs qui ont "deux mains gauches" ils faut leur souhaiter de trouver un chef d'entreprise très motivé pour leur donner une dernière chance!
Et alors qui sait?
Le miracle se produira ou le patron s'effondrera!
Au fait je suis gauchère, mais j'ai de la chance, je n'ai jamais fait de lettre de motivation!
Répondre