Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La mer: cétacés

Publié le par modimodi

Nom d'une pipe, de tabac épicé

C'est tassé, dit Sherlock agacé!

Nom d'un crétin du crétacé,

Blizzard bizzare, oh! C'est assez!

Comme ce blizzard est glacé!

A gla gla! Faut pas pousser,

Y'a plus moyen d'avancer!

Manchots et pingouins massés,

Sur la banquise entassés,

Collés, serrés, c'est assez!

 

Apprends à faire des jets d'eau,

Dit la baleine au baleineau!

Hé! Ho! Toi, qui te caches à l 'eau

Com' ce Napo à Waterloo,

Tu t'retrouveras le bec dans l'eau,

Dit Moby Dick au cachalot!

 

J'ai pas peur de m'jeter à l'eau,

Murmur' la belle Calypso.

J'ai séduit Némo et Cousteau,

J'ai des tas d'amis rigolos,

Flipper, Willy sont mes héros!

Il n'y a plus que Pinocchio

Qui a encor' peur de Monstro!

 

Marsouins, dauphins, j'en ai plein l'dos,

Pas d'la bosse de Quasimodo!

Non! J'ai plein de kilos en trop,

Je m'suis fait pomper à l'hosto!

Mais je suis tout rapetassé

Et je me sens rapetisser!

Passez! Passez! J'suis agacé

De vos excès! Oui! C'est assez

De graisse et de grâce amassées!

Tous ces cétacés, c'est assez

Car moi, j'préfère les crustacés!

Voir les commentaires

La mer: la méduse

Publié le par modimodi

Je suis confuse,

Peut-être obtuse,

Bouchée, occluse

Comme une écluse.

Mais je m'amuse,

A fond, la buse,

Quand je transfuse,

Dit la méduse.

 

Je joue l'intruse

Et je profuse

De Santa Cruz

A Saint-Jean de Luz.

 

J'te vois, je ruse,

Tu nages, je fuse,

Je te perfuse,

Je me diffuse

Et je t'infuse.

 

Tu es percluse,

Tu es recluse,

Dans ta cambuse!

Ta peau, tu l'uses,

Tu es contuse

Et tu m'accuses.

 

Mais, je m'excuse

Et je refuse,

Que l'on mésuse,

Que l'on abuse.

Je te récuse!

 

J'suis pas une muse,

J'suis cornemuse

Et arquebuse

De dame Empuse.

Oui! J'te méduse!

Voir les commentaires

La mer: l'étoile de mer

Publié le par modimodi

Pour quelles Océanides,

Pour quelles Néréides,

Fuis-tu ce ciel sans rides

Pour ces eaux pesticides?

Au jardin d'Hespérides,

Les pommes sont fétides

Et les fruits insipides!

Les belles Cariatides,

Aux grâces coricides

Ont statut d'invalides

Et les amours d'Ovide,

Livides et languides

Ont perdu le torride

De leurs charmes splendides!

 

Sans être extralucide,

Ton séjour apatride,

En Grèce ou en Floride,

C'est morbide et stupide!

Après ta cur' d'oxyde

Avec Billy le Kid

Tu s'ras métalloïde!

Adieu, étoil' de mer,

Bonjour, étoil' de fer

Aux allur' de gangster!

 

Ton destin est sordide,

Mêm' si tu te débrides

Guerrière Brunehilde,

Si tu t'fais intrépide

Comm' l'épée de Siegfried,

Aux mains d'un vaillant Cid

Que l'amour rend stupide,

Plein d'ardeurs homicides,

Tu rouilles, tu te suicides,

Ta beauté dilapides.

 

Ne joue plus au candide,

Sois agile et rapide,

Pas comm´ Brutus aux Ides!

Prends Énée comme guide,

Suis Jason en Colchide,

Odyssée, Énéide,

Gloire à toi, intrépide,

Pour cette vie splendide!

Quitte ces eaux putrides,

Tonneau des Danaïdes,

Aux mordants bains d'acide!

 

Rends-toi en Atlantide,

Nouvelle Thébaïde

Pour étoiles placides!

La mode est à l'hybride.

Sans faire ta timide,

Trouv'-toi une chrysalide,

Fais-toi, Astéroïde,

Retrouv' les nuits liquides,

Les belles eaux limpides

Des pluies de Perséides!

Voir les commentaires

La mer: le pélican

Publié le par modimodi

Le pélican à grand gosier

N'est jamais vraiment rassasié!

On peut lui jeter cent poissons

Et des millions de limaçons,

Il reste là, gouffre béant,

Le bec claquant et suppliant

Comme un vieux barbant prédicant.

 

Ce grand efflanqué est esclave

De la profondeur de sa gave.

C'est une nasse, une besace,

C'est un abîme, une crevasse,

Un trou sans fond, voie en impasse,

Un entonnoir dans une carcasse,

Un mange-tout, pire que rapace!

 

Il avale, il engouffre, entasse,

Poulpes filasses, leurs bell' tignasses,

Tout ce qui passe, sauf les rascasses!

S'il le pouvait et ça m'angoisse,

Il engloutirait bien l'Alsace,

Les vaches, les cow-boys du Texas,

Tout' les godasses des bidasses,

Tout' les blondasses, un peu tiédasses

Qui cour' les palaces, pour du strass!

 

Il amasse, compacte et concasse,

Le gras bedeau de ma paroisse,

Un trente tonnes de potasse,

Pas la paperasse, hélas, hélas!

Ni ces furieux qui nous menacent

Mais deux violons, trois contrebasses,

Le mausolée d'Halicarnasse,

L'énorme baleine et Jonas.

 

Il pomperait la mer des Sargasses,

Toutes ses anguilles, sa mélasse,

Il goberait tout cru l'espace!

Non! Je ne veux pas qu'il m'embrasse!

Voir les commentaires

La mer: la seiche

Publié le par modimodi

Y en a qui prêchent,

Se dit la seiche.

Y en a qui pêchent

Ou qui s'dépêchent.

Y en a qui lèchent,

Ou qui s'pourlèchent

D'une escabèche

Ou bien d'un welsh.

 

Y en a qui bêchent

Comm' des pimbêches.

Y'en a qui crèchent

Dans des calèches,

D'autr' sur la brèche

Et dans la dèche,

Qu'la vie ébrèche!

 

Des...qui sont d'mèche

Comm' cheikhs en chèches

Qui font tête-bêche

A Marakech!

Y'a des revêches

De la cabèche,

A la peau d'pêche,

A la peau rêche

Et qui s'dessèchent!

 

Oh! Moi je sèche!

Rien ne m'empêche

Et tout m'allèche!

J'suis à la fraîche,

Sans antisèche!

 

J'suis pas un' flèche,

Pas un' flammèche

Pour p'tite bobèche,

Mêm' pas une esche!

Personn' me r'pêche!

J'suis comm' le cancre,

J'ai jeté l'encre!

Voir les commentaires

La mer: le homard

Publié le par modimodi

Mon vieil homard,

T'es pas bavard,

T'es pas criard,

Mais furibard!

Tu grinces, tu grinces,

Tu sors les pinces

Et tu cisailles

En représailles!

 

Mon pauvre homard,

C'est sans espoir!

Ta carapace

Court à la casse!

Vois-tu le gril

Aux mill' périls?

Toi, l'fanfaron,

Au court-bouillon!

Et vite! Vite!

Dans la marmite!

 

Oui! Moi j'en pince

Pour tes pinces!

La dizaine,

A l'armoricaine!

Oui! Oui! J't'adore

En thermidor!

Grillé, en sauce,

J'suis à la noce!

Hummm! Ta royale

Est impériale!

Voir les commentaires

La mer: le bigorneau

Publié le par modimodi

 

Je ne suis pas assez gros,

Pas taillé comme un bulot,

Ni collé à mon poteau

Comm' la moule Molly-Mollo,

Ma copine de Bouchot.

 

Je ne suis pas bien costaud

Ni gaulé comme un tourteau!

J'peux pas mettre le turbo,

Y'a pas d'place, sous le capot!

Ma coque est cell' d'un tacot,

J'ai l'delco d'un asticot

J'ai des ratés, mon coco!

 

J'ai que la peau et les eaux,

Tout chétif et ramollo,

Aussi tassé qu'un mégot,

Maigriot comme un fayot,

Tortillé comme un copeau,

Emmêlé comme un tuyau.

J'ai mérité le repos.

 

Descendez-moi du plateau!

Ne m'enduisez plus d'mayo,

Plus d'épingle, j'en ai plein l'dos

Comm' d'sa bosse, Quasimodo!

 

Moi, je veux vivre au bord de l'eau,

A Saint-Malo, à Concarneau!...

Je veux jouer d'mon vieux banjo,

Danser au milieu des rouleaux,

La valse lente des ormeaux

Avec maman, les p'tits bateaux,

Enroulé comme un escargot!

Voir les commentaires

La mer: plateau de bruits de mer

Publié le par modimodi

Bonjour, mon oncle,

Dit le pétoncle!

 

Miss langoustine,

Salut voisine!

 

Quel beau plateau,

Crâne l'tourteau!

 

Oui, j'le proclame,

S'écrie le clam!

 

J'suis pas peu fière,

Répond la praire!

 

T'es trop gourmande,

Râle l'amande.

 

T'es maigriot,

P'tit bigorneau!

 

T'as du culot,

Lance l'bulot!

 

Nous sommes à huit,

Bâillent les huîtres!

 

Faut la douzaine,

Clame la marennes!

 

Bien trop balourdes,

Pouffe la palourde!

 

Gaffe les chochottes,

V'là l’échalote!

 

Y'aura pas d'rab,

Grince le crabe.

 

Où ai-je la tête,

Geint la crevette?

 

Tu perds la boule,

Bisque la moule!

 

Moi, j'en ai marre,

Rage le homard!

 

Ouste! Ouste! Ouste! Ouste!

Crie la langouste.

 

Gare aux poltrons,

Voilà l'citron!

Voir les commentaires

Étrange lucarne

Publié le par modimodi

Idiot visuel !

Je risque de passer pour un réac rétrograde, un ringard de l'audiovisuel, un idiot visuel fini, un incroyant pas cathodique ! C'est peut-être moi, le guignol de l'étrange lucarne, le pignouf du paf, le Gogol de Google !

Mais, je continue de penser qu'à l'ère de la communication, les têtes à têtes se font plus avec l'écran de la tablette, de l'ordi ou de la télé qu'avec l'Autre, qui même physiquement présent n'est perçu que comme une ombre.

Aujourd'hui, la télévision mais aussi internet sont un formidable réservoir, un trésor d'informations et de documentations, une banque d'images inépuisable. Le monde est à nous, il se veut clair et Net !

Il met le nez à la fenêtre avec Windows, il est au bout des doigts de la télécommande ou du clavier. Le web n'a pas de frontière. Culturellement éveillé, chacun peut accéder à un savoir sans bornes. L'univers est infini, no limit ! Nous sommes à l'école universelle de la vie.

La création dévoile l'insondable diversité de sa beauté. A condition d'être curieux et généreux, je peux avec toute la terre, être altruiste et solidaire, en communion avec mes frères, en humanité. L'œil et le cerveau, sans cesse sollicités, font de moi un voyant éclairé, un témoin permanent, un citoyen du monde.

Alors, pourquoi paradoxalement, dois-je nuancer mon propos et tempérer mon enthousiasme ? Pourquoi, suis-je devenu à la fois progressiste et conservateur ? Pourquoi, faut-il que la promesse du Paradis de la connaissance tourne au cauchemar de la surinformation et la stimulation intellectuelle, en rivalités multi médiatiques ?

Dans la guerre, que se livrent les producteurs d'accès et les médias, c'est l'esprit qu'on envahit et qu'on occupe. C'est la réflexion qu'on colonise et l'opinion qu'on annexe. Plus le terrain des idées est en jachère ou inculte de bon sens, plus les semailles de vieilles graines de culture seront fécondes. La conquête du jugement et de la raison se réalise par le rêve ou l'émotion.

Qu'importe la qualité des semences et de la moisson, seul compte, le label de la pensée unique ! La politique en use et en abuse pour vous faire prendre vos rêves pour la réalité. La bonne parole est dans la parabole, le désir est un satellite comme la lune qui vous est promise. Les mille paillettes des stars filantes brouillent votre clairvoyance. Vous vous pensiez voyant, vous n'êtes qu'un voyeur !

L'engrais d'opinion répandu à profusion est composé d'annonces pour citoyens crédules ou de rengaines entêtantes pour graines de star. Des rêves de puissance dans des jeux addictifs sont offerts à des ados, accros de leur console.

Aux heures de grande écoute, les jeunes n'écoutent plus qu'eux-mêmes, incarnés dans les personnages d'un univers métaphorique et onirique plus ou moins délirant. Dans ce monde de fiction, la e-génération des jeux vidéo peut jouer, regarder et discuter entre clones et perdre inconsciemment la réalité, sans cesse augmentée d'images virtuelles.

L'accès à l'image est devenu tellement aisé, qu'il en comporte un aspect stupéfiant, brouillant la perception du réel. La raison du narco pratiquant, part en voyage hallucinogène. Game et score, Came et scoop sont l'opium du toxico. L'héro et l'héroïne sont dans l'image !

Le point G, puissance 4 !

Quelle réalité nous offre la télévision ? Rêves télépathiques et plaisirs faciles assurément, mais sommes-nous encore libres ?

Nos goûts et nos préférences littéraires et musicales sont continuellement formatées et con-formées, voire transes formées. Récitals ou concerts, galas de charité publique, le grand cirque médiatique bat le tambour !

Sans bouger de chez soi, on chante en hits party et en karaoké, sous les paillettes, dans des one-man shows et des talk-shows ! On est vedette, on danse, on chante pour le Prince de Lu ; on est un grand chef, on cuisine, on pâtisse pour le roi de Prusse !

Passant de chaînes en chaînes, les mêmes stars font le spectacle pour vous en prime ! Prononcez Praim Taim ! Les chochottes font le grand show, les DJ mixent l'opéra soap. Aboyez à la lune ou faites le moonwalk !

Le feuilleton d'hier est devenu saga, diffusé et multidiffusé, en saisons, épisodes et Séries. Prononcez " Cérises ", sur le gâteau de l'audimat, où il faut être au Top et pas au Flop, pour doper l'audience !

Fictions historiques, téléfilms d'amour, dessins animés, aventures extraordinaires, passions et crimes, policiers et héros sont disponibles, toute la journée, en direct ou en replay, sur le petit écran. Dès le réveil, le petit écolier s'excite en devenant un héros intergalactique et renverse son bol de petit-déjeuner.

La ménagère de 50 ans, qui n'épluchera plus désormais ses oignons en pleurant, grâce au nouveau et révolutionnaire robot, commandé en direct, a le temps de vivre sa love story et de se prendre pour Cendrillon ou Sisi. A l'heure "des feux de l'amour" et du torchon qui brûle, la carbonnade oubliée est elle aussi attachée. C'est décidé, elle dira à sa fille d'appeler son prochain bébé Timberlake ou Gloria, si elle veut l'allaiter !

Hélas, le facteur qui sonne trois fois à la porte, n'est pas le Prince charmant et les lettres d'amour ne sont que des factures et des recommandés !

Les magazines de nos idoles, les documentaires, les matches en direct ou en différé, la vulgarisation des sciences, les enquêtes et reportages de toute nature et les jeux en pagaille, divertissent et évadent, tout en nous rivant au téléviseur et en nous collant au fauteuil. Plus besoin d'aller à l'école, la culture populaire est devenue culture de masse et la masse est dans la nasse !

Il n'y a plus que les forfaits qui soient mobiles car les abdos sont restés dans la tablette ! Le plaisir est un TGV à domicile ! La jouissance est au point ! Vive le point G à la TV, puissance 4 et bientôt 5 ! L'extase est dans l'emphase ! Comme Pégase, nous pouvons prendre un pied d'enfer ! Oh ! génération canapé vautrée dans ses rêves de puissance et de grandeur ! Le service n'est pas gratuit car le merlan Free ne peut pas être rasé, gratis ! Il doit donner au denier du culte de l'image !

Les autoroutiers de l'information ont aussi inventé l'autoroute à péages des émissions cryptées ou décryptées. Le téléspectateur n'est pas un globe-trotteur de la pensée mais un sédentaire formaté, floué ou flouté !

Après la redevance, voici les taxes sur les abonnements et les décodeurs ! Ils ont même fait exploser le box-office des navets avec la TNT, en nous offrant, en plus, les fleurs des bouquets satellites !

Télé transes-mission !

Fidéliser par le rêve ou l'émotion, par l'intrigue à rebondissements, par l'humour et les rires sur commande est l'objectif constant des programmes. Le bonheur survitaminé et permanent des familles formidables permet l'identification des petits et des grands aux émissions d'une réalité déformée et mercantile.

Rivé à l'écran, scotché au feuilleton, pendu au Câble, l'esprit est formaté à mort ! Pour nos tout petits, l'attention est peu à peu saucissonnée, le comportement agité et le développement cognitif anarchique dans des centres d'intérêts dispersés !

Les pubs en permanence créent le désir futile et les vrais-faux besoins : voitures, parfums, vêtements, produits alimentaires, cosmétiques ou nettoyants..., produits high-tech, achats ou abonnements, films, prochains événements du show-biz sont tous en promotion ! Le bonheur se brade et se ristourne à prix discount ! La vie est en réclame, la pensée unique en promo !

L'obsolescence de la vedette et du produit est même programmée. Pas de vaccin contre la fièvre acheteuse ! Le téléspectateur devient une fashion victime au consentement solidaire, un parfait consommateur sommé de consommer pour être de son temps !

La dévotion est au cœur de la religion télévisuelle avec ses icônes, ses dieux et ses déesses de la télé réalité. C'est tellement facile à celui qui ne croit ni à Dieu ni à diable d'obtenir le bon Dieu sans confession à la grand-messe païenne du "Panem et circenses" ! Au cirque ou au forum, dans les débats politiques, on peut même rencontrer ses élus et ses stars, les applaudir, les interviewer, dialoguer, chanter et jouer en direct, avec eux. On est fan frénétique, grand témoin ou jury ; on vote et on élit ; on gagne des lots ou à être connu !

C''est l'objectif affiché à la Une, donner une télé transes-mission convulsive qui vous enchaîne en continu et vous déchaîne en crises d'hystérie collectives ! Seuls les médiums des médias sont transes-lucides ! Si "trans" signifie "de l'autre côté", c'est vous le télé-mateur qui êtes promis et garanti à l'Ouest ! Vous vous y voyez ! Ainsi, sans grand talent particulier, vous passerez vous-même un jour, à la télé ! Vedette d'un seul jour, pour le téléspectateur mais pour toujours, dans votre quartier du Landerneau.

Tout est fait et pensé pour sublimer les frustrations, provoquer les désirs et sortir de la banalité du quotidien par le clinquant des variétés, des faits divers montés en exploits, des manies passées pour dons ou des particularités physiques ou psychologiques présentées comme des phénomènes extraordinaires.

Tout est également conçu, pour vivre la vie rêvée des people en famille ou en vacances, de la belle et de ses princes, pas toujours charmants, ou pour filer, dans le pré, le parfait amour ou l'amour vache, à gros sabots !

Grâce à la télé ou la tablette, les arbres sont même épargnés, halte à la déforestation, vive Amazone et le kiosque virtuel. Aujourd'hui, le livre et le journal sont lus pour vous. L'information aux mains des grands groupes de presse est aseptisée et orientée pour formater les esprits, manipulée pour mieux vous prendre en mains.

Au règne de l'image, le monde est exposé, de manière modérée ou radicale, dans le sensationnel ! Sur fond de guerre des ondes, des canaux et des chaînes, flashes, scoops et grands reportages, infos en live et news en boucle, font dans le pathétique ou dans le sympathique.

Constat tragique, comique ou tragicomique ? Toujours les mêmes ressorts classiques ! Du pathos pour les patauds. Logique ! Du burlesque et de la farce pour les bouffons et fanfarons ! Au final, l'objectif à atteindre, c'est de faire pleurer Margot et ou bêler le mouton de Panurge. Vous pouvez zapper, vous avez le choix !

A tue-tête !

L'actualité est aujourd'hui vécue en temps réel et en direct. Au risque de se noyer dans le flot des nouvelles en crue, chacun doit surfer sur la vague ou faire le buzz.

Big Brother est partout. Pour aller toujours plus vite, le téléspectateur transformé en internaute, doit connaître le vocabulaire de l'époque, être Smart ! phone ! Oh ! Vite un plan Snapchat ! Oui ! J'te like et j'te Skype !

Les messages sont codés comme au temps de Radio Londres ! Tu peux te faire youtuber ou facebooker jour et nuit ! Mais attention encore à ne pas être largué ou dépassé, si tu ne sais pas rentrer par le portail ouvert et ouvrir le fichier numérique.

Sans ramer à contre-courant, il faut naviguer dans l'Appstore de ses I phones, toujours plus rapides, toujours plus légers et plus performants. L'apprenti se doit d'être maître des applications, fonctions et paramètres. La génération Y des digital natives ne peut pas rester sur la touche ! Pour ses twittos : #chébran et émoticônes lol ! Smileys, les ouistitis !

Elle doit savoir ouvrir You tube, Dailymotion, acheter le nouvel iPad, la nouvelle Xbox One PS4 ou S, accéder au Wi-Fi intégré, brancher le Bluetooh, relier en USB son mobile à son Mac ou son PC et pratiquer la mise en boîte, pour vivre librement et gratuitement, grâce à sa LiveBox v 4 ou sa Freebox. Mais à peine connectée, elle est déjà ringarde ! La high-tech est la course perpétuelle et inassouvie vers le futur et ses nouveaux produits ! En permanence, on enfonce le cloud et il suffit d'avoir la fibre pour avoir du très haut débit... de factures !

Aujourd'hui, les Google Glass, les électro lunettes du futur lui mettent le monde réel et virtuel, à vue de nez ! Heureux, celui qui ne verra pas plus loin que le bout de son nez ! Les montres de l'Apple Watch lui offrent de chercher midi à quatorze heures à l'échelle de la planète ! L'humanoïde est désormais sur système Android ! La Google Car roule pour le mettre en toute sécurité au pied du mur et... le faire tomber !

Le plaisir permanent est devenu extatique et croissant, voire orgasmique, quand chacun peut toucher le point G, force 3 puis force 4 pour s'accoupler et communiquer en ligne, de plus en plus vite et tous azimuts ! Le Plan Marshall est un plan Q !

Fini l'isolement ! Je ne suis plus jamais seul ! J'envoie des mails, qui s'enmailent et se mêlent aux courriels des derniers défenseurs de la langue française. Dans le secret, je crypte mes identifiant et mot de passe. Incognito ou en correspondance privée, j'établis des contacts. Je me connecte et j'envoie, en Microsoft qui peut, en abrégé, des textos et des sms, des images et des vidéos. SOS ! Hier, si la coupe était pleine, aujourd'hui, c'est la messagerie qui déborde.

Je peux aussi discuter en direct, tout en voyant sur Skype, Yahoo! mes pseudo centaines d'amis, mi-réels, mi-virtuels, géolocalisés et co-choisis sur Facebook ! Comme Pénélope, je tisse en continu, de nouveaux liens sociaux avec ma communauté numérique. Le chimérique espoir, l'introuvable bien aimé(e) sont désormais Meetic ! En amoureux transi, je n'ai plus à écrire des vers en solitaire, je peux adopter un mec, être attractif mondialement et trouver l'âme sœur chérie, sur un site de rencontres en pratiquant le jeu du Chat et de la souris !... C'est à spamer ! Follow-me ! Mais la cage est toujours plus grande que le rat !

A la moindre envie, je deviens tactile pour tweeter à mes abonnés, ma pensée en cent quarante signes maxi... Raccourcis de la pensée ou la pensée raccourcie ? Je peux désormais parler pour ne rien dire et écrire pour ne rien exprimer, penser en illimité sans y penser, sans me dépenser ni rien dépenser. Mes idées sont contingentées, mon esprit est comprimé, mais je fais partie des élites 2.0. Je réseaute, j'ai du style, je suis cool, hip et swag !

Amis, plus l'actualité se déchaîne, plus notre imagination s'enchaîne, captifs de nos écrans ! Apple nous a pris pour des bonnes pommes. La nouvelle culture est numérique et, c'est par milliers qu'addicts et abêtis par ces matraquages assassins et assommants, nous nous brûlons la cervelle, en live, à tue-tête !

Allez, je vous offre quand même, un happening, happy end car, si vous ne l'avez déjà fait, je me zappe et m'efface : Ctrl+Alt+suppr.

 

Voir les commentaires

Étrange lucarne: A tue-tête! 4/4

Publié le par modimodi

L'actualité est aujourd'hui vécue en temps réel et en direct. Au risque de se noyer dans le flot des nouvelles en crue, chacun doit surfer sur la vague ou faire le buzz.

Big Brother est partout. Pour aller toujours plus vite, le téléspectateur transformé en internaute, doit connaître le vocabulaire de l'époque, être Smart ! phone ! Oh ! Vite un plan Snapchat ! Oui ! J'te like et j'te Skype !

Les messages sont codés comme au temps de Radio Londres. Tu peux te faire youtuber ou facebooker jour et nuit. Mais attention encore à ne pas être largué ou dépassé, si tu ne sais pas rentrer par le portail ouvert et ouvrir le fichier numérique.

Sans ramer à contre courant, il faut naviguer dans l'Appstore de ses I phones, toujours plus rapides, toujours plus légers et plus performants. L'apprenti se doit d'être maître des applications, fonctions et paramètres. La génération Y des digital natives ne peut pas rester sur la touche ! Pour ses twittos : #chébran et émoticônes lol ! Smileys, les ouistitis !

Elle doit savoir ouvrir You tube, Dailymotion, acheter le nouvel iPad, la nouvelle Xbox One PS4 ou S, accéder au Wi-Fi intégré, brancher le Bluetooh, relier en USB son mobile à son Mac ou son PC et pratiquer la mise en boîte, pour vivre librement et gratuitement, grâce à sa LiveBox v 4 ou sa Freebox. Mais à peine connectée, elle est déjà ringarde ! La high-tech est la course perpétuelle et inassouvie vers le futur et ses nouveaux produits ! En permanence, on enfonce le cloud et il suffit d'avoir la fibre pour avoir du très haut débit... de factures !

Aujourd'hui, les Google Glass, les électro lunettes du futur lui mettent le monde réel et virtuel, à vue de nez ! Heureux, celui qui ne verra pas plus loin que le bout de son nez ! Les montres de l'Apple Watch lui offrent de chercher midi à quatorze heures à l'échelle de la planète ! L'humanoïde est désormais sur système Androïd ! La Google Car roule pour le mettre en toute sécurité au pied du mur et... le faire tomber !

Le plaisir permanent est devenu extatique et croissant, voire orgasmique, quand chacun peut toucher le point G, force 3 puis force 4 pour s'accoupler et communiquer en ligne, de plus en plus vite et tous azimuts ! Le Plan Marshall est un plan Q !

Fini l'isolement ! Je ne suis plus jamais seul! J'envoie des mails, qui s'enmailent et se mêlent aux courriels des derniers défenseurs de la langue française. Dans le secret, je crypte mes identifiants et mots de passe. Incognito ou en correspondance privée, j'établis des contacts. Je me connecte et j'envoie, en Microsoft qui peut, en abrégé, des textos et des s.m.s, des images et des vidéos. S.O.S ! Hier, si la coupe était pleine, aujourd'hui, c'est la messagerie qui déborde.

Je peux aussi discuter en direct, tout en voyant sur Skype, Yahoo! mes pseudo centaines d'amis, mi-réels, mi-virtuels, géolocalisés et co-choisis sur Facebook ! Comme Pénélope, je tisse en continu, de nouveaux liens sociaux avec ma communauté numérique. Le chimérique espoir, l'introuvable bien aimé(e) sont désormais Meetic ! En amoureux transi, je n'ai plus à écrire des vers en solitaire, je peux adopter un mec, être attractif mondialement et trouver l'âme sœur chérie, sur un site de rencontres en pratiquant le jeu du Chat et de la souris !... C'est à spamer ! Follow me ! Mais la cage est toujours plus grande que le rat !

A la moindre envie, je deviens tactile pour tweeter à mes abonnés, ma pensée en cent quarante signes maxi... Raccourcis de la pensée ou la pensée raccourcie ? Je peux désormais parler pour ne rien dire et écrire pour ne rien exprimer, penser en illimité sans y penser, sans me dépenser ni rien dépenser. Mes idées sont contingentées, mon esprit est comprimé, mais je fais partie des élites 2.0. Je réseaute, j'ai du style, je suis cool, hip et swag !

Amis, plus l'actualité se déchaîne, plus notre imagination s'enchaîne, captifs de nos écrans! Apple nous a pris pour des bonnes pommes. La nouvelle culture est numérique et c'est par milliers, qu'addicts et abêtis par ces matraquages assassins et assommants, nous nous brûlons la cervelle, en live, à tue-tête !

Allez, je vous offre quand même, un happening, happy end car, si vous ne l'avez déjà fait, je me zappe et m'efface : Ctrl+Alt+suppr.

Voir les commentaires

1 2 > >>