Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mystères

Publié le par modimodi

Tirer sa crampe, est-ce une fâcheuse position pour un sportif en chambre?

Les amoureux fauchés ont-ils des feux de paille?

Est-ce que l'homme, c'est comme l'écureuil? Du panache et rien d'autre? 

Quand on s'envoie en l'air, faut-il éviter le trou?

L'éboueur au cœur d'or, est-il orfèvre en la matière?

La guillotine: un raccourci de la vie?

Faire vœu de chasteté, est-ce faire ceinture?

Les gays ont-ils des arrière-pensées?

Quand on a été toute sa vie, bon à rien et mauvais en tout, est-ce qu'on est enfin, capable de réussir ou encore de rater sa mort? 

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

 

La mort, c'est comme le dépit, un crève-cœur.

La femme, c'est comme la marge, il faut la mettre à la page.

L'amour, c'est comme l'eau, il faut s'y jeter mais pas tête baissée, surtout si on n'y voit goutte.

La vie, c'est comme le gaz, une conduite vouée à la fuite.

L'homme, c'est comme l'armateur, sans en avoir l'air, il vous mène en bateau.

L'amour, c'est comme le danger, après les premières rougeurs, il faut savoir passer le rubis con...

La femme, c'est comme la sirène, avec l'âge, on n'en perçoit plus que le klaxon.

Le sexe, c'est comme l'illusion, il fait le plus bel effet, en cédant fièrement devant les appâts rances.

L'amour, c'est comme le jeu de cartes, à moins d'être un as, les bucoliques broutent les trèfles et quand Éros envoie les piques, les cœurs restent sur le carreau.

Voir les commentaires

Mystères

Publié le par modimodi

 

Vouloir le beurre et l'argent du beurre: une expression au pis aller? 

Quand une belle chute de reins vous met l'eau à la bouche, est-ce la marque d'un terrain à queues?

L'homme est-il un valseur apprécié pour son féminin, pas toujours singulier?

L'art de l'amour n'est-il pas de savoir mener sa barque et de faire gaffe à s'accrocher?

Les amours androphiles sont-ils au fond bougrement cul-minants?

Est-ce un gâteux affable qui a dit: rien ne sert de pourrir, il faut mourir à point?

Les eunuques sont-ils égaux ou cons sans trique?

L'enfant de choeur dépucelé a-t-il crié: "A bas la calotte!"

Les prédictions dans le marc de café ne sont-elles pas des auspices de bonnes... à tout faire?

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

 

L'amour, c'est comme l'étrier, quand on y met le pied, il faut savoir se dresser pour le prendre.

La vie, c'est comme le chapelet qui te glisse entre les doigts, veille au grain!

La femme, c'est comme l'admiration, des transports avant l'extase.

La mort, c'est comme la panne d'essence, une vie jaugée pour rien.

L'homme, c'est comme la lampe, l'amour l'allume et le fait brûler, la vie le mouche, la mort l'éteint. 

L'amour, c'est comme le bourguignon, ça s'accommode en vain de quelques effets bœuf.

Le sexe, c'est comme l'animal, en chair et en os, en odeurs et en souplesse.

La mort, c'est comme l'angle, par tous les côtés, un droit en direct.

L'amour, c'est comme la prison, le con damné vous met au trou.

 

Voir les commentaires

Mystères

Publié le par modimodi

Ceux qui montent sur leurs ergots, qui ont des prises de bec et se volent dans les plumes, ne sont-ils pas de drôles d'oiseaux?

A force d'enfourner et de défourner ne risque-t-on pas de produire des bâtards?

Main au cul, au panier, à la patte, en veux-tu, en voilà! Les femmes n'ont-elles pas l'aisance pour vous mettre le fil et vous embobiner? 

Est-ce par plaisir que les homos s'hybrident quand les hétéros gênent?

Le Kâma-Sûtra, 36 positions inébranlables? 

Celles qui arpentent le trottoir, dépassent-elles les bornes quand elles ne trouvent pas leur mètre ou un mac à dames? 

Au pis aller, l'amour vache vous fait-il la peau ou les cornes? 

Quand à force de faire le beau, la femme ne peut plus vous souffrir, l'amour n'est-il pas, nom d'un chien, lui aussi en souffrance?

Foire aux questions de l'Éducation Nationale: "Les cancres en bonnet d'âne doivent-ils remplir le cahier des charges?" Réponse: "Bât! Ce sera vu dans l'ânée".

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

L'amour, c'est comme l'abonnement: des transports à la carte... du tendre.

L'amour, c'est comme la chasse à courre, après s'être fait faire la cour, les biches pleurent aux abois.

La vie, c'est comme le grain, une semence de beauté et d'amour.

L'homme, c'est comme la danse: "branle, gaillarde et Sara-bande"

La mort, c'est comme le charme, ça vous ravit, bouche ouverte.

L'amour, c'est comme le tonnerre, dès le premier coup de foudre, orages. Oh! des espoirs, ô désespoir!

Le sexe, c'est comme le cheval de Troie, il faut s'introduire en douce et comme disait alors Hélène: "du siège au bidet, ça baigne!"

La mort, c'est approximativement comme une farce, à la trappe!

La femme, c'est comme le vase, il faut lui lancer ou lui offrir des fleurs mais éviter gourde, cruche et potiche.

Voir les commentaires

Mystères

Publié le par modimodi

Ma fille, de la chaussée au trottoir, n'y a-t-il qu'un ruisseau à sauter?

Si la vie nous fait la scène, pour mieux noyer le poisson et le pauvre pécheur, faut-il se perdre en ses méandres?

Est-ce que la femme de Moïse avait le buisson ardent et le feu sacré?

Faut-il être ivre de fatigue pour dormir tout son soûl?

Les rêveurs ont-ils des ciels moutonnés pour passer du temps à les compter?

La maxime "qui a bu, boira", conduit-elle inévitablement à l'abus d'alcool? Mais si, c'est du petit lait, fait-on alors déborder la soupe?

Quand en amour on a ultra violé ses lois, ses serments, ses promesses, en connaît-on un rayon ou est-on grillé?

Faut-il être distrait, pour confondre, se faire la belle à l'occasion et se faire une belle d'occasion, surtout si on s'avise de sauter dessus?

Celui qui se tient raide comme s'il avait un balai dans le cul a-t-il confondu engoncé avec enfoncé ou est-il tombé sur une sorcière?

 

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

L'amour, c'est comme le piano, de touches en touches, désaccordé.

L'homme, c'est comme l'argent, à faire travailler ou banquer.

La vie, c'est comme l'accent, tonique et léger. Ça devient aigu et grave quand on la prend à la légère et circonflexe quand on rend l'âme.

L'amour, c'est comme l'accostage, il faut chercher une bite d'amarrage.

La mort, c'est comme la grêle, quand elle s'abat, c'est pour vous refroidir puis vous glacer.

La femme, c'est comme une courge. La preuve? Y'a des aubergines.

L'amour, c'est comme la poésie, même si ça ne rime à rien, on courtise la Muse afin de prendre son pied.

L'amour, c'est comme le vin, il faut le boire jusqu'aux lies d'ivresse. (une orthographe singulière, à vérifier)

Le sexe, c'est comme l'amidon, emballé, c'est empesé.

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

L'amour, c'est comme la croisade, les infidèles finissent par prendre un Bouillon ou un chaud-froid.

La vie, c'est comme le temps, ça se gâte quand ça refroidit.

Le sexe, c'est comme l'occasion, il faut sauter dessus, sans attendre une nouvelle réduction.

L'amour, c'est comme la bataille, l'épreuve du feu, sur le champ.

La mort, c'est comme la putain, ça travaille à l'abattage.

L'homme, c'est comme le crayon du poète, la mine peut-être bonne et le ver(s) moulu.

Les femmes, c'est comme les provisions. Si on les emballe, c'est pour les consommer. Et hop! L'affaire est dans le sac, même pour les vieux cabas.

La mort, c'est comme la valeur zéro, réfrigérante dans l'absolu de son pouvoir et zéro pointé pour l'école de la vie.

L'amour, c'est comme l'accord, en corps à corps, en corps à cors et à cris, en corps, encore!

Voir les commentaires