Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #empire des sens tag

Poil à gratter !

Publié le par modimodi

J'en connais qui ont la peau dure, qui encaissent les coups et que rien ne marque, en surface comme en profondeur ! Certains durs à cuire, de vieux sangliers grognards, des politiciens éprouvés, des couennes triple épaisseur, des cuirs de baudet entrent dans la catégorie visée.

Pour ceux-là, il convient d'appliquer l'adage : "Plus fait douceur que violence !" Caressez-les dans le sens du poil, ils ronronneront sous la flatterie ou provoquez leur apparente insensibilité et vous les verrez se tortiller irrésistiblement ! Comment ? Passez-leur la brosse à reluire ou soyez leur poil à gratter !

Nous avons tous fait l'expérience dans les cours de récréation ou dans les balades dans la nature de la bonne blague potache qui consiste à glisser dans le cou, les poils contenus dans les cynorrhodons ! Effet immédiat ! Vous vous trémoussez essayant d'atteindre l'endroit irrité ! Bien sûr, vous avez beau vous désarticuler l'épaule et agiter vos bras, l'endroit picoté reste inaccessible. Vous vous débattez sous les quolibets et la poilade de vos congénères.

La farce fonctionne toujours ! Certains humains provocateurs ont ainsi le pouvoir de provoquer des démangeaisons et de vous narguer avec l'air de : "Vous pouvez toujours, vous gratter !" Efficace ! Votre agacement est visible ! Vous aimeriez les écorcher vif !

Il est parfois redoutable de déranger. Sans parler de l'ordre établi, le seul fait de bouleverser l'opinion, de remuer des idées, de secouer les esprits en les questionnant suffit à vous rendre dangereux. Socrate, à Athènes en a fait les frais, accusé par le tribunal de l'Héliée de corrompre la jeunesse, de faire preuve d'impiété en remettant en cause le Panthéon, en niant les dieux de ses ancêtres et en voulant introduire de nouvelles divinités.

Si vous n'êtes pas conventionnel, le poison de votre pensée peut vous amener à prendre la ciguë mortelle ! La justice populaire, c'est comme la vindicte, une possibilité d'accuser, de condamner et de rassurer la conformité populiste bien-pensante, ce ramassis de démocrates démagogues, à tout crin !

Il est bon d'éveiller mais le poil à gratter peut provoquer des dermites de conscience, des éruptions de colère ! Les chatouilleux peuvent avoir envie de vous faire la peau. Je ne peux m'empêcher alors de penser à la chanson populaire d'A Bruant : "A la Bastille, on aime bien Nini-Peau-d'chien !" qui aimait son "Bibi-la-Crème" !

Pourquoi cette soudaine idée ? Par simple association ! Car le Cynorrhodon, ce faux fruit du rosier ou de l'églantier signifie étymologiquement : rose de chien. En effet, l'akène de la fleur, de la rose canine a la réputation de lutter contre la rage. Si donc vous courtisez une Églantine qui a du chien, rassurez-vous, elle ne vous fera pas enrager ! D'ailleurs, à l'amour, a-t-on trouvé un jour, un vaccin efficace ?... Par contre, la belle peut vous pousser dans vos retranchements et vous ébranler jusqu'au fondement de vos sentiments.

Ne vous laissez pas récurer le cœur à la brosse de chiendent ni tanner les fesses et refiler du prurit. Savez-vous que les poils à gratter du cynorhodon sont aussi vulgairement appelés gratte-cul et qu'ils provoquent des démangeaisons au niveau de l'anus ?

Toi, ma douce, tu n'es heureusement pas à ranger dans la catégorie des farces et attrapes ! Notre amour sous les caresses n'est pas à rebrousse-poil. Seuls les frissons nous hérissent dans l'extase et nous élèvent de ciel de lit, en gratte-ciel et parfois, jusqu'au septième ciel ! Le duvet de ta peau, la soie de ta toison sont mes délices de gratte-papier !

 

Voir les commentaires

Amour aveugle 3/3

Publié le par modimodi

Toi, mon miroir aux alouettes,

L'amour n'est-il qu'à la sauvette ?

Ma voix restera-t-elle muette

Lorsque je t'exhorte à tue-tête ?

 

Suis-je condamné à perpète 

A garder fermées mes mirettes ?

Dois-je t'aimer à l'aveuglette

Ou porter une pair' de lunettes ?

 

Quand je t'ai connue mon oie blanche,

J'étais muet comme une tanche,

A présent, tu as ta revanche,

J'erre et je braille en canne blanche.

 

Je tâtonne, je m'accroche aux branches,

Mais quand je me penche, je flanche !

Je cherche ton regard pervenche.

Non ! Je n'ai plus de vision franche !

 

J'ai beau jeté les yeux au ciel,

Le chasseur Orion me constelle

De grandes gerbes d'étincelles !

A moi, les anges ! Par St Michel !

 

St-Gabriel et Raphaël,

Venez à moi à tire-d'ailes,

Mettez le feu à mes prunelles,

Donnez à mes yeux l'arc-en-ciel !

 

Pour en avoir le cœur bien net,

Dois-je monter dans la charrette,

Toiser, me décrocher la tête

Comm' l'a fait Marie Antoinette ?

 

Dois-j'prendre le bout d'la lorgnette

Pour voir entre deux planètes

Briller ma star, toute en paillettes

Qui m'a coûté les yeux d'la tête ?

 

Aurais-je droit aux viatiques 

Des aveugles et paralytiques ?

Ou vais-je demeurer en disgrâce,

Lire l'avenir dans la mélasse ?

 

Créon écoutait Tirésias,

Moi, je suis seul dans la brouillasse

Où je broie du noir comme Horace

Et, je crois bien que j'le surpasse !

 

De toi, faut-il faire mon deuil ?

M'as-tu donné le mauvais œil

Pour ne m'offrir que larme à l’œil

Et ton amour en trompe-l’œil ?

 

Mon petit trèfle à quatre feuilles,

Dois-j'garder mon compas dans l’œil,

Faut-il ravaler mon l'orgueil,

Et t'aimer au doigt et à l’œil ?

 

L'amour est-il la vue d'l'Esprit,

Concédée en catimini

A tous les anges du Paradis,

Pour leur faire croire à l'Infini ?

 

Suis-je donc fou d'y croire aussi ?

 

Voir les commentaires

Amour aveugle 2/3

Publié le par modimodi

L'amour m'a laissé son bandeau,

C'est ma couronne et mon cadeau.

Dans mon royaume, y'a que les borgnes

Qui la convoitent et qui me lorgnent !

 

Ils m'envient de leurs gros yeux ronds,

Tels que des caméléons.

Moi, sous la flèche de Cupidon,

J'ai perdu vision et raison.

 

Comme un hibou, j'ai la berlue

J'ressemble à un hurluberlu !

Il m'est impossible d'être en vue,

Je n'ai plus le moindre point de vue.

 

Je t'ai aimée à première vue

Et je t'ai portée jusqu'aux nues,

T'imaginant offerte et nue

Dans l'abandon des ingénues !

 

Yeux dans les yeux, de prime abord,

Je t'ai fait don de tout mon corps !

Oui, je t'ai tout donné hier

Enfin, presque tout ! Oh ! Misère !

 

Qu'avais-je à garder mes œillères ?

Pourquoi t'avoir dit, convaincu

Que j'étais ferme et résolu,

Qu' j'taimais à perte de vue !

 

À présent, tout en maladresse,

Je veux prodiguer mes caresses,

Que toute à moi, tu te dévoiles,

Tout en tutoyant les étoiles !...

 

Mais quand moi, j't'aime les yeux fermés,

Tu tournoies, hors de ma portée

Comme Amélia au bal masqué.

Je n'ai que ton ombre à happer.

 

Mystérieuse jusqu'à l'ultime,

Tu te donnes à moi, en énigmes.

Il me faudrait des yeux de lynx

Pour percer l'énigme du Sphinx !

 

 

Voir les commentaires

Amour aveugle 1/3

Publié le par modimodi

Ô mon amour, mon embellie,

Mon imperceptible éclaircie,

Quand mon cœur traversait la nuit,

Tu m'attendais dans l'infini.

 

Comme l'étoile du puits,

Tu as surgi, m'as ébloui,

Jetant en pluie de confettis,

Poudre d'azur et pierreries.

 

Eros n'est pas un antiquaire,

L'Amour est un diamantaire.

Il offre aux amants, solitaires,

Saphirs et rubis en rivières.

 

Pour que Cupidon, sagittaire,

Perce leurs cœurs, ces lapidaires,

Gangues de pierres et de lumière

D'éclairs de passion incendiaires.

 

Oui ! Tu m'en as mis plein les yeux,

J'ai de quoi en remplir les cieux.

Mon cœur n'a pas de contre-feu

Je demande un cessez-le feu.

 

J'avais imploré mes aïeux,

Secrètement le grand bon Dieu

De m'ôter les tourments sableux

De ce jeteur de poudre aux yeux.

 

Fidèle, un peu moyenâgeux,

Je refusais d'être cendreux,

Petit amoureux poussiéreux,

Aux songes creux et nuageux !

 

Je voulais que mon cœur neigeux

Se fusionne au tien peu à peu,

En étincelles, à petits feux,

Jaillissants lors de nos aveux.

 

Tu m'as envoyé mille foudres,

Je n'ai plus l'temps de me dissoudre !

Mon cœur fait flick, mon cœur fait flack !

Je me noie dans la premièr' flaque !

 

Ah ! Je n'y ai vu que du feu !

J'ai fondu pour tes grands beaux yeux !

Je suis aveugle, je n'y vois goutte,

Je perds la vue ! C'est la déroute !

 

Si tu as toujours ton cœur d'or,

Emmène-moi à Épidaure !

Des ténèbres, je voudrais guérir

Mais pas d'amour, dois-je en mourir !

 

Prends mon bras et tiens-moi la main,

Que je ne trébuche en chemin.

Je suis comme Œdipe et Tobie,

Je porte les yeux de la nuit.

 

 

Voir les commentaires

Coup de foudre 3/3

Publié le par archibald_06

L'orage fait rage...

 

Plus d'émois entre toi et moi !

Tu me jettes ton feu grégeois.

Je ne compte plus les dégâts !

L'orage s'est abattu sur moi,

J'vais passer de vie à trépas,

Si sans cesse, tu me foudroies !

 

Les plumes enduites de goudron,

Cupidon a pris son tromblon.

Il me crible de petits plombs ;

Tu m'abats en fulguration.

En plein cœur de la dépression,

Tu m'dévastes comme un typhon.

 

Tu m'enlèv's dans un tourbillon.

Je n'pèse pas plus qu'un flocon,

Pas plus qu'une feuille d'automne.

Oh ! Ne m'dis pas qu'j'en fais des tonnes !

Je m'envol' comme une crêp' bretonne

Jusque dans l’œil de ton cyclone.

 

Sous les coups de ton ouragan.

Je me disperse aux quatre vents,

Tu es l'enfer et son boucan !

Adieu ballade, adieu aubade,

Le paradis promis m'balade !

Mon salut est en débandade.

 

Tes promess's n'étaient qu'des salades,

La belle oie blanche, une tornade !

Tu t'étais cachée sous le masque,

Tes câlins n'étaient que des frasques,

Tes mots d'amour faux et fantasques,

S'envolent aux moindres bourrasques.

 

Ta colèr' projette ses trombes,

Mes regrets tombent, en hécatombe !

Je vais m'écraser sous tes bombes,

Tu vas pouvoir creuser ma tombe !

Moi, ton grand prince des huées,

Je vais mourir glacé, noyé !

 

Ô désespoir ! Oh ! Cris de rage !

Notre amour fera-t-il naufrage

Sous les foudres de cet orage ?

Ces éclats vont-ils perdurer ?

Dois-j' patienter, laisser passer,

Bien à l'abri, laisser sécher ?

 

À quoi bon, toutes mes prières ?

Ce n'est sûrement que la guéguerre

D'une mégère, d'une rombière !

Tu n'vas pas m'tailler des croupières,

Mettre mes espoirs en jachère

Et m'expédier au cimetière ?

 

Drapeau blanc ! Calme ta colère !

J'ai mis mon cœur en bandoulière,

L'espérance est ma messagère.

Si cet orage est temporaire,

Prouve-moi que t'es du tonnerre

Mais, à la vitesse de l'éclair !

Voir les commentaires

Lettre à mon opticien - Faudrait voir !

Publié le par modimodi

Cher ami, de tous les dons surnaturels dont une entité fabuleuse pourrait me doter, le don de double vue aurait ma préférence. Je n'ai jusqu'à présent, qu'entr'aperçu quelques beautés terrestres.

D'ailleurs, si parfois, je vois déjà double, c'est que je m’abîme la vue à regarder de trop près, chaque été, les belles en maillot. Je veux tout voir et pas seulement apercevoir ! Je mets alors, les bouchées doubles pour les dévorer des yeux !

Si je possédais ce don fabuleux de voyant, je pourrais tirer les cartes si elles étaient du tendre, je lirais dans le marc de café et prédirais l'avenir. Ainsi, moi, le dit vain, deviendrais-je devin ! En leur prenant la main, je pourrais faire de leur ligne de vie, ma ligne de chance.

Je pourrais même, sonder et interpréter les astres, écrire des horoscopes ou vendre des télescopes aux belles, de jour comme de nuit afin de leur faire contempler, recto verseau, les étoiles de mon ciel de lit.

Sur les plages, je pourrais aussi lire dans les pensées des nombrilistes et autres "m'as-tu-vu", petits rois de la gonflette, en slips de bain moulants ! Sans examens approfondis, je les distinguerais aisément ! Découvrant le vide de leurs prétentions et les mollesses de leurs points de vue, je pourrais fuir et mettre en ressac, ces proéminents infatués, au creux de la vague. Je n'ai nul besoin de voir leur petit bout, à la lorgnette !

Je les observerais ! Mais je sais déjà que, derrière leurs verres fumés, ces enfumeurs enflammés se croient, pour de vrai, des faucons, en vue perçante et plongeante sur les corps alanguis. Pour la plupart, ces voyeurs de la revue de détails sont voués aux bévues ! Espérant des succès faciles, ils tourbillonnent au vent des glorioles éphémères. Mais cherchant à en mettre plein la vue, ils ne jettent que du sable aux yeux des vacancières énamourées !

Peaux briochées, seins pain d'épice, fesses pommes d'amour, les juillettistes et les aoûtiens ont les yeux plus gros que le ventre et plus de désirs que leurs possibilités ! Pour sûr, de prime abord, le bide leur est promis ! Visuellement, ça ne fait pas un pli !... Fluctuat nec vergetures !

Je leur crierai bien : "A la revoyure petits curieux, touristes de passage ! Circulez, y'a rien à voir, rien à mater même si vous ne devez pas pour autant voir la vie tout en noir !"

Rien n'est aisé ! Pour parvenir à être extra lucide, il ne faut pas se voiler la face, se mettre le doigt ou le compas dans l'œil. Il ne faut pas tomber amoureux et s'éborgner aux beautés saillantes des belles estivantes. Il convient de ne pas s'aveugler aux avantages siliconés des top-modèles, voire de s'illusionner comme la Vestale au regard de braise, qui, en amour n'y a sacrément, jamais vu que du feu !

A vue de nez, ne pouvait-on penser que Cléopâtre, accrochée aux défenses d'ivoire de ses éléphants, aurait dû, de visu constater que César la trompait, à plein nez. Juchée sur son char, visiblement, c'est la hauteur de vue qui lui a manqué, préférant sans doute, l'esprit de corps, à la vue de l'esprit pénétrant.

Nous allons tomber d'accord ! Dans cette optique, il vaudrait mieux avoir la fibre de la claire voyance et des verres Google glass d'extra lucides. D'ailleurs, comme le dit le serpent à lunettes, qui Crisse en glissant sur le sable de son Atoll : "Qui veut voyager loin, ménage ses montures !" A vos marques ! Prêts ? Partez !

Ah ! Si je pouvais avoir ces dons à l'œil, je pourrais gratuitement, m'offrir toutes mes chimères et mes folies hallucinées, lire dans mes rêves, croire aux apparitions et aux mirages et parler aux fantômes. Pour faire les yeux doux, ce serait fabuleux d'avoir un œil de cyclope ou de lynx et plein d'yeux dans le dos ou sur la queue comme un paon glorieux.

Même si aujourd'hui, je n'ai que bon pied, bon œil et pas de don de double vue, même si je vois à demi les vues d'ensemble, même si j'ai l'air con et la vue basse, j'ai gardé mon regard d'enfant. Je porte un regard neuf sur tout ce qui m'entoure, ainsi je m'émerveille de la beauté du ciel. Un arc-en-ciel m'en fait voir de toutes les couleurs. Je trouve merveilleuse, la lumière méditerranéenne !

Heureux, vous dis-je ! Celle qui, entre quat 'yeux, m'a joué de la prunelle de ses yeux de velours, celle qui m'a fait voir les étoiles en plein midi et brûler 36 chandelles, me fait aujourd'hui, voir la vie en rose...

Visionnaire et heureux, comme un Petit Prince, je ne vois plus qu'avec le cœur. A première vue comme à bien y regarder, n'est-ce pas là, l'essentiel ?

 

Voir les commentaires

Coup de foudre 2/3

Publié le par modimodi

Nous étions un couple modèle

A l'un à l'autre, toujours fidèle,

Nous ne craignions jamais le gel.

Nous faisions fi des trahisons

Mais Cupidon ce trublion,

En nous instilla son poison.

 

Cœurs plein soleil ! Sous les rayons,

Nous n'avions pas de protection.

Nous nous aimions, sans précaution,

Sans le besoin de capuchons.

Pas la plus p'tite appréhension

De quelques précipitations.

 

Pieds bien au chaud sous l'édredon,

En galipettes, dessous la couette,

Nous nous cherchions la petit'bête !

Tu n'as donc pas vu la tempête

Affoler mon cœur girouette...

Vlan ! Nos amours font la trempette !

 

Pour me venger de tes colères,

J'ai fait les amours buissonnières

Et je t'ai trompé ma mégère !

Y'a de la pluie dans tes mirettes,

Amer chagrin, fines gouttelettes

Sur nos fleurettes d'amourettes !

 

Comme l'azur a des sanglots

Les cieux se déversent à seaux,

De partout, la passion prend l'eau.

On se croirait à water l'eau !

Tu peux tout me mettre sur le dos,

J'n'ai pas respecté le mémento !

 

Pas de faux pas, de controverse,

Pas d'joli cœur à la renverse,

Se défier des belles perverses,

Qui de leurs flèches vous transpercent.

Filer bien droit ! J'ai fait l'inverse.

J'ai pris un chemin de traverse !

 

Ton courroux contre moi s'exerce

Façon puzzle, tu me disperses,

Tu me fais passer sous la herse,

Tu me transperces, me mets en perce,

Ta furie en moi se déverse,

Je m'écoule sous les averses.

 

Hier, nous étions du tonnerre,

Aujourd'hui, l'orage est dans l'air,

Il retentit à mes oreilles,

Il a éclipsé le soleil,

Ta vraie nature se réveille

Je te crains, je tremble, tu m'effrayes.

 

Ta réserve lâche la bonde,

Tu éclates, tu tonnes, tu grondes,

Tu exploses en une seconde.

Tu déchires, tu lacères, tu zèbres,

Ta raison joue la march' funèbre,

Tu te répands dans les ténèbres.

 

Ton cœur me fait parler la poudre,

Je me prends mille coups de foudre.

Tes yeux me lancent des éclairs,

Et j'n'ai pas de paratonnerre !

Tu me plonges dans l'grand trou noir

D'un précipice de désespoir.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Coup de foudre 1/3

Publié le par modimodi

Mon tendre amour, mon bel éther,

Ma brune aux yeux d'outre-mer,

Notre amour était sans nuages.

Nous nous aimions sous les feuillages,

Enchantés de mille ramages

D'oiseaux frivoles et volages.

 

En chaque jour et chaque nuit,

La tendresse était embellie,

Chassant l'hiver, le vent, la pluie,

Semant étoil's en confettis,

Gerbes de sable fleuries,

Pour l'arc-en-ciel de notre lit.

 

Les cieux brûlaient, feux exaltés,

En nos corps nus et embrasés.

Nous pouvions nous abandonner

A nos rêves d'éternité.

Pas de menaces, pas de nuées

Insouciance d'un temps d'été !

 

Mais soudain, amère surprise !

Plus de barcarolle à Venise,

L'horizon prend des teintes grises.

Ta douceur n'était que méprise,

Tes aveux annonçaient la crise,

Les zéphyrs préparaient la bise.

 

Le soupçon étend son emprise,

Les doutes nous ont par traîtrise.

Tu es vraiment du tonnerre

Car tu exploses en un éclair !

Tu t'enflam' de belle colère,

Tu fulmines et tu vitupères !

 

Il y a d'l'orage dans l'air !

Rafal's de vent, de pluie, de grêle,

Plus d'abri sous notre tonnelle !

Flots de reproches torrentiels,

Larmes cruelles, cœurs qui ruissellent

Et qui délavent l'arc-en-ciel.

 

Flèche acérée de Cupidon !

Le ciel est en déflagration,

Il flotte, il tombe des oursons,

Et tu t'révèles un vrai poison.

Notre amour boit l'amer bouillon.

Nous prenons la flotte ! Trahison !

 

 

Voir les commentaires

Un seul baiser 1/2

Publié le par modimodi

Je ne vais pas bien dans ma tête,

J'ai le cœur qui chante à tue-tête ;

Je ne vais pas bien dans mon cœur,

J'ai la tête en accroche-cœur.

 

Après tant de chassés-croisés,

J'ai pu enfin, vous courtiser !

Nos émois sont harmonisés,

Nos désirs sont magnétisés.

 

Votre flèche m'a arquebusé !

Mon cœur ne peut cicatriser,

Vous m'avez donné un baiser !

Je sens que je vais imploser...

 

Nos lèvres se sont apposées,

Nos bouches se sont embrasées,

Rien ne peut les cautériser,

Le feu a tout carbonisé.

 

Laissons les jaloux jaser !

L'amour en nous s'est infusé,

Il ne saurait se rassasier

De quelques maladroits baisers !

 

S'il faut encore vous courtiser,

S'il faut toujours platoniser,

Et pourquoi pas pindariser,

J'y suis volontiers disposé.

 

Nulle intention de pavoiser !

Mais de grâce, venez déposer,

Au risque de vous épuiser,

Des millions de tendres baisers :

 

Sucrés ou caramélisés,

Délicieusement anisés,

Enivrants et alcoolisés,

Pétillants et champagnisés.

 

Mes sens étaient ankylosés,

Tous mes désirs paralysés,

Mon cœur insensibilisé,

Il a suffi d'un seul baiser !

 

Ma triste vie d'hypnotisé,

S'est d'un coup métamorphosée.

J'ai enfin pu apprivoiser

Ce rude cœur émerisé.

 

Voir les commentaires

Timides

Publié le par modimodi

Elle rougit devant lui, il bafouille devant elle,

Ces deux-là ont le corps, le cœur en parallèle.

Face à face, tendrement, à peine, du bout de l'aile,

Ils s'effleurent, ils se frôlent, dans ce vol d'hirondelles.

 

Cupidon a tendu son plus bel arc-en-ciel

Leurs yeux ont des silences, des mots couleur pastel.

En grâce et légèreté pour seule gestuelle,

Le désir vient de naître en frêles étincelles.

 

Leurs élans lentement se font la courte échelle.

Chacun entend de l'autre, les mystérieux appels,

Rien qu'un souffle, un murmure, un chant de tourterelle,

Un aveu, un espoir en retenue charnelle.

 

De languissants soupirs passent la passerelle

En délicats festons de leur passion dentelle !

L'attente la plus tendre, reste confidentielle,

Pudeur et discrétion leur sont consensuelles.

 

Les envies et les rêves donnent la ritournelle

En langage d'amour, en code universel,

Langue des troubadours et voix des ménestrels,

Aux lueurs vacillantes, de leurs émois chandelles.

 

La patience qui glisse, sur l'archet de la vielle,

L'harmonie de la voix, la douceur des voyelles,

Portées par les étoiles, les blanches noctuelles,

Incendient leurs deux cœurs de flammes graduelles.

 

Nul assaut, null' pensée de moindre bagatelle,

Les timides transis le prouvent avec zèle.

Ils n'ont pas d'ennemi, pas de vaine querelle

La guerre contre eux-mêmes est leur ardant duel.

 

Leur gauche modestie est leur seule querelle ;

Chacun est à soi-même, son intime rebelle.

Les intentions cachées s'amassent à la pelle.

L'amour n'est éloquent qu'au feu de leurs prunelles.

 

La tendresse s'imprime en touches d'aquarelle,

Chacun voudrait trouver le cri originel,

La fleur du paradis de l'Amour immortel

Et libérer enfin leurs "je t'aime" en kyrielle.

 

Ô ! Gloire à l’Éternel, l'instant est solennel.

Les timides ont osé… Colportez la nouvelle !

Ecoutez le ramage que font sous la tonnelle

Cou dans cou, roucoulant, les tendres tourterelles !

Voir les commentaires

1 2 > >>