Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans les orties

Publié le par modimodi

L'amour est un aiguillon

Qui vous parcourt de frissons.

Il vous pique, il vous excite,

Et dérègle les conduites.

Il perturbe le jésuite

Qui médite et qui s'agite

De pensées de sybarite,

En psalmodiant l’introït.

Il trouble la carmélite,

En agitant l'eau bénite.

Il affole Marguerite

Qui s'effeuille à la va-vite.

 

Nous avions vingt ans, ma foi,

Naïfs, tendres, de vert bois,

Tout en rêves, en rires, en joies...

Il nous a pris de sang froid

Sans nous en donner le choix.

D'un' flèche de son carquois,

Nous a piqués toi et moi.

Et nous a remplis d'émois,

Des désirs au bout des doigts.

 

Nous voilà émoustillés,

Remués, électrisés.

Nos corps fous sont survoltés,

Par la passion enflammés.

 

Nous ne savions pas qu'aimer

Pouvait tant nous secouer.

Chacun se sent picoté,

Chatouillé et démangé.

C'est la danse de Salomé,

Le besoin de s'trémousser,

Un' furieuse envie d'sauter,

Contre l'autre se jeter.

 

Hélas ! Rien ne peut durer !

Adieu ! La lubricité,

Nos exploits d'agilité !

Le temps sur nous a passé...

La tendresse a tempéré

Nos élans et nos excès.

Après tant d'hivers, d'étés,

Nous manquons d'vivacité

Pour élans et chevauchées.

 

Mais j'te vois te trémousser,

Qu'est-c'qu'y'a bien pu t'arriver ?

La vieillesse a-t-elle frappé ?

Je pouvais le redouter.

Quand les fraises sont à sucrer,

On finit, un jour, par trembler !

 

Mais nous n'somm' pas encore morts !

On est bien loin du transport,

Au pied du grand sycomore.

On a encor' plein d'ressort

Et on ne perd jamais l'Nord !

 

Non ! C'est bête ! Je suis en tort !

J'suis un grincheux, un butor !

Parce qu'en plein désaccord,

J'ai poussé, un peu trop fort,

Ma mémé dans les orties,

Elle a la danse de St Guy !

 

Finies migraine et insomnie,

Malaises, refus et litanie !

J'ai la solution ! Sapristi !

Je sais comment chaque nuit,

Ranimer l'corps de la momie !

Commenter cet article

L
L'Amour est un aiguillon....ainsi de suite jusqu'à ce que ce pauvre jésuite....cherchant en vain des rimes en "coït " je ne ne suis parvenu qu'au coïtus interruptus...entre une carmélite en retrait ( nom du coiit interrompu ) et une marguerite effeuillée à la va vite.
Des esprits chagrins chercheront des poux dans la tonsure de ce pauvre jésuite en détournant l'utilité du goupillon et de l'idée de ce que beaucoup d'homme en font!.
Merci de vos riches partages.....
Répondre
M
Bravo louzen! Vous êtes une latiniste émérite! Le jésuite répondit: si tu n'en veux pas! je la remets dans ma cAlotte!
P
Cette plante étant un "vrai remède miracle"
Mémère n'a plus qu'à faire une soupe aux orties à pépère.
Il retrouvera ainsi toute sa vivacité!
Remués, électrises,
Leurs corps fous seront survoltés.........

Mais hélas, ne leur donnons pas trop d'espoir.
Il s'agira sans aucun doute d'une crise de parkinson due à leur grand âge.
Répondre
L
Maudit-modi !
Tabernacle !!!! calotte glaciaire et orties fessières .
Merci c'est un régal.
M
Merci Pénélope! Après la soupe à la grimace, la soupe aux orties! Et un dessert pour sucrer les fraises.
L
"En suivant ton petit Bonhomme de bonheur Ne berces-tu jamais En tout bien tout honneur De jolies pensées interlopes" (BRASSENS ) ignorante jeunesse à recevoir des coups d'orties à faire rougir vos jolies fesses;que savez-vous du Parkinson qui pour un soir transformerait ces sursauts en une nuit de liesse.? (çà c'est de moi )
Parkinson prends à tout age.....et vous conduit à la mort sans espoir de guérison.
M
Suis choquée......vous devriez laisser s'exprimer la momie.....que dirait-elle sur la pyramide ?????
Répondre
M
Dommage !!!!!!!
M
Désolé Morgane! Je croyais vous avoir choquée. Que voulez-vous je ne suis pas Champollion pour déchiffrer les hiéroglyphes de vos humeurs!
M
Ma réponse était pleine d'humour, vous ne l'aviez pas remarqué ?????
M
Je vais pouvoir faire le tri entre ceux qui ont de l'humour et ceux qui en manquent! Remarquez que par galanterie, j'ai employé le masculin! N'oubliez pas l'esprit de mon blog et de ce thème toujours rosse, intitulé "fou d'amour".