Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nuit blanche 5/7

Publié le par modimodi

Prends le large 

Et mes mains!

Oh! Merveilles, ô mystères!

Nos doigts ont glissé,

Cheminé l'un vers l'autre,

Creusant des ravines

Sur le satin du canapé.

Cordes tressées,

Entrelacées,

Mailles fragiles d'un filet.

 

Nos mains se lacent,

Nos doigts se nouent,

Nos mains se croisent,

Nos doigts s'enlacent...

Savant ouvrage,

Points d'Alençon,

Travaux d'aiguilles et de navettes,

Tendrement engrêlés,

Tendrement lisérés,

Écrins brodés,

Fils de soie ennoués,

Points de Venise et d'Angleterre,

Points de rose et points de Bruges,

Tendre réseau d'or et d'argent!

Nos doigts festonnent des dentelles.

 

Mais nos mains se déchirent

Et nos doigts se reprennent.

Nos yeux se cherchent,

Nos mains se soudent

À la nuit qui se noie

Dans la mer qui se brise.

 

Cris déchirés d'un goéland,

Lune de cendres...

Nos corps s'étoilent

De désirs magnétiques,

Nos peaux se frôlent,

Nos corps se tendent

Comme des osiers

Courbés au vent.

 

Frissons d'archets,

Vibrato d'Amati,

Méditation de Thaïs,

L'amour tressaille...

Promesse d'alliages,

Gerbes de feux et de tisons,

Coulées brûlantes

De fébriles caresses.

 

Je tremble et tu frissonnes,

Je te perds, te retrouve...

Commenter cet article

C
Très belle poésie. La fin est sublime !
Répondre
J
Merci Chantal, chaque fin dans ce poème est un nouveau commencement... C'est le pouvoir démiurgique du poète!
P
Qu’elle soit de Bruges de Calais ou de Valenciennes, tissée avec des fils de soie d'or ou d'argent, la dentelle est aussi belle et fragile que les sentiments.
Le plus beau des violons d'Amati sous l'archet du virtuose peut faire frissonner ou se déchirer les cœurs.
Il nous fait vivre la sensualité d'Athanaël et le renoncement au plaisir charnel de Thaïs.
Qui est le plus fort ?
Cette nuit est bien longue et les deux amants la traversent tantôt remplis d’espoir, tantôt dans la tourmente.
Dans quel état les retrouverons-nous au petit jour ?
D’ailleurs, ont-ils envie que la nuit se termine ?
Répondre
J
Magnifique commentaire, sensible et cultivé. Vous avez mon admiration.