Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liberté d'aimer

Publié le par modimodi

 

 

 

Vois ! Je ferme les yeux

Pour dessiner ton corps

Oh ! Je le sais gracieux 

Comme fleur à éclore,

Et je le sens soyeux

Comme perle d'aurore.

 

Oui ! Je veux y goûter

Mes hivers, mes étés !

Oui ! Je veux en frémir

Et brûler mes désirs,

Me consumer aux braises 

De nos plaisirs fournaise !

 

Dans tes regards de femme,

Dévorés par les flammes,

Je veux voir tournoyer

Les soleils éclatés 

Et prendre et grappiller

Les fruits ronds de tes seins

Et me griser, gorgé

Des grappes de raisin.

Oui ! Prendre et faire ployer

Ta taille de blé mûr 

Et t'entendre prier

Entre cris et murmures !

 

Je ne suis rien sans toi,

Qu'une flèche au carquois. 

Je ne suis rien sans toi,

Qu'un écho de ma voix.

Je ne suis rien sans toi,

Qu'un cœur à contre-emploi.

 

Prends ma main. Je te donne 

Ce bouquet d'anémones, 

Dix baisers pour aumône,

Les derniers fruits d'automne.

 

Je tremble, tu frissonnes.

En moi, tu tourbillonnes !

Prends-moi ! Vois, je me donne !

En toi, je m'abandonne !

 

Je veux que tu tressailles

Comme fièvre en semailles

Et lumière en vitrail.

Oui ! Je livre bataille

A tes seins blancs d'émail

Et suis pris en tenaille

Au piège de tes broussailles.

Entre tes reins, ta taille,

Ton corps est un corail

Qui m'écorche et m'entaille.

 

Qu'importe ! Je t'assaille !

J’entrouvre le ventail,

Tu m'ouvres le fermail.

Désirs en éventail,

Doux plaisirs d'épousailles,

Je franchis la muraille !

 

Tu t'offres, je défaille.

Un grand bonheur jaillit

Pour mille et une nuits.

Commenter cet article