Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Célébrités

Publié le par modimodi

Adam, soit disant le premier homme, un tire-au-flanc qui eut la cote, auprès d’Ève. C'est quand elle tomba dans les pommes, que Dieu lui dit d'aller se brosser.

Quand la bible dit: "Quiconque s'abaissera, sera élevé", est-ce une con-solation pour les con-descendants?

Beaumarchais, un auteur et un style d'avant-garde révolutionnaire qui, du Barbier à Figaro ne coupait pas les cheveux en quatre.

Doux Jésus, pardonnez cette pensée abrasive mais Pilate avait-il un cœur de pierre?

Boulanger, ce général fut le levain des mécontentements. Avec lui, la République a chaud aux miches mais mené à la baguette par sa maîtresse, sa mie, flûte! Il se tue sur sa tombe.

L'amour, c'est comme un discours de De Gaulle, je vous ai, con pris.

Vulcain, un dieu tout feu, tout flammes et dans tous ses Etna!

Javert à Jean Valjean: "Au bagne, avec qui faisais-tu Cosette?"

Talleyrand, dans l'enfer de la politique, il fut l'ennemi des solutions boiteuses.

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

L'amour, c'est comme les friches, les terre à terre s'abandonnent.

La vie, c'est comme le fromage, son problème est mental.

La mort, c'est comme la poésie, césure de sûr! ... Une coupe d'arrêt, en vers et contre toute rime ou raison.

La vie, c'est comme les pantoufles, les mules y prennent leur pied.

La femme, c'est comme la fortune, on peut se faire la bonne.

Le sexe, c'est comme l'échappement, il faut y aller plein pot, sans arrière-pensée.

L'homme, c'est comme le rapace: aigle ou butor, il peut s'entendre avec la buse.

L'amour, c'est comme les lèvres, une plaie parfois pour passer, de la bouche à la vulve.

La mort, c'est comme les dents, oh rage! Il ne faudrait pas claquer.

Voir les commentaires

Mystères

Publié le par modimodi

Quand on n'a plus la cote, qu'on tient des propos vagues, qu'on fait marrer les autres, est-ce qu'on devient amer?

Les rosières qui n'ont pas eu de rosiers grimpants, se piquent-elles d'honneur aux épines de leur virginité?

Est-ce ragoûtant de fricoter ensemble?

Est-ce vraiment un supplice que de passer par les verges?

Quand on hésite entre douilles et c..., ouille! ouille! ouille! Il faut mettre toute la gomme.

Si la femme était bonne, on tirerait les rideaux?

Si avoir la bourse pleine est un signe extérieur de richesse, en amour, n'est-ce pas trop singulier?

Pour ne pas marner et faire carrière en amour, faut-il exploiter ou aller au charbon ?

Quand l'amour capitule, les cœurs d'artichaut doivent-ils s'effeuiller?

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

L'amour, c'est comme les parkings, pour prendre place, il faut payer ou avoir un ticket.

La mort, c'est comme le trekking, réservé au dernier raid(e).

La femme, c'est comme la pâte, roulée dans la farine puis brisée, si elle est tarte.

L'homme, c'est comme le combat, entre branle-bas et corps à corps, allons sus!

La mort, c'est comme l'embarras, ça vous met dans de beaux draps.

La vie, c'est comme la serrure, on ne la gâche pas sans pêne.

Le sexe, c'est comme le dernier sacrement, le con sacré reçoit l'extrême onction.

La vie, c'est comme la potion, du compte-gouttes au goutte à goutte, on n'y voit rapidement plus goutte.

L'amour, c'est comme les épluchures, ça n'épargne pas les patates.

Voir les commentaires

Mystères

Publié le par modimodi

Le sourd qui parle pour ne rien dire ne devrait-il pas s'écouter parler?

Faut-il se faire de la mousse, jusqu'à sa dernière bière?

A la dernière scène de la tragédie de la vie, la mort est-elle au trou du souffleur?

Quand on est bon à rien, peut-on, mine de rien, avoir bon pied, bon œil?

Les balourds, mal dégrossis, loupent-ils leur vie en la prenant à la légère?

N'y a t-il derechef, qu'un âne ou qu'un grand toqué, pour parler à son bonnet?

La vie n'est -elle capitale, que dans la peine et après coup, dans son exécution?

L'amour avec un fagot, ça vous botte, vous fascine ou bien vous fait gerber?

Quand on a perdu la clé des songes, parce qu'on l'a mise sous la porte, la raison prend-elle la clé des champs?

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

Les femmes, c'est comme les soustractions, le produit de leurs différences sont nos restes.

La vie, c'est comme l'étincelle, elle ne fait pas long feu.

La mort, c'est comme la mémoire, un trou pour l'oubli.

Le sexe, c'est comme l'aiguillon, parfois singulièrement confondu avec l'épine!

La mort, c'est comme l'adverbe, elle survient en toutes circonstances, sans manières, n'importe où et n'importe quand.

L'amour, c'est comme le bon temps, on s'en paye une pinte au sex shop.

La vie, c'est comme l'arbre, quand on tient le charme de cyprès, faut s'accrocher aux branches.

Le sexe, c'est comme le gadget, on se laisse tenter, ça amuse et donne du plaisir quand c'est nouveau.

L'homme, c'est comme les écrous, il perd parfois les boulons pour quelques vices.

Voir les commentaires

Mystères

Publié le par modimodi

Quand on ne sait plus à quel sein se vouer, peut-on se mettre en pelote?

Ceux qui ont une vie de chien sont-ils facilement aux abois?

Une femme dans chaque port et un porc dans chaque femme, est-ce l'occasion qui fait le lardon?

Il faudrait pouvoir protéger ses arrières, oui, mais n'y a-t-il pas grand plaisir, à prendre du re-cul?

Est-ce parce que la vie est une farce, que le dindon trouve toujours une dinde à se farcir?

A quoi rime la vie, seuls les vers peuvent-ils le dire?

Sont-ce menus plaisirs à la carte: morue et aie! Au lit! Bonne pâte ravie au lit?

Des pommes duchesse, des haricots princesse, mais un trou-duc et un vi(t) comte! L'art culinaire de la noblesse est-il en particule ou en partie cul?

Faire l'amour sur canapé avec un petit Suisse ou un bleu d'Auvergne, donne-t-il le droit d'en faire tout un fromage?

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

L'amour, c'est comme le grenier. Près de toi, trop souvent la tuile, c'est un comble!

La mort, c'est comme la peine, un crève-cœur.

L'homme, c'est comme le nœud des embrasses, une tête, deux glands.

La vie, c'est comme le pire, rendu jusqu'au dernier sou.

Le sexe, c'est comme Vénus, promesses de monts et merveilles.

La femme, c'est comme l'imperfection, sa faille laisse à désirer.

La mort, c'est comme la guerre, froide, éclair, totale et toujours la dernière.

L'amour, c'est comme le rhumatisme, avec l'âge, les raideurs se déplacent.

La vie c'est comme la liane, on s'y accroche, mais quand on s'en balance, elle cède et vous balance.

Voir les commentaires

Mystères

Publié le par modimodi

Est-ce parce que la nature a horreur du vide que l'homme est son bouche-trou?

En amour, si on veut se racheter une conduite, ne faut-il pas un tuyau pour éviter les buses?

Quand on a épousé un zèbre, faut-il le laisser tomber ou s'accrocher au pinceau et se mettre à la peinture?

Ce qui donne du prix à l'article, est-ce la baisse ou la baise?

Quand une femme vous a dans sa manche, n'est-ce pas pour se faire enfiler?

Les chastes moniales qui rêvent de mourir en saintes, ont-elles châsses gardées?

La mort flanque-t-elle une dérouillée, à ceux qui ont une santé de fer et des nerfs d'acier?

Les gens austères font-ils la gueule de bois?

Quand un drôle de coco s'envoie le bâton, est-ce que la raie glisse?

Voir les commentaires

Boules de comme

Publié le par modimodi

 

L'amour, c'est comme la conversation, à deux, un tête-à-tête, à trois, un casse-tête.

La mort, c'est comme la pluie, elle vous trempe, vous traverse et vous glace jusqu'aux os.

La vie, c'est comme le gaz, lacrymogène ou hilarant.

L'homme, c'est comme le mégot, il n’y a pas de quoi en faire un tabac. Pour l'amour, c'est du chiqué! Il a d'ordinaire du mal à s'écraser et ses promesses partent souvent en fumée.

Le sexe, c'est comme la trahison, on passe à l'ennemi, corps eh, bien!

La femme, c'est comme la poule, en chair ou en cul pour la bonne bouche.

La mort, c'est comme le matin. Le jour J, le point du jour gît.

L'amour, c'est comme les bovins, ruminant ses effets bœuf, quand il est vache.

La vie, c'est comme les bananes, d'un bout à l'autre, on finit par y laisser la peau.

Voir les commentaires